Colite pseudomembraneuse : causes, symptômes, diagnostic, traitement, complications, pronostic, mortalité

La colite pseudomembraneuse" (également appelée "entérocolite pseudomembraneuse", d'où les acronymes "CPM" et "ECPM") est une inflammation du côlon (d'où le terme "colite") caractérisée par des plaques blanc-jaune surélevées qui se rejoignent pour former des pseudomembranes sur la muqueuse

L'inflammation du côlon se produit lorsque, dans certaines circonstances, la bactérie Clostridioides difficile (autrefois connue sous le nom de « Clostridium difficile ») endommage l'organe par sa toxine.

Elle apparaît presque toujours chez les personnes précédemment traitées avec des antibiotiques et est donc aussi souvent appelée « colite associée aux antibiotiques ».

Il survient également le plus souvent chez les personnes affaiblies admises dans les hôpitaux ou les maisons de retraite.

La bactérie Clostridioides difficile est à l'origine de la plupart des colites pseudomembraneuses, mais ce n'est pas le seul agent étiologique possible.

La colite pseudomembraneuse touche principalement les adultes, mais peut également toucher les enfants et les personnes âgées

Elle touche électivement la partie la plus terminale du côlon : le côlon descendant, le sigma et le rectum sont atteints dans 77 à 80 % des cas ; le caecum, le côlon ascendant et transverse sont touchés dans 5 à 19 % des cas.

La maladie se caractérise par une diarrhée, parfois avec une odeur fétide, de la fièvre, des douleurs abdominales et une leucocytose, et peut être sévère et dans certains cas mortelle.

Divers professionnels peuvent être impliqués dans le diagnostic et le traitement de la maladie, notamment un gastro-entérologue, un infectivologue, un diététicien et un chirurgien généraliste.

Causes et facteurs de risque

La colite pseudomembraneuse est souvent causée par des toxines produites par la bactérie Clostridioides difficile (autrefois connue sous le nom de Clostridium difficile).

Cette bactérie fait normalement partie du microbiote humain.

Le microbiote humain (également appelé à tort flore intestinale) est l'ensemble des micro-organismes symbiotiques qui coexistent avec l'organisme humain sans lui nuire.

La présence de Clostridioides difficile n'est donc pas un problème, du moins jusqu'à ce que certaines circonstances le rendent dangereux pour le côlon qui l'héberge.

L'utilisation de la quasi-totalité des antibiotiques, mais surtout des antibiotiques à large spectre tels que les quinolones, la clindamycine et les céphalosporines, est l'un des facteurs de risque qui font de la bactérie un risque sanitaire : les antibiotiques provoquent en effet une modification de l'équilibre de la flore bactérienne normale des l'intestin, favorisant sa propagation anormale.

En particulier, lorsque l'antibiotique détruit les bactéries compétitives dans l'intestin, alors tous les organismes restants auront moins de compétition pour l'espace et les nutriments dans le côlon : l'effet net est de permettre une croissance plus étendue de certaines bactéries normalement présentes dans le microbiote, y compris Clostridioides difficile.

Cette bactérie prolifère anormalement et cela provoque une augmentation de la toxine qu'elle produit, une toxine responsable de diarrhée et d'autres symptômes et signes qui caractérisent la colite pseudomembraneuse.

La colite pseudomembraneuse est causée par Clostridioides difficile dans 90 à 95 % des cas.

Les autres causes

Clostridioides difficile n'est pas le seul agent étiologique de la colite pseudomembraneuse : dans environ 5 à 10 % des cas, elle est causée par d'autres causes, qui peuvent être la maladie de Behçet, la colite collagène, la maladie intestinale inflammatoire, la colite ischémique, d'autres organismes infectieux (bactéries, parasites et virus ) et certains médicaments et toxines.

Les bactéries responsables de la colite pseudomembraneuse, en plus de Clostridioides difficile, comprennent :

  • Escherichia coli;
  • Klebsiella ocytoca;
  • Clostridium ramosum;
  • Clostridium perfringens;
  • Plesiomonas shigelloides
  • Salmonella enterica;
  • Shigelle;
  • Staphylococcus aureus;
  • Yersinia enterocolitica.
  • Les parasites comprennent :
  • Entamoeba histolytica;
  • Schistosoma mansoni;
  • Strongyloides stercoralis;

Parmi les virus, une cause possible est le cytomégalovirus.

Symptômes et signes

Les symptômes et les signes de la colite pseudomembraneuse peuvent varier considérablement en fonction de nombreux facteurs, notamment l'âge et l'état de santé général du patient, la cause spécifique, le mode d'apparition, la partie du côlon affectée, la gravité des modifications de la flore intestinale et la qualité du système immunitaire du patient. réponse.

La colite pseudomembraneuse se traduit presque toujours par :

  • diarrhée aiguë ou chronique, souvent accompagnée de traces de sang et d'une odeur fétide ;
  • douleur et/ou crampes dans l'abdomen;
  • fièvre, même forte fièvre;
  • mucus ou pus dans les selles;
  • la nausée;
  • la déshydratation;
  • malaise général.

