Mélanome de la peau : types, symptômes, diagnostic et derniers traitements

Risques de mélanome : l'été approche et avec lui le temps des bains de soleil, qu'il faut toujours prendre avec les précautions nécessaires

Selon de multiples études, la dernière décennie a vu une augmentation dans le monde, en particulier dans la tranche d'âge 30-50 ans, des cas de mélanome, un cancer malin de la peau de plus en plus fréquent.

Qu'est-ce que le mélanome

Le mélanome est une tumeur maligne qui provient des mélanocytes, les cellules responsables de la production de mélanine, le pigment naturel qui nous protège comme un bouclier contre les rayons UV qui peuvent, avec le temps, déclencher une série de processus cancérigènes et de vieillissement.

Cette forme de cancer se développe

  • principalement sur la peau;
  • plus rarement sur les muqueuses (bouche, nez, anus, vulve/vagin…) et sur les zones extracutanées (œil et oreille interne).

Les 4 types de mélanome

Quatre types de mélanome peuvent être distingués :

  • propagation superficielle, la forme la plus courante qui prend naissance dans la partie superficielle de la peau;
  • le lentigo maligna, plus rare et typique de l'âge avancé, se développe généralement à partir d'une tache solaire et d'une peau surexposée au soleil ;
  • le lentigo acralis acrale, également moins fréquent, se présente sous la forme d'une ecchymose/lésion et prend généralement naissance dans des sites périphériques (paume de la main, plante du pied, ongles, organes génitaux, etc.) ;
  • le mélanome nodulaire, la forme la plus agressive, qui représente environ 10/15% de tous les cas diagnostiqués de mélanome et l'une des principales causes de décès par cette maladie.

Alors que les trois premières formes se caractérisent initialement par une propagation superficielle, le mélanome nodulaire se propage profondément dès le départ, avec un pronostic donc plus difficile.

Les symptômes du mélanome et les 5 paramètres d'auto-observation

Les paramètres généraux à observer aussi et surtout indépendamment dans les taches cutanées ont été indiqués avec le ABCDE schéma directeur, qui rappelle les premières lettres de l'alphabet.

Ce sont précisément

  • asymétrie : un mélanome a une forme irrégulière, alors qu'un grain de beauté bénin a un aspect arrondi ;
  • bords : ils sont dentelés ou indéfinis, alors que ceux des taupes bénignes apparaissent pointus ;
  • couleur : les lésions mélanocytaires ont une coloration inégale avec des nuances différentes et inégales. Dans un petit pourcentage, le mélanome est également incolore (mélanome achromique mélanotique);
  • diamètre : c'est aujourd'hui un paramètre obsolète. Alors que dans le passé seuls les nævus de plus de 6 mm de diamètre étaient considérés à risque, le diagnostic précoce actuel permet de détecter les mélanomes même à un stade très précoce, c'est-à-dire de petite taille ;
  • évolution : il faut faire attention si les changements inhérents aux 4 catégories précédentes surviennent sur une tache cutanée dans un court laps de temps.

Il est nécessaire de s'habituer à scruter périodiquement la peau même dans les zones périphériques, à l'aide d'un miroir et d'une autre personne, et également de porter une attention particulière aux grains de beauté qui provoquent

  • inconfort local, comme des démangeaisons
  • brûlant pendant plus d'une semaine ;
  • saignement.

Examen dermatologique : Cartographie des grains de beauté

Une bonne pratique est d'avoir des visites régulières chez un spécialiste, au moins une fois par an ou plus fréquemment pour les personnes à risque, même avant la puberté, afin d'identifier les patients qui pourraient avoir une plus grande prédisposition.

Lors de l'examen dermatologique, lors de l'examen objectif, le médecin utilisera le

  • le dermatoscope à main, une lentille spéciale qui permet d'agrandir et de visualiser les structures profondes des taches examinées ;
  • le vidéodermatoscope, un appareil de dernière génération équipements, également disponible au Centre de Traitement La Madonnina, qui permet de
  • agrandissez les taches cutanées jusqu'à 100 fois;
  • les visualiser sur un ou plusieurs écrans ;
  • les archiver pour un suivi dans le temps : ce qu'on appelle le « mole mapping ».

Dans tous les cas, l'expérience du spécialiste est fondamentale : c'est elle, combinée à la qualité des instruments et des images obtenues, qui conduit au diagnostic.

Comment traiter le mélanome

La thérapie la plus appropriée est déterminée par le spécialiste en oncologie en fonction du stade de la pathologie et de sa propagation.

En effet, lorsque le mélanome est encore en expansion superficielle, après un diagnostic précoce, la thérapeutique permet une survie moyenne de 97 % à 5 ans.

Autrement, le pronostic s'assombrit avec la propagation aux ganglions lymphatiques et en présence de métastases.

Les premiers cas de mélanome, heureusement majoritaires, connaissent aujourd'hui généralement une guérison définitive.

Cependant, même pour les cas les plus graves, les thérapies innovantes conduisent de plus en plus à des guérisons ou chronifications, avec une bonne qualité de vie pour le patient.

Chirurgie du mélanome

Le traitement principal du mélanome est l'ablation chirurgicale des lésions même suspectes, en incluant également une partie non lésée de la peau environnante, afin de s'assurer de l'ablation complète de la zone en question, ainsi qu'un examen histologique.

