Fracture vertébrale : causes, classification, risques, traitement, paralysie

Fracture vertébrale : en médecine, le terme « fracture » ​​est utilisé pour désigner la rupture continue d'un os, généralement à la suite d'un événement traumatique dont la force dépasse la résistance de l'os et qui, par conséquent, « casse »

Des exemples typiques de fractures fréquentes sont le fémur ou l'humérus.

Lorsqu'une fracture touche une ou plusieurs vertèbres, c'est-à-dire les os qui composent notre colonne vertébrale, on parle de « fracture vertébrale ».

Toutes les vertèbres peuvent être affectées par une fracture, donc – selon la zone touchée – nous aurons une fracture des vertèbres cervicales, thoraciques, lombaires, sacrées et coccygiennes.

Une fracture vertébrale est un événement extrêmement variable en termes de gravité

Selon la cause, les vertèbres peuvent se fracturer plus ou moins sévèrement et – surtout – porter atteinte à l'intégrité des nerfs rachidiens et de la moelle épinière : dans ce dernier cas, la fracture vertébrale devient un événement extrêmement effrayant, car elle peut conduire à déficits neurologiques moteurs et/ou sensoriels permanents (par exemple paralysie) et, dans les cas les plus graves, jusqu'au décès du patient.

Une fracture vertébrale peut être liée à une myélopathie (maladie de la moelle osseuse), à ​​une radiculopathie (maladie des racines nerveuses de la colonne vertébrale) et/ou à une discopathie (maladie du disque intervertébral).

Classification des fractures vertébrales

Les fractures vertébrales font l'objet de nombreuses classifications, même si actuellement les classifications Denis et AO sont principalement utilisées.

Classement Denis

Denis a divisé la vertèbre en trois colonnes : antérieure (corps vertébral), moyenne (pédicules) et postérieure (lames, processus articulaires et épineux) avec leurs ligaments.

Selon la classification de Denis il existe des fractures mineures, qui touchent les apophyses transverses et épineuses, les lames et l'isthme articulaire, et les majeures :

  • fractures de luxation : elles s'accompagnent d'un glissement d'une vertèbre par rapport à l'autre, avec une atteinte fréquente des structures nerveuses logées dans le canal rachidien et, par conséquent, des déficits neurologiques. Ces fractures sont instables et doivent toujours être traitées chirurgicalement, dans le but de décomprimer les structures nerveuses et de stabiliser la partie fracturée de la colonne en utilisant des moyens de synthèse métallique, le plus souvent en alliage de titane (vis pédiculaires, substituts de corps vertébraux) ;
  • Fractures de compression : ce sont des fractures qui se produisent sur la base de forces de compression qui ont tendance à provoquer de petites fissures dans les corps vertébraux, entraînant un affaissement et une perte de hauteur des corps vertébraux. Si la perte de hauteur causée par la déformation dépasse 50%, il est préférable de procéder à un traitement chirurgical avec des systèmes de stabilisation similaires à ceux décrits pour les fractures de luxation, ou avec des dispositifs mini-invasifs qui permettent de remodeler et de renforcer le corps vertébral grâce à l'utilisation de résines acryliques ou de substituts osseux synthétiques (hydroxyapatite). Si la perte de taille est inférieure à 50%, ils peuvent être traités de manière conservatrice avec des appareils orthopédiques ou des techniques de consolidation utilisant la vertébroplastie percutanée. S'ils provoquent une compression des structures nerveuses, ce qui est très rare, la décompression chirurgicale du canal rachidien s'ajoute aux techniques précédentes ;
  • les fractures éclatées : elles consistent en une fracture fragmentaire multiple de tout le corps vertébral avec un mécanisme de chargement axial entraînant une divergence des pédicules et une rétropulsion d'un fragment osseux dans le canal rachidien. Ils sont potentiellement instables et doivent être traités chirurgicalement. Si une décompression est nécessaire, une laminectomie est réalisée pour libérer les structures nerveuses ou, si nécessaire, l'ensemble du corps vertébral est remplacé par des prothèses métalliques insérées par voie antérieure à travers le thorax ou l'abdomen. Si le remplacement du corps vertébral n'est pas nécessaire, généralement lorsque le rétrécissement du canal dû à la rétropulsion du fragment de corps est inférieur à 50 % du diamètre antéro-postérieur normal, les abords postérieurs par vis pédiculaires peuvent être utilisés en technique ouverte traditionnelle , ou des techniques mini-invasives percutanées si la situation ne nécessite pas de décompression chirurgicale des structures nerveuses ;
  • les fractures de flexion/distraction (ou fracture de Chance) : elles se caractérisent par une lésion qui s'étend le plus souvent aux compartiments antérieur, moyen et postérieur d'une vertèbre ; en fait, donc, dans les fractures vertébrales en flexion/distraction, il y a atteinte totale de la vertèbre. Les fractures vertébrales de flexion/distraction surviennent lors d'accidents de voiture frontaux dans lesquels la personne impliquée portait une ceinture sous-abdominale. Cela entraîne un déplacement anormal du haut du corps vers l'avant, alors que le bassin reste immobile sur le siège auto, car il est bloqué par la ceinture sous-abdominale. Une fracture de distraction en flexion vertébrale n'affecte presque jamais les tronçons de la colonne vertébrale autres que la colonne thoracique ou lombaire ;
  • fracture de l'apophyse transverse : elles se caractérisent par la lésion d'une ou plusieurs des apophyses transverses présentes dans une vertèbre. Une fracture vertébrale de l'apophyse transverse est une fracture stable et donc peu grave. Normalement, les épisodes de fracture vertébrale de l'apophyse transverse sont le résultat d'une rotation anormale ou d'une flexion latérale anormale de la colonne vertébrale.

