Mortalité après bolus fluide chez les enfants africains gravement infectés.

Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre 2011 juin 30, 364 (26): 2483-95. Kathryn Maitland, Sarah Kiguli, Robert O Opoka, Charles Engoru, Peter Olupot-Olupot, Samuel O Akech, Richard Nyeko, George Mtove, Hugh Reyburn, Trudie Lang, Bernadette Brent, Jennifer A. Evans, James K Tibenderana, Jane Crawley et Elizabeth C Russell, Michael Levin, Abdel G Babiker, Diana M Gibb

CONTEXTE: Le rôle de réanimation liquidienne dans le traitement de les enfants avec choc et infections mortelles qui vivent dans des contextes aux ressources limitées est non-établi.
METHODES: Nous avons assigné au hasard des enfants avec maladie fébrile grave et une perfusion avec facultés affaiblies pour recevoir des bolus de 20 à 40 ml de solution de 5% albumine (albumine-bolus groupe) ou 0.9% solution saline (bolus salin groupe) par kilogramme de poids corporel ou sans bolus (groupe témoin) au moment de l’admission dans un hôpital en Ouganda, au Kenya ou en Tanzanie (strate A); les enfants présentant une hypotension sévère ont été assignés au hasard à l'un des groupes de bolus uniquement (strate B). Tous les enfants ont reçu un traitement antimicrobien approprié, des solutions d'entretien intraveineuses et des soins de soutien, conformément aux directives. Les enfants souffrant de malnutrition ou de gastro-entérite ont été exclus. Le critère d'évaluation principal était la mortalité par heure 48; points finaux secondaires inclus œdème pulmonaireaugmentation de la pression intracrânienne et mortalité ou séquelles neurologiques à la 4 semaines.

RÉSULTATS: Le comité de surveillance des données et de la sécurité a recommandé de mettre fin au recrutement après 3141 de la 3600 enfants dans la strate A ont été inscrits. Le statut du paludisme (% 57 dans l’ensemble) et la gravité clinique étaient similaires d’un groupe à l’autre. La mortalité par heure 48 était de 10.6% (111 des enfants 1050), 10.5% (110 des enfants 1047) et 7.3% (76 des enfants) dans les groupes albumine-bolus, sérum physiologique et contrôle, respectivement (parent risque relatif au bolus salin par rapport au contrôle, 1044; 1.44% d'intervalle de confiance [CI], 95 à 1.09; P = 1.90; risque relatif relatif au bolus d'albumine par rapport au bol salin, 0.01; 1.01% CI, 95 à 0.78; P = 1.29; et risque relatif pour tout bolus par rapport au contrôle, 0.96; 1.45% CI, 95 à 1.13; P = 1.86). La mortalité par semaine 0.003 était de 4%, 12.2% et 12.0% dans les trois groupes, respectivement (P = 8.7 pour la comparaison bolus-témoin). Des séquelles neurologiques se sont produites chez 0.004%, 2.2% et 1.9% des enfants des groupes respectifs (P = 2.0) et un œdème pulmonaire ou une augmentation de la pression intracrânienne sont survenus chez 0.92%, 2.6% et 2.2% (P = 1.7). respectivement. Dans la strate B, 0.17% des enfants (69 de 9) du groupe albumine-bolus et 13% (56 de 9) du groupe solution saline-bolus sont décédés (P = 16). Les résultats étaient cohérents dans tous les centres et sous-groupes en fonction de la gravité du choc et de l'état du paludisme, du coma, de la septicémie, de l'acidose et de l'anémie sévère.

LIRE LA SUITE ICI - http://f1000.com/prime/10909956

Les commentaires sont fermés.