Qu'est-il arrivé aux orphelins du Libéria atteints d'Ebola?

MONROVIA, 7 October 2015 (IRIN) - Plus de 5,900, des enfants libériens ont perdu l'un de leurs parents ou les deux à cause d'Ebola. Certains ont un parent survivant, d'autres ont trouvé un foyer aimant chez des amis ou des parents, mais beaucoup sont restés orphelins dans la rue ou ont du mal à s'adapter à de nouvelles vies avec les familles d'accueil.

Assise devant son ancienne maison, une maison maintenant abandonnée dans la banlieue de la capitale Monrovia, Sarah, âgée de 12, s'est souvenue du jour d'août 2014 où elle avait reçu son congé d'un centre de traitement pour Ebola. Sa joie d'avoir survécu a été rapidement écrasée lorsqu'elle a été informée que ses deux parents avaient succombé au virus. Fille unique, elle était maintenant aussi orpheline.

Après plus de 4,800 morts du virus, le Libéria a été déclaré exempt du virus Ebola pour la deuxième fois le mois dernier et tente de progresser. Sarah, cependant, essaye toujours de trouver sa place. Incapable de retrouver sa famille, un groupe de défense des droits local l’a assignée à une famille d’accueil.

«Ils m'ont amené… vivre avec ces personnes, mais je ne suis pas du tout heureuse», a-t-elle dit à IRIN. «Je suis assis ici parce que mes tuteurs, qui me sont étrangers, ont dit que si je rentrais chez moi, ils me battraient. Chaque petite chose que je fais à la maison les met en colère. J'ai vraiment peur et je ne sais pas quoi faire.

Sarah a refusé d'identifier ses tuteurs mais a ajouté qu'en plus des coups reçus, ils l'appelaient et ne voulaient même pas lui donner à manger. Elle a dit qu'elle revenait souvent dans son ancienne maison pour dormir et échapper aux mauvais traitements.

«Je ne suis plus à l'école. Les gens avec qui je vis envoient tous leurs enfants à l'école mais ne m'envoient pas. Je pleure tous les jours en pensant à mes parents. Je veux vraiment partir, mais je ne sais pas où aller.

Tony *, un garçon de 14 qui adore le football, a perdu ses parents et ses deux soeurs à cause d'Ebola.

Il vit maintenant dans un orphelinat sur la Buchanan Highway, dans une région rurale du Libéria. Il a déclaré que ses "amis" l'appelaient "l'orphelin Ebola" et refusaient de manger avec lui.

«Cela me rend triste», a-t-il dit à IRIN. «Souvent, ils me fuient et m'appellent par leur nom. Parfois, je veux quitter cet endroit, mais ensuite, où vais-je? «Je prie toutes les nuits pour que Dieu m'aide à traverser cela. C'est douloureux de vivre ce genre de vie.

Aucun système de soutien

LIRE LA SUITE: IRIN NEWS

Les commentaires sont fermés.