Cardiomyopathie dilatée : qu'est-ce que c'est, quelles sont ses causes et comment la traiter

La cardiomyopathie dilatée est une maladie qui affecte le muscle cardiaque et altère la capacité du cœur à pomper efficacement le sang vers le reste du corps

Qu'est-ce que la cardiomyopathie dilatée?

La cardiomyopathie dilatée est une affection qui affecte principalement le ventricule gauche, la partie du cœur qui envoie le sang au reste du corps via l'aorte.

Il s'agit d'un élargissement du ventricule, qui est associé à une capacité réduite à pomper le sang (insuffisance cardiaque « systolique » ou « à faible fraction d'éjection »).

Bien qu'elle puisse être asymptomatique dans certains cas, la cardiomyopathie dilatée est une maladie qui, si elle n'est pas traitée, peut entraîner avec le temps une insuffisance cardiaque, un syndrome caractérisé par une accumulation de liquide dans les poumons (congestion pulmonaire), l'abdomen, les jambes et les pieds, les artères mitrale et /ou une insuffisance de la valve tricuspide (c'est-à-dire une incontinence) secondaire à une dilatation ventriculaire, des embolies et des arythmies pouvant également entraîner une mort subite.

Quelles sont les causes de la cardiomyopathie dilatée ?

CARDIOPROTECTION ET RÉANIMATION CARDIOPULMONAIRE ? VISITEZ LE STAND EMD112 À L'EXPO D'URGENCE MAINTENANT POUR EN SAVOIR PLUS

Dans de nombreux cas, il n'est pas possible de retracer les causes de l'hypertrophie cardiaque et la cardiomyopathie dilatée est donc appelée idiopathique.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles le cœur peut grossir : mutations génétiques, malformations congénitales, infections, abus d'alcool ou de drogues, certaines chimiothérapies, exposition à des substances toxiques telles que le plomb, le mercure et le cobalt, et maladies cardiovasculaires telles que les cardiopathies ischémiques et l'hypertension artérielle. pression.

Quels sont les symptômes de la cardiomyopathie dilatée ?

Généralement, les symptômes de la cardiomyopathie dilatée sont ceux d'une insuffisance cardiaque ou sont dus à des arythmies et peuvent inclure une pâleur cutanée, une faiblesse, une fatigabilité facile, un essoufflement lors d'un effort même modeste ou en position couchée, une toux sèche persistante (en particulier en position couchée) , gonflement de l'abdomen, des jambes, des pieds et des chevilles, prise de poids soudaine causée par la rétention d'eau, perte d'appétit, palpitations, étourdissements ou évanouissements.

Comment prévenir la cardiomyopathie dilatée ?

DEA DE QUALITÉ ? VISITEZ LE STAND ZOLL AU SALON EMERGENCY

Le risque de développer une cardiomyopathie dilatée peut être réduit en évitant de fumer, en ne consommant de l'alcool qu'avec modération, en ne consommant pas de drogues, en maintenant une alimentation saine et équilibrée et en faisant régulièrement de l'exercice en fonction de sa condition.

Diagnostic

En présence de symptômes d'une éventuelle cardiomyopathie dilatée, le médecin peut prescrire les examens suivants :

