Prévenir les erreurs médicales sur le terrain avec des stratégies cognitives

Les services médicaux d'urgence sont envoyés au domicile d'une femme âgée de 82 dont la principale plainte est l'essoufflement. À son arrivée, l’équipage apprend qu’il a la toux sèche depuis une semaine et se plaint maintenant de malaise important et d’essoufflement lorsqu’il est couché à plat, sans nier avoir mal à la poitrine.

À l'examen, ils trouvent que ses respirations sont laborieuses, mais elle n'est pas en détresse extrême. Les signes vitaux sont les suivants: fréquence cardiaque de 114 (rythme sinusal), fréquence respiratoire de 28 respirations par minute, pression artérielle de 154 / 105 mmHg, température buccale de 99.5 degrés F, et saturation en O2 égale à 90% de l'air ambiant.

Lors de l'auscultation des poumons, des craquements se font entendre aux deux bases. Suspectant que la patiente souffre d'insuffisance cardiaque, les ambulanciers examinent ses jambes et décèlent un œdème périphérique léger.

Un grand nombre de flacons de médicaments d'ordonnance se trouvent près du lit du patient, la plupart d'entre eux étant des médicaments cardiovasculaires: hydrochlorothiazide, ramipril et métoprolol.

Sur la base d’un diagnostic présumé d’insuffisance cardiaque, 40 mg de furosémide est administré par voie intraveineuse. À l’arrivée au service d’urgence, l’équipe du SMU indique au résident de garde que le «patient chargé de liquide» est hypoxique et peut avoir besoin de davantage de diurétiques.

Peu de temps après, le patient développe une température de 103.3 degrés F et une radiographie pulmonaire montre une pneumonie du lobe inférieur gauche. Malheureusement, à ce stade, les reins de la patiente ont subi une lésion initiale due au furosémide IV et elle a besoin d'une réanimation liquidienne pour la semaine prochaine à l'hôpital.

Introduction
Les prestataires de soins préhospitaliers sont confrontés chaque jour à des situations difficiles dans leur rôle d’intervention d’urgence, s’occupant des personnes se trouvant dans leur état le plus vulnérable et souvent au sommet de leur intensité émotionnelle. Les ambassadeurs et les ambulanciers paramédicaux ont été formés pour opérer dans des environnements aussi stressants, mais ils sont finalement humains et commettent donc des erreurs.

Cet article décrit les types d'erreurs médicales susceptibles de survenir dans les soins de santé préhospitaliers et suggère des moyens pour que les prestataires de services de traitement d'urgence les évitent.

La source:
read more

ARASCA MEDICAL

Les commentaires sont fermés.