Qu'est-ce que la vulvovaginite ? Symptômes, diagnostic et traitement

La vulvovaginite est une inflammation impliquant le vagin et la vulve, c'est-à-dire la partie inférieure de l'appareil génital féminin. Il y a plusieurs causes qui peuvent conduire à son apparition

Il s'agit notamment d'infections, de réactions irritatives, de changements hormonaux et d'autres situations qui contribuent à altérer l'écosystème vaginal, le rendant plus vulnérable.

Les symptômes de la vulvovaginite sont généralement des brûlures, des démangeaisons, un érythème, un œdème et des douleurs, souvent associés à des pertes vaginales.

L'irritation vaginale et vulvaire peut s'aggraver avec les rapports sexuels et l'habitude d'une hygiène intime excessive.

Le diagnostic de vulvovaginite est posé par un examen objectif et une analyse des sécrétions vaginales.

Le traitement est dirigé vers la cause profonde, le contrôle des symptômes et la correction des habitudes d'hygiène.

Causes et facteurs de risque de la vulvovaginite

La vulvovaginite consiste en une inflammation simultanée du vagin (vaginite) et de la vulve (vulvite).

Ce processus inflammatoire a diverses causes, notamment une infection, une irritation, des changements hormonaux et un traumatisme.

Normalement, chez les femmes en âge de procréer, les lactobacilles sont les constituants prédominants de la flore microbienne vaginale.

La colonisation par ces bactéries est normalement protectrice, car elle maintient le pH vaginal à des valeurs normales (entre 3.8 et 4.2) et empêche la croissance excessive de bactéries pathogènes.

De plus, des niveaux élevés d'œstrogène maintiennent l'épaisseur de la muqueuse vaginale, renforçant les défenses locales.

Les causes non infectieuses représentent environ 30 % des cas de vulvovaginite.

Causes infectieuses de la vulvovaginite

Dans de nombreux cas, la vulvovaginite est favorisée par une augmentation du pH local (due au sang menstruel, au sperme post-coïtal, à la diminution des lactobacilles et aux maladies concomitantes) et à une flore microbienne altérée (secondaire à une mauvaise hygiène personnelle, à l'utilisation d'antibiotiques ou de corticoïdes et à une alimentation déséquilibrée) .

Ces conditions prédisposent à la prolifération de microorganismes pathogènes et rendent les muqueuses vulvaire et vaginale plus vulnérables aux attaques infectieuses.

Les agents responsables de la vulvovaginite peuvent être des mycètes (ex. Candida albicans), des bactéries (ex. Gardnerella vaginalis, streptocoques et staphylocoques), des protozoaires (ex. Trichomonas vaginalis) et, plus rarement, des virus comme Herpes simplex.

Chez les filles âgées de 2 à 6 ans, l'inflammation résulte généralement d'une infection par la flore microbienne du tractus gastro-intestinal ; un facteur qui favorise fréquemment cette affection est une mauvaise hygiène périnéale (ex : mauvaise habitude de s'essuyer de l'arrière vers l'avant après l'évacuation ; ne pas se laver les mains après avoir déféqué ; se gratter en cas de démangeaisons…).

Chez les femmes en âge de procréer, la vulvovaginite peut résulter d'une infection par des agents pathogènes responsables de maladies sexuellement transmissibles (dont Neisseria gonorrhoeae, Trichomonas vaginalis et Chlamydia trachomatis).

D'autres conditions prédisposant aux infections vaginales et vulvaires comprennent les fistules entre l'intestin et le tractus génital, et la radiothérapie ou les tumeurs pelviennes, qui lèsent les tissus et compromettent ainsi les défenses normales de l'hôte.

Causes irritatives de la vulvovaginite

La vulvovaginite peut résulter d'une hypersensibilité ou de réactions irritatives des muqueuses vulvaire et vaginale.

L'utilisation excessive de nettoyants intimes et de douches vaginales augmente considérablement le risque de souffrir de la maladie.

Chez les personnes sensibles, l'exposition à certains produits chimiques contenus dans les bains moussants et les savons peut même provoquer une réaction allergique.

Sont également inclus dans la catégorie des sensibilisants potentiels les sprays ou parfums d'hygiène, les assouplissants, les colorants et les additifs dans les détergents.

Occasionnellement, une irritation peut résulter de l'utilisation de lubrifiants vaginaux ou de crèmes, de condoms en latex, de spermicides, d'anneaux vaginaux contraceptifs, de diaphragmes ou de dispositifs intra-utérins.

Chez les patients incontinents ou alités, une mauvaise hygiène peut provoquer une inflammation vulvaire chronique causée par une irritation chimique de l'urine ou des matières fécales.

La vulvovaginite peut également être causée par des causes physiques, telles que des abrasions dues à une lubrification insuffisante lors des rapports sexuels, une stimulation mécanique prolongée ou le frottement de vêtements trop serrés, surtout s'ils sont en matière synthétique.