Classification OA des fractures vertébrales

La classification OA divise les fractures thoraco-lombaires en type A (compression), type B (flexion-distraction) et type C (type B + composante rotationnelle).

Cette classification a d'autres catégories basées sur divers paramètres, mais fondamentalement les mêmes considérations que celles discutées dans le système de Denis s'appliquent.

Causes des fractures vertébrales

Les fractures vertébrales peuvent être de deux types principaux :

  • les fractures vertébrales traumatiques : elles sont causées par un traumatisme si grave qu'il casse une vertèbre saine (environ 95 % de tous les cas de fracture vertébrale) ;
  • les fractures vertébrales pathologiques : la fracture survient sans aucun traumatisme ou en présence d'un traumatisme léger qui ne serait pas capable de casser une vertèbre saine ; dans ce cas, la vertèbre est «malade» et a une perte de force (environ 5% du total des cas de fracture vertébrale).

Les principales causes de fracture vertébrale due à un traumatisme sont :

  • accidents de la circulation (près de la moitié du nombre total de cas) ;
  • chutes de hauteur;
  • les blessures sportives, notamment celles impliquant un contact physique, comme le rugby, le football américain et le football, mais aussi celles impliquant l'équitation ;
  • actes de violence (coups de poing, coups de feu, etc.).

Les maladies pouvant affecter une vertèbre et entraîner une fracture pathologique sont généralement de type métabolique :

  • métaboliques : comme l'ostéopénie ou l'ostéoporose ;
  • néoplasiques : comme les tumeurs ou les métastases osseuses.

Les facteurs de risque

Les personnes suivantes sont plus à risque de fracture vertébrale

  • les hommes (le ratio homme/femme est de 4:1) ;
  • jeunes entre 18 et 25 ans
  • les personnes âgées > 70 ans ;
  • les femmes après la ménopause (période où le risque d'ostéoporose augmente) ;
  • athlètes professionnels dans les sports de contact;
  • ceux qui montent à cheval ou à moto;
  • ceux souffrant d'ostéopénie ou d'ostéoporose;
  • ceux qui effectuent des travaux où il y a un risque de chute (par exemple les ouvriers du bâtiment);
  • ceux qui ont une tumeur vertébrale primitive;
  • ceux qui ont un cancer en phase terminale avec des métastases osseuses aux vertèbres.

Les fractures vertébrales dues à l'ostéoporose se reproduisent souvent, surtout si le patient ne gère pas l'affaiblissement osseux.

Symptômes et signes de fracture vertébrale

Une fracture vertébrale est responsable de maux de dos.

Tantôt modérées, tantôt intenses (selon l'étendue de la fracture), ces douleurs ont la particularité de s'aggraver avec le mouvement.

Si la fracture vertébrale s'accompagne d'une lésion de la moelle épinière et/ou des nerfs rachidiens, le tableau symptomatique sera enrichi par des troubles neurologiques, tels que

  • perte de contrôle du sphincter anal et/ou vésical ;
  • sensation d'engourdissement le long des membres;
  • picotements le long des membres;
  • sensation de faiblesse musculaire le long des membres.

Il convient également de noter que, dans le cas de fractures vertébrales proches de la tête, l'énergie de la blessure peut se propager au cerveau et entraîner une perte de conscience.

Paralysie

L'un des risques majeurs d'une fracture vertébrale est l'atteinte des nerfs rachidiens et de la moelle osseuse, qui peut entraîner une paralysie partielle ou totale, temporaire ou permanente de différentes parties du corps selon le site de la blessure.

Vous trouverez ci-dessous un schéma de l'étendue possible de la paralysie (en bleu) en fonction du site spécifique de la blessure.

De manière générale, on peut dire que plus les lésions de la moelle épinière sont « élevées », plus la paralysie possible est étendue.

Diagnostic

D'une manière générale, les éléments suivants sont essentiels pour formuler le diagnostic d'une fracture vertébrale

  • anamnèse : elle consiste à recueillir, au moyen de questions précises, toutes les données d'intérêt médical utiles pour identifier la cause et les facteurs prédisposants d'une certaine affection. Dans le cas de fractures vertébrales consécutives à un traumatisme grave de la colonne vertébrale, l'anamnèse est difficile à réaliser car le patient n'est pas en mesure de répondre. Dans de tels cas, une aide importante peut provenir de la personne qui a été témoin de l'accident. Lorsqu'en revanche la fracture vertébrale résulte d'une non fragilisation des os, l'évaluation de l'histoire clinique constitue une étape fondamentale dans le parcours diagnostique ;
  • examen physique : il consiste en une inspection minutieuse de la zone douloureuse, associée à un examen de la tête, du thorax, de l'abdomen, du bassin et des membres. Un examen objectif est peu susceptible de déterminer le type de fracture vertébrale présente ;
  • imagerie diagnostique : radiographie, tomodensitométrie et imagerie par résonance magnétique de la colonne vertébrale ;
  • examen neurologique : il permet au médecin d'établir si la fracture vertébrale a impliqué de quelque manière que ce soit la moelle épinière ou les nerfs rachidiens voisins.

