Mali: Vaccination des enfants 10,000 sur 60,000 km de routes du désert

Être vacciné contre des maladies comme la diphtérie, rougeoleLa coqueluche, la méningite, la pneumonie, la fièvre jaune et d’autres maladies potentiellement mortelles sont un événement banal pour de nombreux enfants. Mais dans le nord du Mali, où l'insécurité, l'isolement et les infrastructures de santé limitées empêchent de nombreuses communautés d'accéder aux établissements de santé, il peut s'avérer difficile de protéger les enfants contre ces maladies.

Dans ses projets existants dans la région, en cours depuis 2015, le personnel de MSF a commencé à remarquer que de nombreux enfants n'avaient pas été immunisés contre des maladies courantes depuis plusieurs années. En conséquence, et en partenariat avec le ministère de la Santé et les autorités locales, MSF a lancé une campagne de vaccination visant à protéger les plus vulnérables contre ces maladies potentiellement mortelles et débilitantes. En janvier, 2018, MSF a lancé sa première campagne multi-antigènes visant à vacciner les enfants 10,000 âgés de moins de 13 ans.

Mais la campagne, qui consiste à couvrir un total de 60,000 km de routes du désert pour atteindre le nombre d'enfants ciblés, est compliquée à mettre en œuvre.

Numéro de vaccination au Mali

«La réalisation de cette campagne nécessite beaucoup de ressources. Avant toute chose, vous devez mettre les vaccins à disposition, puis bénéficier d'un soutien logistique pour déplacer les équipes dans une vaste région où l'accès aux populations isolées est compliqué », déclare Patrick Irenge, coordinateur médical de MSF au Mali. «Les vaccins doivent être conservés à une température comprise entre 2 et 8 degrés Celsius dans une région où les températures peuvent atteindre jusqu'à 50 degrés Celsius. De plus, mobiliser autant de personnes - du personnel médical qualifié aux conducteurs connaissant parfaitement la région - n’est pas une mince affaire. »

La campagne se déroulera en trois étapes afin de suivre le calendrier de vaccination établi au Mali. Les vaccins contre la rougeole, la fièvre jaune et la méningite ne doivent être administrés qu'une seule fois pour entrer en vigueur. Les autres doivent être livrés en trois doses séparées. Un tel processus peut être d'autant plus difficile à suivre compte tenu de la nature des communautés nomades mobiles qui ne restent pas toujours au même endroit pendant plusieurs semaines.

«Cela pose un problème d’accès aux activités de vaccination», poursuit Patrick. "Mais la vaccination est une mesure préventive efficace qui protège les plus vulnérables."

MSF a maintenant terminé deux étapes de la campagne de vaccination et l’achèvera au début du mois de mai.


Les commentaires sont fermés.