Un contact prolongé avec un corps étranger – comme un préservatif, un tampon, des restes de papier toilette ou des grains de sable – peut également provoquer une vulvovaginite non spécifique avec sécrétion sanguine.

Autres causes de vulvovaginite

Comme mentionné, les déséquilibres de l'environnement vulvaire et vaginal peuvent également résulter d'une immunodépression et de maladies systémiques, telles que le diabète.

D'autres facteurs de risque de vulvovaginite comprennent l'utilisation prolongée de certains médicaments, tels que les antibiotiques et les corticostéroïdes.

Les changements hormonaux peuvent également favoriser la survenue d'une vulvovaginite.

Après la ménopause, par exemple, une diminution marquée des œstrogènes provoque un amincissement du vagin et une sensibilité accrue à l'inflammation (vaginite atrophique).

Des modifications de l'équilibre hormonal peuvent également survenir à d'autres moments, comme après l'accouchement ou pendant l'allaitement.

La réduction des œstrogènes peut également être induite par certains traitements, tels que l'ablation chirurgicale des ovaires, l'irradiation pelvienne et la chimiothérapie.

Dans certains cas, une vulvovaginite de nature non infectieuse peut être favorisée par des facteurs psychologiques (ex : vie sexuelle insatisfaisante ou images dépressives).

Signes et symptômes

La vulvovaginite se manifeste généralement par des démangeaisons, des douleurs et des rougeurs des petites lèvres, des grandes lèvres et de l'orifice vaginal.

Ces symptômes s'accompagnent souvent d'un écoulement de la vulve et de douleurs douloureuses lors des rapports sexuels (dyspareunie).

Une irritation locale peut également entraîner des brûlures ou de légers saignements.

De plus, une dysurie (douleur à la miction) et une sécheresse vaginale peuvent survenir.

Dans certains cas, la vulve peut apparaître œdémateuse et des excoriations, cloques, ulcérations et fissures peuvent apparaître.

Écoulement vaginal et vulvaire

L'apparence et la quantité des pertes vulvo-vaginales diffèrent selon la cause de l'inflammation.

Les pertes vaginales normales sont de couleur blanc laiteux ou mucoïde, inodores et non irritantes; parfois, cela peut entraîner le mouillage des sous-vêtements.

Dans le cas d'infections bactériennes, une leucorrhée blanche ou grisâtre apparaît généralement, avec une odeur d'amine et de poisson.

Celle-ci peut devenir très intense lors de l'alcalinisation des sécrétions, après le coït et les menstruations ; les démangeaisons et les irritations sont également courantes.

La vulvovaginite à Candida provoque généralement des pertes vaginales blanchâtres d'aspect caséeux; ces pertes s'accompagnent de fortes démangeaisons et de douleurs lors du coït.

Un écoulement abondant, mousseux, nauséabond et jaune verdâtre signale généralement une infection à Trichomonas.

L'infection par le virus de l'herpès n'altère pas les pertes vaginales normales, mais s'accompagne de l'apparition de cloques douloureuses.

Complications possibles

Si elle n'est pas traitée correctement, la vulvovaginite infectieuse peut devenir chronique.

De plus, certaines infections (y compris la chlamydia et la trichomonase) peuvent se propager à l'utérus, aux trompes et aux ovaires, augmentant le risque de maladie inflammatoire pelvienne et compromettant potentiellement la fertilité de la femme.

La vulvovaginite peut également favoriser l'endométrite post-partum, la chorioamnionite, la rupture prématurée des membranes et l'accouchement prématuré.

Diagnostic de vulvovaginite

Le diagnostic de vulvovaginite est posé sur la base des symptômes et des signes lors de l'examen gynécologique, au cours duquel la partie inférieure de l'appareil génital féminin est examinée.

À l'inspection, une rougeur vulvaire et un œdème peuvent être notés, accompagnés d'excoriations et de fissures.

Moins souvent, la vulvovaginite peut être associée à l'apparition de cloques, d'ulcérations ou de vésicules.

Pour déterminer la cause de l'inflammation, des échantillons de sécrétions vaginales peuvent être prélevés à l'aide de tampons.

En mesurant le pH et en examinant au microscope ce matériau, un premier indice peut être donné quant à l'étiologie à l'origine du trouble.

La découverte de pertes vaginales atypiques, la présence de globules blancs dans le prélèvement ou une inflammation concomitante du col de l'utérus doit conduire à évaluer la présence éventuelle d'une maladie sexuellement transmissible et nécessite des investigations complémentaires.

Si les résultats des examens ambulatoires ne sont pas concluants, la sécrétion peut être cultivée.

La persistance des symptômes, accompagnée de la présence de modes de vie et d'habitudes particuliers (ex. abus de produits d'hygiène intime, de tampons ou de protège-slips) doit attirer l'attention sur le fait qu'il peut s'agir d'une forme d'hypersensibilité vaginale aux agents irritants.

