Le zona, le retour douloureux du virus de la varicelle

Le zona, mieux connu sous le nom de zona, peut entraîner de graves complications, telles qu'une douleur intense qui ne répond pas aux analgésiques conventionnels et dure des mois.

Les antiviraux ne sont pas entièrement efficaces pour prévenir l'apparition de névralgies.

Les vaccins sont, en particulier le dernier sur le marché, qui convient également aux personnes immunodéprimées.

L'herpès zoster, nom scientifique de la maladie, n'a en revanche rien d'évocateur à son sujet si ce n'est la douleur parfois qualifiée d'insupportable par ceux qui ont dû faire face à l'éruption cutanée.

Et ils ne sont pas peu nombreux.

On estime à 200,000 10 le nombre de cas par an en Italie, avec une incidence qui augmente avec l'âge, atteignant 80 pour mille chez les plus de XNUMX ans.

Afin de prévenir à la fois l'apparition du zona et la complication douloureuse, la médecine dispose depuis quelques années de deux vaccins sûrs avec des efficacités et des indications différentes.

Ils sont peu connus du grand public : le zona n'étant pas un problème de santé publique, ils ne bénéficient pas d'une grande « promotion » et sont donc déconseillés même à ceux qui ont une forte probabilité de développer un zona.

Qu'est-ce que le zona

Le zona (à ne pas confondre avec l'herpès simplex, qui affecte les muqueuses de la bouche, du nez et des organes génitaux) est le résultat d'une réactivation endogène du virus varicelle-zona (VVZ), qui est à l'origine de la maladie infectieuse pédiatrique.

Suite à la première infection, le VVZ reste sous une forme latente dans les ganglions nerveux, se manifestant sous la forme d'une éruption cutanée suite, par exemple, à un déficit immunitaire.

Qui a le zona ?

L'âge est un facteur prédisposant, car avec l'âge, la réponse en anticorps, c'est-à-dire la mémoire de l'exposition aux antigènes viraux ou bactériens acquise dans la jeunesse, échoue.

Mais le stress, une maladie immunodépressive ou une exposition excessive au soleil peuvent aussi être à l'origine du « St Anthony's Fire ».

Comment cela se manifeste

Le zona se présente sous la forme d'une plaque érythémateuse sur l'abdomen ou le tronc, plus rarement sur les bras ou le visage.

La rougeur importante s'accompagne de petites cloques blanches qui peuvent se surinfecter et durer 4 à 7 jours, puis se dessécher et disparaître, laissant une zone de dyschromie, c'est-à-dire un changement de couleur de peau.

La manifestation visuelle s'accompagne de symptômes douloureux et gênants, souvent des démangeaisons.

Complications du zona

L'éruption elle-même n'est pas un problème et se résorbe d'elle-même même sans traitement spécifique.

Le vrai problème avec le zona, ce sont les complications.

S'il affecte le nerf oculaire, il peut causer des dommages à la kératine et même une perte de vision.

S'il touche le nerf auditif, il peut entraîner des éruptions cutanées douloureuses sur le conduit auditif externe, le tympan, associées à une paralysie périphérique du nerf facial, ainsi que des troubles de l'équilibre (syndrome de Ramsay Hunt).

Mais la complication la plus fréquente est la douleur chronique, qui peut apparaître même quelque temps après l'apparition du zona, durant des mois.

Douleur insupportable

Il s'agit d'une névralgie post-zostérienne causée par une inflammation des nerfs périphériques due au virus.

Les crises de douleur sont parfois si intenses qu'elles altèrent gravement la qualité de vie et ne répondent guère aux analgésiques conventionnels tels que la tachipirine ou l'aspirine.

Les corticoïdes sont souvent utilisés, ainsi que les antidépresseurs tricycliques ou les anticonvulsivants.

Traitement antiviral après un diagnostic de zona

Comment intervenir une fois le « zona » diagnostiqué ?

Il existe des médicaments antiviraux (tels que l'acyclovir ou le valacyclovir) qui doivent être administrés dans les 72 heures suivant le début pour une durée de 7 jours.

Cependant, même si la posologie est strictement respectée, comme il se doit, la thérapie médicamenteuse réduit les symptômes cutanés, mais ne prévient pas nécessairement la complication neuropathique. C'est pourquoi le vaccin existe.

Vaccins

Il existe actuellement deux types de vaccins sur le marché : Zostavax et Shingrix.

Il ne faut pas les confondre avec le vaccin contre la varicelle, qui est administré à 1 an.

Bien que cela prévienne la maladie virale, cela prévient également le zona.

Zostavax a été utilisé pour la première fois en 2006, et en Italie, il est offert gratuitement comme prévu par les Livelli Essenziali di Assistenza (niveaux de soins essentiels) aux personnes âgées de 65 ans et plus et aux personnes de plus de 50 ans souffrant de diabète sucré. , maladies cardiovasculaires et BPCO, ou qui sont candidats à un traitement immunosuppresseur (par exemple anticancéreux), facteurs qui augmentent le risque de développer un zona ou aggravent ses symptômes.

Zostavax a une efficacité sous-optimale (50 %) dans la prévention des poussées d'herpès, mais une bonne efficacité dans la prévention des complications neuropathiques (66 %).

Cependant, il a une limite : comme il s'agit d'un vaccin à virus vivant atténué, il ne peut pas être administré aux personnes immunodéprimées qui, paradoxalement, sont les plus à risque.

Une limitation surmontée par Shingrix, qui est disponible en Italie depuis environ un an - mais a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine en 2017 et par l'Agence européenne des médicaments (EMA) en 2018 -.

Il est composé d'un antigène, la glycoprotéine E (gE), un composant structurel du virus varicelle-zona (VZV).

Alors qu'une administration était suffisante pour Zostavax, Shingrix nécessite deux administrations espacées de 2 à 6 mois.

Dans les études d'autorisation, ce vaccin s'est avéré beaucoup plus efficace que l'autre : dans la prévention du zona (90 %) et des complications neuropathiques (100 %).

Il est actuellement disponible gratuitement en Italie dans certaines régions uniquement pour les patients indiqués (immunodéprimés).

Lire aussi:

Premier cas de méningite associé au SRAS-CoV-2. Un rapport de cas du Japon

COVID-19, par quels mécanismes le coronavirus atteint-il le cerveau? Publication scientifique de l'Université Charité de Berlin dans Nature Neuroscience

La source:

Ospedale Sacro Cuore

Vous pourriez aussi aimer