Diabète et grossesse : ce que vous devez savoir

Faire face à une gestation sereine pour les femmes enceintes atteintes de diabète est possible grâce à une préparation adéquate et à des parcours dédiés

Une prise en charge globale de la femme enceinte et un parcours de soins adapté avant, pendant et après la grossesse peuvent aider les femmes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2 à vivre la période de grossesse avec conscience et sérénité.

Grossesse et diabète : l'importance de se tourner vers des centres spécialisés

Les femmes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2 peuvent avoir des appréhensions à l'idée d'entreprendre une grossesse, en raison d'éventuelles complications liées au diabète, ou au contraire être peu conscientes des risques résultant d'une préparation à la grossesse limitée ou inexistante et d'une prendre soin de leur condition sous-jacente pendant la grossesse.

Il est important de souligner qu'avec le soutien d'un centre spécialisé et une préparation adéquate, les femmes atteintes de diabète peuvent entreprendre une grossesse en toute sérénité.

En Italie, il existe des centres « Diabète et Grossesse » dans presque tous les grands hôpitaux des grandes agglomérations.

L'accès à l'un de ces centres est indispensable :

  • avant la grossesse pour s'y préparer au mieux
  • pendant la gestation et à l'approche de l'accouchement au cas où une hospitalisation deviendrait nécessaire.

Quels sont les risques du diabète pendant la grossesse

Les recommandations des spécialistes doivent être suivies en gardant à l'esprit que la femme diabétique peut faire beaucoup pour atténuer les risques que le diabète, s'il n'est pas maîtrisé, peut poser pendant la grossesse.

Le diabète en fait

  • augmente la fréquence des fausses couches et des malformations congénitales si le contrôle glycémique n'est pas optimal pendant la période de conception ;
  • augmente le risque d'hypertension et de pré-éclampsie, une condition qui peut causer de graves dommages aux organes dans la deuxième partie de la grossesse et peut être associée à un dysfonctionnement placentaire ;
  • il augmente le risque d'accouchements prématurés et de césariennes si la glycémie pendant la grossesse n'est pas bien contrôlée ;
  • elle augmente le risque d'hypoglycémie chez le nouveau-né si le contrôle glycémique des dernières semaines de grossesse n'est pas optimal.

En quoi consiste le cours de grossesse pour les femmes atteintes de diabète

Le déroulement de la grossesse chez les femmes atteintes de diabète est difficile et implique

  • surveillance continue de la glycémie, éventuellement avec l'utilisation de capteurs de glycémie en continu et d'alarmes en cas d'hypoglycémie ;
  • l'insulinothérapie avec une pompe ou des injections multiples ajustées en continu aux changements de résistance à l'insuline à différents stades de la grossesse pour maintenir la glycémie aussi près que possible de la plage normale ;
  • consultations obstétriques fréquentes en ambulatoire dans des centres spécialisés.

Le parcours préconceptionnel pour les femmes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2

Le parcours préconceptionnel d'une femme atteinte de diabète de type 1 ou de type 2, élaboré et soigneusement suivi par une équipe multidisciplinaire dédiée, est le point de départ et vise à optimiser la glycémie qui, avant la conception, doit être la plus proche possible de normal, en limitant au maximum les épisodes hypoglycémiques.

Pour cela, il est également vérifié que les patients disposent et savent utiliser correctement toutes les aides qui aident à gérer les événements glycémiques extrêmes, comme par exemple

  • glucagon;
  • les bandes;
  • l'appareil de mesure de la cétonémie.

Si la femme n'utilise pas encore de capteur, il faut envisager d'en prescrire un en l'éduquant à son utilisation.

Il est également important de réévaluer les habitudes alimentaires et la capacité d'adapter l'insulinothérapie aux repas.

Les spécialistes, à ce stade, se préoccupent également d'évaluer les éventuelles complications préexistantes du diabète (HTA, rétinopathie ou néphropathie) et les médicaments pris en complément de l'insuline (ex : anti-hypertenseurs, statines, etc.), en vérifiant qu'ils sont également indiquée pendant la grossesse.

