Ligurie, la deuxième base de sauvetage par hélicoptère fête ses XNUMX an : une revue du Dr Lorenzo Borgo

Le sauvetage par hélicoptère en Ligurie a connu une année complexe, différente de ce qui était prévu. Un peu comme le reste du système de secours d'urgence. Le 11 juillet marque le premier anniversaire de la deuxième base d'hélicoptères ligure à Albenga : une excellente occasion de demander son avis au Dr Lorenzo Borgo, médecin des urgences 118 et expert de longue date en ambulances et hélicoptères

Sauvetage en hélicoptère en Ligurie, premier anniversaire de la base d'Albenga

L'hélicoptère d'Albenga a représenté une révolution dans la répartition des charges de travail sur le système d'urgence ligure en couvrant les provinces de Savone et Imperia. Cela a permis à la première base de se concentrer sur le reste du territoire, principalement le Levant ligure.

En réalité, le découpage porte sur les zones d'intervention, pas sur la composition du personnel technique et médical : les dix médecins et onze infirmiers travaillent indistinctement sur les deux bases et se relaient également sur les secours locaux. ambulances.

Une année intense pour le service de sauvetage par hélicoptère de la Ligurie :

La deuxième base, située à Albenga, a opéré (sur la période comprise de l'inauguration du 11 juillet 2020 au 1er juillet 2021) en 473 interventions. Dans 95 cas, la mission a impliqué l'embarquement du personnel par treuil, et 45 fois l'héliboard a été utilisé.

À dix reprises, le personnel a été réembarqué par hélicoptère, et lors de 66 missions, l'équipe de secours (et les blessés) ont été réembarquées par treuil.

Le premier anniversaire de la base de sauvetage d'hélicoptères d'Albenga: une interview avec le Dr Borgo, médecin du 118 en Ligurie

« Entrons dans le sujet étape par étape. Pour nos lecteurs moins familiarisés avec certaines problématiques : qu'est-ce qu'être médecin dans les 118 services ? Quelles compétences et responsabilités avez-vous ?

« Être urgentiste extra-hospitalier, c'est être romantiquement un médecin au sens où les gens l'entendent, c'est-à-dire un médecin qui doit pouvoir s'occuper d'un peu de tout.

Des urgences cardiologiques à la traumatologie et aux urgences pédiatriques, puis travailler en milieu hostile, donc hors des murs protecteurs d'un milieu hospitalier.

Moins de ressources, certes : il faut donc savoir quoi faire et comment se comporter avec les moyens dont nous disposons.

L'avantage est que j'ai la chance de pouvoir le faire à la fois dans une ambulance, ce qui est typique de la Ligurie mais pas de toute l'Italie, et de travailler également avec des hélicoptères de sauvetage.

On peut donc dire que mon professionnalisme, que je passe dans l'ambulance, je le passe aussi dans le sauvetage en hélicoptère : l'hélicoptère n'est rien de plus qu'une ambulance qui nous permet d'atteindre plus rapidement des zones éloignées et inconfortables.

Mais ce que vous faites dans un hélicoptère est le même que ce que vous faites dans une ambulance : la qualité des soins est la même.

Selon l'horaire de rotation, nous alternons entre la journée en hélicoptère et la nuit en ambulance, ou la journée en ambulance et l'arrêt pour l'hélicoptère, car l'hélicoptère n'est actuellement disponible que pendant la journée ».

 

« Les 118 services de la Ligurie, comme tous les 118 services, sortent d'une année 2020 inattendue et d'une première partie de 2021 avec un impact majeur : quel est le bilan de ces 18 derniers mois violents ?

« Cela a certainement été difficile et fatiguant, également parce que nous devions récupérer des patients à domicile.

Nous avons eu beaucoup d'opérations, mais les hôpitaux ont certainement eu plus de problèmes que nous parce que les patients ont également eu besoin d'une hospitalisation prolongée.

Nous avons eu des problèmes car il était parfois difficile de décharger le patient aux urgences car la réceptivité des hôpitaux, dans certaines phases, était vraiment problématique.

Dans le même temps, il y a eu une légère diminution du nombre d'opérations : pendant le confinement, les gens se déplaçaient moins, donc il y avait moins d'incidents et moins de personnes en déplacement la nuit, et donc des problèmes d'affluence.