  • Tests sanguins : le BNP (peptide natriurétique cérébral) peut être mesuré, qui est élevé en présence d'insuffisance cardiaque ; des altérations des indices de la fonction hépatique et rénale peuvent être présentes, traduisant la souffrance de ces organes due à l'insuffisance cardiaque ; une hyposodopémie et une anémie sont présentes dans les cas les plus graves.
  • Radiographie pulmonaire (thorax X-ray) : apporte deux informations importantes : la première concerne la taille du cœur et la seconde la présence et le degré de congestion pulmonaire.
  • ECG : enregistre l'activité électrique du cœur. Il peut montrer de multiples altérations, notamment des signes d'infarctus du myocarde antérieurs ou des signes de surcharge (fatigue de surmenage) du ventricule gauche ou des arythmies.
  • Échocardiogramme : Il s'agit d'un test d'imagerie qui visualise les structures du cœur et le fonctionnement de ses parties mobiles. L'appareil envoie un faisceau d'ultrasons vers le thorax, à travers une sonde posée à sa surface, et retraite les ultrasons réfléchis qui reviennent vers la même sonde après avoir interagi de différentes manières avec les différents composants de la structure cardiaque (myocarde, valves, cavités) . C'est l'examen pivot : il permet d'évaluer la taille et l'épaisseur des parois de la cavité cardiaque, la fonction contractile (mesurée par un paramètre appelé « fraction d'éjection ») et la fonction valvulaire, et d'estimer la pression pulmonaire.
  • Test d'effort avec consommation d'oxygène : le test consiste à enregistrer un électrocardiogramme pendant que le patient effectue un exercice physique, généralement en marchant sur un tapis roulant ou en pédalant sur un vélo d'appartement ; un embout buccal est également appliqué pour mesurer le gaz expiré. Le test est réalisé selon des protocoles prédéfinis. Elle permet d'acquérir de multiples informations dont les plus importantes sont la résistance du sujet à l'effort et l'apparition de signes d'ischémie sous stress.
  • Coronarographie : c'est l'examen qui permet de visualiser les artères coronaires en y injectant du produit de contraste radio-opaque. L'examen est effectué dans une salle de radiologie spéciale, dans laquelle toutes les mesures de stérilité nécessaires sont observées. L'injection de produit de contraste dans les artères coronaires implique le cathétérisme sélectif d'une artère et l'avancement d'un cathéter jusqu'à l'origine des vaisseaux explorés. Il sert à exclure la présence d'une maladie coronarienne importante.
  • Cathétérisme cardiaque : méthode invasive basée sur l'introduction d'un petit tube (cathéter) dans un vaisseau sanguin ; le cathéter est ensuite poussé jusqu'au cœur et permet d'acquérir des informations importantes sur le débit sanguin, l'oxygénation et la pression dans les cavités cardiaques et les artères et veines pulmonaires. Effectué rarement ; il documente l'augmentation des pressions de remplissage ventriculaire et, dans les formes les plus sévères, la diminution du débit cardiaque (c'est-à-dire la quantité de sang pompée par le cœur) et l'hypertension pulmonaire.
  • Biopsie endomyocardique : elle est réalisée lors d'un cathétérisme cardiaque à l'aide d'un instrument appelé biotome. Les biopsies sont généralement prises sur le côté droit du septum interventriculaire. Il est indiqué chez les patients atteints de cardiomyopathie dilatée récente et d'insuffisance cardiaque «fulminante» pour détecter la présence d'une myocardite et, le cas échéant, pour identifier le type de cellules soutenant le processus inflammatoire, car cela a une valeur pronostique importante.
  • Imagerie par résonance magnétique cardiaque (IRM) avec produit de contraste : produit des images détaillées de la structure du cœur et des vaisseaux sanguins en enregistrant un signal émis par des cellules soumises à un champ magnétique intense. Il fournit les mêmes informations que l'échocardiogramme, mais permet une meilleure évaluation du ventricule droit, et, en plus, d'évaluer la "structure" du myocarde, permettant ainsi d'évaluer la présence de processus inflammatoires et de zones de fibrose (cicatrices). identifié.
  • Tomodensitométrie cardiaque avec produit de contraste : il s'agit d'un examen d'imagerie diagnostique qui implique une exposition à des rayonnements ionisants. Il donne des informations similaires à l'IRM. Avec courant équipements, en administrant du produit de contraste par voie intraveineuse, il est alors possible de reconstruire la lumière coronarienne et d'obtenir des informations sur tout rétrécissement critique.
  • Investigations génétiques : elles sont réalisées en analysant l'ADN de globules blancs contenue dans un échantillon de sang obtenu à partir d'un prélèvement veineux normal. Dans le cas des cardiomyopathies dilatées familiales, il est possible de rechercher des mutations génétiques associées au développement de la cardiomyopathie dilatée ; si une mutation associée au développement d'une cardiomyopathie dilatée est identifiée, il sera alors possible d'étudier les parents « sains » : ceux chez qui la recherche de la mutation s'avère négative pourront être rassurés qu'ils ne développeront pas la maladie.

Traitements

Lorsque la cause de la cardiomyopathie dilatée est connue, elle doit, si possible, être retirée ou corrigée. Quelle que soit la cause, un traitement contre l'insuffisance cardiaque doit être institué pour améliorer les symptômes et augmenter la survie.

Actuellement, le traitement de l'insuffisance cardiaque comprend :

  • Médicaments : inhibiteurs de l'ECA/sartan, bêta-bloquants, anti-aldostéroniques, diurétiques, digoxine.
  • Implantation d'un stimulateur biventriculaire (PM) et/ou d'un défibrillateur automatique (ICD).

Dans les cas plus graves réfractaires aux traitements ci-dessus : implantation de dispositifs d'assistance ventriculaire gauche (DAVG) et/ou transplantation cardiaque.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Maladie cardiaque : qu'est-ce que la cardiomyopathie ?

Inflammations du cœur : myocardite, endocardite infectieuse et péricardite

Murmures cardiaques : qu'est-ce que c'est et quand faut-il s'en préoccuper

Le syndrome du cœur brisé est en augmentation : nous connaissons la cardiomyopathie de Takotsubo

Cardiomyopathies : qu'est-ce que c'est et quels sont les traitements ?

Cardiomyopathie ventriculaire droite alcoolique et arythmogène

Différence entre la cardioversion spontanée, électrique et pharmacologique

Qu'est-ce que la cardiomyopathie de Takotsubo (syndrome du cœur brisé) ?

La source:

Humanitas

Vous pourriez aussi aimer