Le Niger ouvre le dialogue sur le droit islamique et l'humanisme: "Sensibilisez le peuple au droit international humanitaire"

Niamey (CICR) - Un séminaire sur l'islam, l'action humanitaire et la protection des victimes des conflits armés réunit des intellectuels et des universitaires du 30 issus d'universités islamiques et arabophones de toute l'Afrique. L'événement a lieu le 25 et le 26 novembre à Niamey et est organisé par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l'Université islamique du Niger.

 

«Compte tenu de la multiplication des conflits armés et de la violence, le dialogue sur ces questions est plus nécessaire que jamais. Nous devons sensibiliser davantage de personnes au droit international humanitaire et à ses liens avec d'autres normes, telles que le droit islamique et la jurisprudence. Il s'agit de veiller à ce que les personnes bénéficient de la protection la plus large possible », a déclaré Loukas Petridis, chef de la délégation du CICR au Niger.

Le séminaire permettra aux enseignants et aux intellectuels de pays 14 - Algérie, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Guinée, Libye, Mali, Maroc, Niger, Nigéria, Sénégal, Togo et Tunisie - d’examiner des questions relatives à l’action humanitaire et au droit, et protéger et aider les personnes touchées par un conflit armé. Ils discuteront également des obstacles auxquels sont confrontés les travailleurs humanitaires aujourd'hui. Cela est d'autant plus important que des centaines de milliers de personnes ne bénéficient actuellement d'aucune protection ou aide, souvent parce que les travailleurs humanitaires ne peuvent pas travailler en toute sécurité et n'ont pas accès aux personnes dans le besoin.

L'Université islamique du Niger, affiliée à l'Organisation de la coopération islamique, estime que les universités constituent un environnement idéal pour ce type de séminaire, compte tenu de leur statut de lieux d'apprentissage et de partage et de leur rôle dans la promotion des valeurs humaines. La loi et la jurisprudence islamiques établissent des règles pour la conduite des hostilités et la protection de la vie et de la dignité humaines dans les conflits armés. «Les responsables religieux et les universitaires ont pour rôle de sensibiliser le public à ces règles et de discuter de la manière dont elles peuvent être respectées», a déclaré le chancelier de l'université, Moncef Jazzar.

Les commentaires sont fermés.