Le problème grave est que beaucoup de gens avaient peur d'appeler le système d'urgence parce qu'ils avaient peur d'aller à l'hôpital. C'était grave parce que les personnes ayant une crise cardiaque ou des problèmes d'ischémie cérébrale n'appelaient pas le 118.

Cela a entraîné une augmentation de la mortalité due aux maladies cardiovasculaires précisément parce que les gens avaient peur d'aller à l'hôpital.

Pourtant, les zones hospitalières étaient alors des zones protégées car elles tentaient dès le départ de garantir les parcours les plus propres possibles pour les patients qui n'étaient pas covid mais qui présentaient des pathologies d'urgence ».

« Nous vous avons demandé un entretien car, dans quelques jours, c'est le premier anniversaire de la deuxième base de sauvetage par hélicoptère en Ligurie, et nous voulions vous demander un bilan. Comment s'est passée cette insertion, cette autre possibilité pour les citoyens ligures ?

« En tant qu'opérateur et en tant que citoyen, je suis très heureux des résultats obtenus.

C'était un problème pour démarrer car il fallait repartir de zéro avec le Covid, donc c'était difficile de démarrer.

Cependant, il était immédiatement clair à quel point il était important d'avoir un autre véhicule d'intervention avancée.

La Ligurie est une région longue et étroite avec de nombreux problèmes de circulation, surtout à cette période, en raison des chantiers de construction d'autoroutes qui rendent parfois impossible de se déplacer même sur quelques kilomètres.

Un hélicoptère stratégiquement positionné à Albenga a permis de réduire les temps d'intervention, notamment dans la partie ouest de la région : auparavant, pour intervenir dans la zone d'Imperia, nous devions partir de Gênes, maintenant nous décollons d'Albenga, donc les temps d'arrêt et d'intervention sont extrêmement réduits.

En parallèle, on décharge le territoire car on peut prendre en charge le patient et l'amener au hub de référence, qui est souvent le DEA de second niveau à Santa Corona et on laisse l'ambulance libre sur le territoire.

De plus, cet hélicoptère nous offre une couverture 365 jours par an, ce que l'hélicoptère des pompiers n'est actuellement pas en mesure de garantir en raison de leurs problèmes, et nous couvrons donc toute la Ligurie.

Nous pouvons déjà opérer dans des conditions de faible luminosité et, à partir de l'année prochaine, nous prévoyons d'activer le service H24, ce qui améliore encore la réponse du système d'urgence. C'est extrêmement important.

L'hélicoptère que nous utilisons est déjà équipé et certifié pour voler avec des lunettes de vision nocturne (NVG).

De plus, nous devons nous rappeler que les Urgences ne sont pas souvent prévisibles, qu'il peut y avoir besoin de deux interventions simultanées et que nous pouvons donc garantir une meilleure réponse : il est souvent arrivé que nous ayons deux machines en l'air en même temps .

Avec, bien sûr, une attention particulière des opérateurs dans la gestion des arrivées, pour ne pas gêner ».

« Deuxième base d'hélicoptères en Ligurie : pouvons-nous vous demander quel hélicoptère ils ont mis à votre disposition et comment vous en êtes-vous sorti ? »

« Nous parlons de la Airbus H145 modèle, un hélicoptère vraiment performant, fiable et silencieux.

Grâce à ses patins et à sa taille compacte, nous avons pu atterrir même dans les zones les plus étroites et les plus inaccessibles de la Ligurie, qui seraient autrement inaccessibles.

D'un point de vue médical, nous avons particulièrement apprécié le confort du vol et la possibilité d'opérer sur l'ensemble du corps du patient sur civière, en réalisant des manœuvres de BLS et des intubations endotrachéales si nécessaire.

Le rotor intubé Fenestron nous a permis d'opérer en toute sécurité même lors des approches et des atterrissages sur des zones non préparées, sur des pentes ou en présence d'obstacles ».

« Vous avez mentionné l'opération de 24 heures. Pouvez-vous expliquer à quelqu'un qui n'est pas familier avec le sauvetage par hélicoptère quelles sont les spécificités du vol de nuit ? Quels problèmes cela pose-t-il ?