Symptômes et signes de la forme fulminante

Les patients très âgés et/ou immunodéprimés (par exemple atteints du SIDA) peuvent présenter la forme fulminante de la colite pseudomembraneuse, qui peut présenter, en plus des symptômes et signes énumérés ci-dessus :

  • hypotension artérielle (pression artérielle basse)
  • hyperazotémie;
  • la déshydratation;
  • forte fièvre;
  • hyperleucocytose même avec un nombre de globules blancs supérieur à 40 000/mm3 ;
  • le coma et la mort dans les cas les plus graves et non traités.

Diagnostic

Le diagnostic est réalisé par plusieurs moyens: tout d'abord, l'anamnèse est importante, dans laquelle le patient décrit ses symptômes au médecin et énumère une série d'informations utiles, telles que la présence éventuelle d'autres maladies, les tests et les opérations effectuées , la présence éventuelle d'affections provoquant un état d'immunosuppression, les séjours hospitaliers antérieurs et le type de régime alimentaire.

Au cours de l'anamnèse, le médecin doit voir sonner l'alarme si le patient décrit une utilisation intensive d'antibiotiques associée à une diarrhée avec du mucus et du sang et des douleurs abdominales.

Le test objectif portera en particulier sur l'abdomen : le médecin recherchera des signes de pathologie par exemple en l'observant et en le palpant.

Le doute diagnostique sera confirmé dans la plupart des cas par la médecine de laboratoire : le patient recueille ses selles et le technicien de laboratoire y identifiera la présence de toxines de Clostridioides difficile.

En l'absence de telles toxines et en excluant l'infection la plus probable à Clostridioides difficile, une coloscopie est réalisée qui détecte par endoscopie les pseudomembranes typiques de la maladie.

À ce stade, le diagnostic doit discriminer les causes possibles, en recherchant des agents pathogènes qui, moins fréquemment que Clostridioides difficile, peuvent provoquer ce type de colite.

Grâce à la coloscopie, une biopsie peut être réalisée, ce qui permet d'envoyer un échantillon histologique au laboratoire.

Pour le diagnostic différentiel, divers tests peuvent être utiles, notamment des analyses de sang, des analyses d'urine, une échographie abdominale, des radiographies et des tomodensitogrammes.

Le diagnostic différentiel découle de maladies et d'affections qui se traduisent par des symptômes et des signes plus ou moins similaires, notamment :

  • colite de chimiothérapie;
  • Infection par le VIH
  • La maladie de Crohn;
  • cancer du colon;
  • maladie diverticulaire;
  • maladie cœliaque;
  • indigestion;
  • calculs biliaires;
  • syndrome post-cholécystectomie;
  • maladies endocriniennes non gastro-intestinales;
  • intolérances alimentaires;
  • colite ischémique;
  • colite ulcéreuse;
  • autres types de colite.

Complications de la colite

Les complications possibles incluent:

  • perte de liquide massive;
  • la déshydratation;
  • destruction de la muqueuse intestinale affectée;
  • hypovolémie et hypotension artérielle avec choc hypovolémique possible ;
  • épuisement des électrolytes ;
  • état septique;
  • mégacôlon toxique;
  • perforation intestinale;
  • hémorragie intestinale;
  • décès.

Un traitement très rapide est nécessaire dans ces cas, car de telles complications peuvent rapidement entraîner la mort (colite fulminante), en particulier chez les personnes affaiblies et fragiles.

Thérapie

En présence de nombreux indices diagnostiques (utilisation d'antibiotiques, douleurs abdominales, diarrhée sévère avec mucus et sang), un traitement empirique doit être instauré avant que les résultats de la recherche de la toxine Clostridioides difficile n'arrivent du laboratoire.

Le traitement consiste à interrompre, si possible, toute antibiothérapie que le patient pourrait prendre et à administrer un antibiotique spécifique contre Clostridioides difficile, généralement du métronidazole, de la vancomycine, du linézolide ou de la bacitracine, par voie orale.

Plus récemment, la rifaximine et la fidaxomicine sont également disponibles.

Le traitement doit également viser à rétablir rapidement l'équilibre hydro-électrolytique et à corriger les éventuelles altérations ioniques, avec une reconstitution hydrique pour éviter l'hypovolémie et l'hypotension sévère.

Les ferments lactiques et/ou autres formulations orales (comprimés, suspensions et/ou poudres) contenant des spores, des bactéries ou des levures doivent être pris en concomitance avec l'antibiothérapie puis prolongés longtemps après le traitement afin de rétablir le microbiote humain normal.

Dans les formes sévères, une intervention chirurgicale d'urgence n'est pas exclue, par exemple en cas de côlon perforé avec hémorragie.

Ces dernières années, l'utilisation de la « transplantation de microbiote fécal » (également appelée « transplantation fécale ») pour rétablir l'équilibre bactérien normal du côlon est devenue de plus en plus populaire.