La majorité des femmes atteintes de diabète de type 2 prennent des antidiabétiques oraux : en vue d'une grossesse, ils doivent obligatoirement être remplacés par une insulinothérapie avant le début de la grossesse, pour éviter d'exposer l'embryon à des médicaments dont les effets sont inconnus pendant la grossesse.

Ces femmes doivent donc apprendre à effectuer des contrôles quotidiens de la glycémie et des injections d'insuline de manière autonome.

Les futures mamans atteintes de diabète de type 2 ont tendance à arriver non préparées à la conception : cela rend d'autant plus important leur prise en charge dans un centre spécialisé et le développement d'un parcours préconceptionnel.

Avant la conception : supplémentation en acide folique

La supplémentation en acide folique, dans l'alimentation des femmes en âge de procréer, par voie alimentaire et/ou par supplémentation, c'est-à-dire compléter l'alimentation avec des suppléments, sous l'avis de son gynécologue, est très importante pour la prévention du spina bifida et des malformations cardiaques chez le fœtus .

Il est important de rappeler que le risque de développer des malformations cardiaques ou spina bifida est trois fois plus élevé pour les bébés de mères atteintes de diabète avant la grossesse : 6 à 9 % contre 2 à 3 % dans les grossesses physiologiques.

Il est donc très important de prendre un apport quotidien préventif d'au moins 4-5 mg d'acide folique, une dose plus élevée que celle que l'on trouve normalement dans les suppléments de grossesse, dans les 2 mois précédant la conception et pendant au moins le premier trimestre de la grossesse.

Contrôles réguliers pendant la grossesse

Pendant la grossesse, dans les centres spécialisés, les femmes sont visitées tous les 15 jours par une équipe de spécialistes, dont le diabétologue et le gynécologue.

Les examens de routine et les contrôles périodiques sont variés :

  • analyses de sang et d'urine
  • contrôle du poids et de la tension artérielle ;
  • contrôles d'hémoglobine glycosylée : index de contrôle glycémique des 2 derniers mois ;
  • la fonction thyroïdienne;
  • présence de protéines dans l'urine pour détecter l'apparition d'une éventuelle pré-éclampsie à un stade précoce;
  • échographies pour évaluer la présence éventuelle de malformations et la croissance progressive du bébé;
  • surveillance cardiaque fœtale, c'est-à-dire surveillance cardiotocographique, sur les 2 derniers mois, dont on peut déduire le bien-être du fœtus.

La femme doit faire des efforts quotidiens pour

  • effectuer elle-même des contrôles fréquents de la glycémie, au moins 6 à 8 fois par jour;
  • utiliser un capteur pour le suivi continu de la glycémie interstitielle et télécharger les données sur des plateformes spécifiques afin de pouvoir les évaluer à distance si nécessaire.

L'insulinothérapie est calibrée, modifiée et contrôlée sur les 9 mois avec l'aide du diabétologue qui, à chaque visite, évalue la glycémie mesurée, l'évolution de l'insulinothérapie et la fréquence des hypoglycémies.

Accouchement : avant et après

L'accouchement est généralement planifié avec un déclenchement du travail à 38/39 semaines : chez les femmes diabétiques, le pourcentage de césariennes est de 65 à 75 %.

Le nouveau-né, en particulier s'il est lourd, peut souffrir d'hypoglycémie, qui se résout souvent avec un allaitement précoce, mais nécessite parfois une perfusion intraveineuse de glucose.

Après la naissance du bébé, il est nécessaire que la maman retrouve un bon équilibre glycémique et perde le surplus de poids acquis pendant la grossesse.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Prendre un bain de soleil pendant la grossesse : conseils pour un été en toute sécurité

Traumatisme et considérations propres à la grossesse

Lignes directrices pour la prise en charge d'une patiente enceinte traumatisée

Comment prodiguer des soins médicaux d'urgence corrects à une femme enceinte traumatisée ?

Grossesse : un test sanguin pourrait prédire les premiers signes avant-coureurs de la prééclampsie, selon une étude

Traumatisme pendant la grossesse : comment sauver une femme enceinte

Voyager pendant la grossesse : conseils et avertissements pour des vacances en toute sécurité

La source:

GSD

Vous pourriez aussi aimer