« Le problème des opérations de nuit est lié à l'identification de zones d'atterrissage adaptées et certifiées : la réglementation est très complexe.

Au départ, le sauvetage par hélicoptère implique le transport d'un héliport à un autre : on ne peut pas faire une intervention primaire sur le terrain, pour ainsi dire.

Afin de résoudre ce problème, nous cartographions autant d'héliports que possible en Ligurie afin qu'ils puissent également être utilisés la nuit et rapprocher l'hélicoptère de l'arrière-pays.

Cela se fait grâce à la collaboration des administrations municipales que nous avons sollicitées, qui se sont rendues disponibles pour améliorer les surfaces, et en collaboration avec le Piedmont Helicopter Service qui nous a aidés car ils ont commencé à travailler la nuit, et nous ont donc permis de identifier et certifier autant d'héliports que possible.

Donc, l'année prochaine, lorsque le service 24h/XNUMX sera lancé, nous aurons déjà un bon réseau de bases où nous pourrons passer pour récupérer les patients.

Ainsi, l'ambulance locale pourra transporter le patient depuis n'importe quel village de l'arrière-pays et, en tout cas, loin d'une salle d'urgence.

De plus, pouvoir voler la nuit nous permet de prolonger le service jusque tard dans la soirée, car les hélicoptères ne peuvent normalement pas voler à quatre heures et demie en hiver.

L'année dernière nous avons déjà volé dans le noir en fin d'après-midi, et c'est grâce aux moyens mis à notre disposition car l'hélicoptère mis à disposition par la société Airgreen et la formation de son personnel nous permettent de voler dans des conditions extrêmement paisibles ».

« Sans entrer dans les détails, parlons de la réforme 118. En quittant la Ligurie, je voudrais vous demander un bilan technique : quel est l'état de l'art du sauvetage par hélicoptère en Italie ? Qu'est-ce qui pourrait être amélioré ».

« Chaque région s'organise comme elle l'entend.

Il existe une organisation, la HEMS Association, qui essaie de regrouper tous les différents services d'hélicoptères. Ainsi, ils peuvent partager les problèmes.

Ce n'est pas une situation homogène, dans le sens où avec des machines extrêmement performantes, les procédures peuvent changer.

À tel point qu'il existe de nombreux hélicoptères en Italie qui n'utilisent pas le treuil et préfèrent utiliser l'hélicoptère comme un hélicoptère.

C'est vraiment dommage, d'autant plus que certains hélicoptères, comme celui que nous utilisons actuellement, l'Airbus H145, permettent de charger la civière hissée directement dans la cabine, même en vol shunté.

Cette caractéristique augmente la sécurité, car elle réduit le temps d'exposition au risque pendant les opérations de treuil.

Dans notre région longue et étroite, où il est difficile d'atterrir, nous ne serions pas en mesure de sauver de nombreux patients sans l'utilisation du treuil.

Il est donc essentiel, à mon sens, de généraliser l'usage du treuil au sein des services de secours par hélicoptère : cela passe par la formation du personnel et une collaboration étroite avec le corps de secours en montagne, ce qui nous aide vraiment.

Avoir un médecin qui est amené sur le terrain est certainement le choix gagnant, et je dois dire que le modèle européen et italien est certainement gagnant par rapport au modèle anglo-saxon, qui ne prévoit pas de médecin sur le terrain.

En gros, parce que ça coûte plus cher.

Mais lorsqu'un patient a un traumatisme majeur, un syndrome coronarien aigu ou un problème respiratoire, la philosophie doit être d'amener le médecin sur place.

Alors amener les urgences au domicile du patient : c'est ce que nous faisons, avec enthousiasme ».

Nous disons au revoir au Dr Borgo, le remerciant pour sa gentillesse et sa patience à expliquer des concepts complexes avec simplicité : les 118 services de la Ligurie sont confiés aux mains expertes et compétentes de professionnels de premier plan, et c'est tout ce dont les citoyens ont besoin.

Lire aussi:

Italie, le service de sauvetage par hélicoptère de Bologne fête ses 35 ans : « Et nous allons nous améliorer encore »

SAF commande trois H145 pour les missions EMS en France

HEMS en Norvège, une étude pour introduire un système d'équité dans la localisation des bases d'hélicoptères

Vous pourriez aussi aimer