Si le dépistage de Clostridioides difficile s'avère négatif (5 à 10 % des cas) et que les symptômes persistent malgré un traitement empirique, la cause sous-jacente doit être déterminée en urgence (par coloscopie, biopsie et autres tests éventuels) et une thérapie adaptée.

Colite, le régime recommandé

Certains aliments peuvent augmenter les symptômes et les signes de tout type de colite, donc - même dans le cas d'une colite pseudomembraneuse - il peut être conseillé de les éviter ou du moins de limiter leur consommation.

Il s'agit notamment de:

  • café;
  • chocolat;
  • boissons contenant de la caféine;
  • spiritueux et spiritueux;
  • boissons gazeuses;
  • produits laitiers (en cas d'intolérance au lactose);
  • aliments contenant du gluten en cas de maladie coeliaque (pâtes, pain, gressins, crackers, biscottes, pains, focaccia, pizza, gnocchi, biscuits sucrés, etc.) ;
  • haricots, pois, fèves et légumineuses sèches en général ;
  • fruits secs, fruits à pulpe ou graines;
  • aliments contenant du soufre ou des sulfates ;
  • les aliments riches en fibres, y compris les produits à grains entiers ;
  • noix et fruits secs, huiles et beurres qui en sont extraits;
  • produits contenant du sorbitol (gomme et bonbons sans sucre);
  • Piment.

À l'inverse, il peut être bénéfique de consommer certains aliments, notamment :

  • viande blanche cuite à la vapeur;
  • poisson bouilli;
  • pommes de terre bouillies;
  • carottes bouillies;
  • yaourt riche en ferments lactiques;
  • fruits cuits;
  • soupes à l'avoine, à l'orge et au riz;
  • bouillon de légumes;
  • fromages non fermentés.

Pronostic et rechute

Le pronostic varie selon la cause.

Si la colite pseudomembraneuse est associée à l'administration ou à l'exposition à des agents pathogènes spécifiques, par exemple des antibiotiques qui perturbent l'équilibre de la flore bactérienne intestinale, l'arrêt de l'exposition peut entraîner une rémission rapide, en particulier chez des individus par ailleurs en bonne santé, jeunes et immunocompétents.

Le traitement par le métronidazole et la vancomycine se résout généralement, bien que des rechutes soient observées dans environ 20 à 25 % des cas.

Si la colite est causée par Clostridioides difficile, le risque de récidive après la première récidive augmente jusqu'à 60 %

Le pronostic sur le risque de récidive de la colite pseudomembraneuse à Clostridioides difficile est lié à la présence ou non de l'appendice, celui-ci jouant probablement un rôle actif dans la restauration d'une microflore intestinale normale après une antibiothérapie.

La probabilité d'infection par un Clostridioides difficile est de 11 % chez les patients appendiculaires contre 48 % chez les sujets appendectomisés.

Mortalité

La maladie peut être grave et dans certains cas mortelle (certaines estimations citent un taux de mortalité compris entre 6 et 30%).

La mortalité augmente avec l'augmentation du retard diagnostique et thérapeutique et est généralement liée au mégacôlon, à la perforation intestinale et à l'hémorragie interne massive.

Le sepsis et le choc hypovolémique sont des causes possibles de décès.

Le risque le plus élevé survient dans les cas fulminants, qui surviennent souvent chez des personnes fragiles (personnes greffées, personnes âgées, immunodéprimées, etc.).

La présence de l'appendice diminue le risque de décès, alors que son absence (appendicectomie) l'augmente.

Lire aussi

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Colite ulcéreuse : causes, symptômes et traitement

La maladie de Crohn : qu'est-ce que c'est et comment la traiter

Colite : symptômes, traitement et quoi manger

Le taux de mortalité par chirurgie intestinale au Pays de Galles « plus élevé que prévu »

Syndrome du côlon irritable (SCI) : une affection bénigne à garder sous contrôle

Colite et syndrome du côlon irritable : quelle est la différence et comment les distinguer ?

Syndrome du côlon irritable : les symptômes avec lesquels il peut se manifester

Maladie inflammatoire chronique de l'intestin : symptômes et traitement de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse

Maladie de Crohn ou syndrome du côlon irritable ?

USA : La FDA approuve Skyrizi pour traiter la maladie de Crohn

Maladie de Crohn : qu'est-ce que c'est, déclencheurs, symptômes, traitement et régime alimentaire

Saignement gastro-intestinal : qu'est-ce que c'est, comment il se manifeste, comment intervenir

Calprotectine fécale : pourquoi ce test est effectué et quelles valeurs sont normales

Que sont les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) ?

Maladies inflammatoires chroniques : ce qu'elles sont et ce qu'elles impliquent

Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin : parlons de la rectocolite ulcéreuse (CU) et de la maladie de Crohn (MC)

Défécation Obstruée : Comment Elle Se Manifeste Et Comment Traiter Cette Forme De Constipation Chronique

Source

Médecine en ligne

Vous pourriez aussi aimer