Diagnostic différentiel

Les pertes cervicales causées par une inflammation du col de l'utérus peuvent ressembler à une vulvovaginite; des douleurs abdominales, des douleurs à la palpation du col ou une inflammation du col évoquent une maladie inflammatoire pelvienne.

Un écoulement aqueux et/ou hématique peut être la conséquence d'un cancer de la vulve, du vagin ou du col de l'utérus.

Ces néoplasmes peuvent être différenciés de la vulvovaginite par un examen objectif et le test de Papanicolau (test PAP)

Les démangeaisons et les pertes vaginales peuvent également résulter de maladies de la peau (telles que le psoriasis et le pityriasis versicolor), qui peuvent être révélées par les antécédents et les découvertes cutanées.

Chez les filles, si une vulvovaginite à Trichomonas est découverte, un diagnostic différentiel doit être fait avec les abus sexuels.

Traitement Vulvovaginite : quel est le traitement ?

Le traitement est avant tout dirigé contre les causes de la vulvovaginite.

Dans le cas d'une vulvovaginite d'origine bactérienne, le traitement fait appel à des antibiotiques, tels que le métronidazole, la clindamycine et le tinidazole, à prendre par voie orale ou en application topique pendant quelques jours.

Dans le cas d'infections fongiques, en revanche, des médicaments antifongiques sont indiqués, à appliquer par voie topique ou à prendre par voie orale.

En cas de phénomènes allergiques ou irritatifs, il convient d'éviter l'application de savons trop alcalins ou riches en colorants et de préparations topiques non essentielles (comme les parfums ou les déodorants intimes et les crèmes dépilatoires) sur la vulve, et l'utilisation de la substance sensibilisante qui a provoqué la réaction doit être arrêté.

Si les symptômes sont modérés ou intenses, le médecin peut prescrire un traitement pharmacologique à base de produits antiseptiques et anti-inflammatoires, comme la benzidine.

Pour les démangeaisons, cependant, l'application de corticostéroïdes topiques sur la vulve, mais pas dans le vagin, peut être indiquée.

Les antihistaminiques oraux réduisent également la sensation de démangeaison et provoquent de la somnolence, améliorant parfois le sommeil du patient la nuit.

En cas de vulvovaginite, il faut veiller à adopter des mesures d'hygiène appropriées.

Il est notamment important de se nettoyer d'avant en arrière après chaque évacuation et miction, de ne pas oublier de se laver les mains, et d'éviter de toucher le périnée.

De plus, il est conseillé de s'abstenir de rapports sexuels ou d'utiliser un préservatif, jusqu'à ce que la guérison soit établie.

L'utilisation de produits de toilette intimes ne doit pas être faite de façon excessive : cette habitude peut altérer les défenses immunitaires naturelles du vagin et la flore microbienne saprophyte.

Si l'inflammation chronique est due à l'énurésie nocturne ou à l'incontinence, il peut être utile de maintenir une meilleure hygiène vulvaire en séchant soigneusement la peau et les muqueuses après la toilette ; changer fréquemment de sous-vêtements et porter des vêtements amples en coton réduit l'humidité locale et la prolifération de micro-organismes pathogènes.

Porter des vêtements trop serrés ou non respirants, en plus de favoriser la vulvovaginite, peut prolonger le temps de guérison.

Vulvovaginite : peut-on la prévenir ?

En plus de suivre strictement le traitement de la vulvovaginite indiqué par le gynécologue, il est conseillé d'y associer certains comportements utiles pour prévenir les infections ou irritations ultérieures.

L'utilisation de préservatifs peut aider à limiter le risque de certains processus infectieux qui peuvent être transmis sexuellement.

Une autre bonne règle est de choisir des sous-vêtements qui assurent une bonne respirabilité et qui n'irritent pas la région génitale.

Par conséquent, il faut préférer l'utilisation de sous-vêtements en pur coton, de préférence blanc ; ce tissu naturel permet une bonne oxygénation des tissus et limite la stagnation des sécrétions.

Pour prévenir la vulvovaginite, il est également conseillé d'éviter l'utilisation continue de lingettes intimes déodorantes, de protège-slips, de tampons et de savons à pH acide.

Enfin, dans la prophylaxie des réinfections, il peut être utile de corriger d'éventuels déséquilibres hormonaux, d'inclure du yaourt ou des ferments lactiques dans l'alimentation quotidienne et de limiter les apports en glucides et en sucres.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Accumulation de liquide dans la cavité péritonéale : causes et symptômes possibles de l'ascite

Qu'est-ce qui cause votre douleur abdominale et comment la traiter

Varicocèle pelvienne : qu'est-ce que c'est et comment reconnaître les symptômes

L'endométriose peut-elle causer l'infertilité ?

Échographie transvaginale : comment ça marche et pourquoi c'est important

Candida albicans et autres formes de vaginite : symptômes, causes et traitement

La source:

Mon entraîneur personnel

Vous pourriez aussi aimer