Ablation du ganglion sentinelle

Dans le cas de formations ulcérées ou de mélanomes dépassant 0.8 mm d'épaisseur, indiqués par la méthode de Breslow, le ganglion lymphatique de la station lymphatique la plus proche, appelé « ganglion lymphatique sentinelle », est également généralement prélevé et biopsié.

En effet, drainant la lymphe du corps et donc aussi de la zone touchée par le mélanome, les ganglions lymphatiques sont les premiers à entrer en contact avec les éventuelles cellules cancéreuses.

Si les examens histologiques détectent des traces de néoplasie au niveau du ganglion sentinelle, le patient est adressé à l'oncologue pour un éventuel traitement adjuvant.

Traitements adjuvants du mélanome

En plus de la chirurgie, qui reste la voie principale, des thérapies adjuvantes, dont l'électrochimiothérapie, peuvent être entreprises contre le mélanome conformément aux recommandations de l'AIOM.

Dans des cas sélectionnés de dissémination cutanée de mélanome, les patients peuvent être soumis à l'administration d'un médicament (bléomycine) à faible concentration par voie intraveineuse, concomitant à une différence de potentiel électrique provenant de certaines plaques, ce qui rend la membrane des cellules tumorales plus perméable.

Cette procédure est répétable et doit être réalisée sous anesthésie générale.

Immunothérapie et médicaments à ciblage moléculaire

Pour le patient gravement malade au stade IV ou en traitement préventif au stade III, les stades d'échec de la radio et de la chimiothérapie, une révolution et une amélioration pronostique significative ont été représentés par les catégories de

  • les agents immunothérapeutiques (ipilimumab, pembrolizumab, nivolumab) ;
  • médicaments à ciblage moléculaire (vemurafenib, dabrafenib, trametinib, cobimetinib, encorafenib binimetinib etc.).

Ce sont des thérapies qui ciblent le mécanisme qui empêche le système immunitaire d'attaquer la tumeur.

Les causes du mélanome

Comparé à d'autres maladies de la peau comme le carcinome basocellulaire, la forme la plus fréquente de cancer de la peau, et le carcinome spinocellulaire, pour lequel une corrélation avec l'exposition au soleil est connue, pour le mélanome, le débat au sein de la communauté scientifique est toujours ouvert.

Parmi les différents facteurs de risque qui favorisent sa survenue sont, en tout cas, identifiés

  • une prédisposition génétique et des antécédents familiaux, puisque 4/5 % des parents au premier degré de patients atteints de mélanome présentent la même maladie ;
  • le phototype cutané, c'est-à-dire les 7 catégories dans lesquelles la peau est classée selon sa coloration (I plus claire, VII plus foncée) et sa réponse au rayonnement ultraviolet. Les phototypes les plus bas, caractéristiques des personnes à la peau, aux yeux et aux cheveux clairs, ne bronzent pas et ont une moindre tolérance au soleil avec des rougeurs, un érythème et par conséquent un risque plus élevé de mélanome ;
  • présence de nombreux grains de beauté (plus de 50), car le mélanome survient souvent au niveau ou à proximité d'un grain de beauté mélanocytaire acquis ou congénital.

Ce que l'on peut dire, c'est que les rayonnements UV peuvent certes faciliter, notamment chez les personnes prédisposées, le développement du mélanome, mais plus que la somme des rayonnements UV absorbés dans le temps, le danger serait les coups de soleil subis à un jeune âge et une exposition intermittente intense. .

Plusieurs études montrent également un risque accru de mélanome chez ceux qui utilisent des lampes solaires et/ou des lits de bronzage, en particulier à un jeune âge.

Mélanome, l'importance de la prévention

Bien que, malheureusement, le risque de développer un cancer de la peau lors d'une exposition au soleil ne puisse être complètement éliminé, le médecin rappelle l'importance de suivre quelques précautions simples

  • utilisez une crème solaire avec un filtre adapté à votre phototype de peau ;
  • renouveler l'application de la crème solaire toutes les 2 heures et toujours après le bain ;
  • évitez de vous exposer au soleil pendant les heures les plus chaudes, ce qui pourrait entraîner des coups de soleil;
  • portez aussi de préférence des chapeaux et des lunettes de soleil.

Méfiez-vous des enfants

Les conseils donnés doivent s'appliquer particulièrement aux enfants.

Non seulement ils sont particulièrement sensibles aux coups de soleil, mais le processus cancéreux peut souvent résulter d'une altération survenue précisément dans l'enfance.

Il n'y a en aucun cas de contre-indication absolue à l'exposition au soleil, qui est également importante pour la synthèse de la vitamine D, mais il convient de s'exposer dès l'enfance avec modération et les précautions appropriées, en évitant les excès et les brûlures.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Épidermolyse bulleuse et cancers de la peau : diagnostic et traitement

Peau : que faire en cas de folliculite ?

Psoriasis chez l'enfant : qu'est-ce que c'est, quels sont les symptômes et comment le traiter

Examen dermatologique pour vérifier les grains de beauté : quand le faire

Qu'est-ce qu'une tumeur et comment elle se forme

Maladies rares : nouvel espoir pour la maladie d'Erdheim-Chester

Comment reconnaître et traiter le mélanome

Grains de beauté : les connaître pour reconnaître le mélanome

La source:

GSD

Vous pourriez aussi aimer