Il est à noter que, lorsque la fracture vertébrale résulte d'un traumatisme pouvant avoir endommagé la moelle épinière, le médecin a le devoir d'établir les signes vitaux du patient avant toute nouvelle évaluation de l'étendue de la lésion ; Réalisée en urgence, cette approche protège le patient de toute manœuvre qui pourrait aggraver la situation.

thérapies

Le traitement d'une fracture vertébrale dépend essentiellement du type de fracture.

En général, l'approche thérapeutique est conservatrice en cas de fractures vertébrales légères et stables, et chirurgicale en cas de fractures vertébrales graves et instables.

À la fin de la thérapie visant à réparer une fracture vertébrale, un cycle de traitement de réadaptation (kinésithérapie) suit toujours.

Thérapie conservatrice

Le traitement conservateur des fractures vertébrales implique l'utilisation d'une orthèse dorsale orthopédique (orthèse) pour maintenir la colonne vertébrale immobile et alignée pendant le processus de cicatrisation osseuse, puis, une fois le processus de réparation osseuse terminé, comprend un traitement de rééducation (physiothérapie).

Le traitement conservateur est généralement utilisé en cas de :

  • fractures vertébrales par tassement;
  • fractures vertébrales de l'apophyse transverse.

Il convient de noter, cependant, qu'un traitement conservateur peut également être utilisé dans le cas de fractures vertébrales légères de flexion/distraction (fractures dans lesquelles la blessure est confinée au corps vertébral).

Thérapie chirurgicale

Le traitement chirurgical des fractures vertébrales comprend des opérations délicates de fusion vertébrale (dans lesquelles le médecin utilise des vis, des crochets, etc.), une vertébroplastie ou une cyphoplastie dont le but est de restaurer l'anatomie de la ou des vertèbres lésées et de soulager toute pression sur la moelle épinière ou nerfs spinaux voisins ; comme pour la thérapie conservatrice, le traitement chirurgical des fractures vertébrales comprend également un cours de rééducation.

En règle générale, le traitement chirurgical est utilisé dans le cas de:

  • Fractures vertébrales éclatées ;
  • fractures vertébrales dues à la flexion/distraction avec atteinte vertébrale totale ;
  • fractures vertébrales avec luxation.

Nous rappelons aux lecteurs que, malheureusement, les lésions de la moelle épinière sont permanentes, ce qui signifie qu'il n'existe aucun traitement médical ou chirurgical pour les réparer.

Physiothérapie

Après une fracture vertébrale, la rééducation physique (ou physiothérapie) est utilisée pour restaurer l'élasticité et le tonus musculaire du dos qui existaient avant la blessure.

La durée de la kinésithérapie varie selon le type de fracture vertébrale.

Complications du traitement des fractures vertébrales

Le traitement des fractures vertébrales oblige le patient à se reposer au lit ; l'immobilité qui en résulte est un facteur dangereux pour favoriser le phénomène de thrombose veineuse le long des membres, notamment inférieurs.

A cette complication dangereuse s'ajoutent d'éventuelles complications pouvant résulter du recours à la chirurgie et qui caractérisent cette option thérapeutique, quel que soit le domaine d'application (ces complications consistent en infections, hémorragies, etc.).

Pronostic

De manière générale, plus une fracture vertébrale est grave, moins il y a de chance de guérison complète ; même, dans le cas de fractures vertébrales associées à une lésion de la moelle épinière, la restauration de certaines fonctions motrices (dont le contrôle des sphincters rénaux et vésicaux) est impossible.

Temps de réparation osseuse

Dans le cas d'une fracture vertébrale, les délais de réparation osseuse sont compris entre 6 et 12 semaines.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Kystes osseux chez les enfants, le premier signe peut être une fracture « pathologique »

Fracture du poignet : comment la reconnaître et la traiter

Fractures de la plaque de croissance ou décollements épiphysaires : qu'est-ce que c'est et comment les traiter

Fractures de stress : facteurs de risque et symptômes

Fractures calcanéennes : qu'est-ce que c'est, comment intervenir

Fractures en bâton vert : ce qu'elles sont, quels sont les symptômes et comment les traiter

Premiers soins pour un os cassé : comment reconnaître une fracture et quoi faire

Fractures du membre supérieur : à quoi cela ressemble-t-il et comment traiter un bras cassé

Comprendre les fractures osseuses : diagnostic et traitement

Traumatisme facial avec fractures du crâne : différence entre les fractures LeFort I, II et III

La source:

Médecine en ligne

Vous pourriez aussi aimer