Santé et sécurité

Fibrillation auriculaire : des symptômes à surveiller

La fibrillation auriculaire est l'arythmie la plus fréquente dans la population générale et sa prévalence a tendance à augmenter avec l'âge

La majorité des patients souffrant de fibrillation auriculaire ont plus de 65 ans, avec une plus grande implication des hommes que des femmes.

Qu'est-ce que la fibrillation auriculaire?

La fibrillation auriculaire est une maladie cardiaque et survient lorsque le rythme cardiaque est irrégulier et désorganisé, souvent trop rapide (le cœur fibrille).

A l'origine de cette anomalie se trouve un défaut électrique du cœur qui entraîne une non-synchronisation des oreillettes et des ventricules car le nombre de battements dans l'oreillette est plus élevé que dans les ventricules.

En temps normal, le signal électrique provient du nœud sino-auriculaire situé dans l'oreillette droite : d'ici le signal atteint l'oreillette gauche, les oreillettes se contractent, l'impulsion passe par le nœud auriculo-ventriculaire (sorte de barrage entre les oreillettes et les ventricules) et l'impulsion électrique passe ensuite aux ventricules.

Ceux-ci à leur tour se contractent et pompent le sang vers le reste du corps.

Chez les sujets atteints de fibrillation auriculaire, la contraction de la partie supérieure du cœur (les oreillettes) est arythmique et n'est pas synchronisée avec celle de la partie inférieure (les ventricules).

DÉFIBRILLATEURS D'EXCELLENCE DANS LE MONDE : VISITEZ LE KIOSQUE ZOLL À EMERGENCY EXPO

Les trois types de fibrillation auriculaire

D'un point de vue clinique, il existe trois types de fibrillation auriculaire : paroxystique, persistante et permanente.

On parle de fibrillation auriculaire paroxystique lorsque les épisodes surviennent et disparaissent en une semaine ; la fibrillation auriculaire persistante est définie comme une fibrillation auriculaire qui dure plus de 7 jours et pour laquelle une intervention thérapeutique (pharmacologique ou cardioversion, c'est-à-dire délivrance d'un choc électrique pour résoudre l'arythmie) est nécessaire pour l'interrompre ; enfin, la fibrillation auriculaire permanente est la forme qui est jugée non réversible et le patient ne prend plus de médicaments pour contrôler le rythme.

Les symptômes de la fibrillation auriculaire

Les patients atteints de fibrillation ressentent généralement une sensation de rythme cardiaque irrégulier, souvent accéléré; ils peuvent également ressentir un essoufflement et une sensation de faiblesse.

Les symptômes peuvent être épisodiques ou survenir plus fréquemment lors d'un effort physique.

Cependant, dans certains cas, qui ne sont pas si rares, la fibrillation auriculaire est asymptomatique.

Ces cas sont très délicats car le patient ne ressent aucun signe avant-coureur, tout traitement est retardé et le cœur peut subir une diminution de sa capacité fonctionnelle, ainsi qu'augmenter le risque de phénomènes emboliques périphériques.

En effet, la fibrillation augmente significativement le risque d'événements thrombotiques : l'immobilité mécanique des oreillettes peut favoriser la formation de caillots pouvant atteindre la circulation cérébrale et provoquer une ischémie et un accident vasculaire cérébral.

Certaines conditions peuvent favoriser l'apparition de cette forme d'arythmie, telles que l'hypertension artérielle, l'insuffisance cardiaque, le diabète, les valvulopathies et les suites d'une chirurgie cardiaque.

Dans moins de 30 % des cas, cependant, la fibrillation est définie comme isolée, car elle survient même en l'absence de conditions favorables connues.

DÉFIBRILLATEURS, VISITEZ LE STAND EMD112 À EMERGENCY EXPO

Tests pour le diagnostic

En présence d'un rythme cardiaque irrégulier, il est conseillé de consulter un cardiologue ou un arythmologue, qui invitera le patient à effectuer une série de tests.

Le test de choix pour le diagnostic est l'électrocardiogramme.

Un diagnostic précoce est essentiel pour préserver la santé cardiovasculaire du patient.

Une fibrillation incontrôlée peut entraîner une insuffisance cardiaque et augmenter le risque d'accident vasculaire cérébral.

Lire aussi:

Inflammations du cœur : myocardite, endocardite infectieuse et péricardite

Trouver rapidement – ​​et traiter – la cause d'un AVC peut en prévenir davantage : nouvelles directives

« D » pour les morts, « C » pour la cardioversion ! – Défibrillation et fibrillation chez les patients pédiatriques

La source:

Humanitas

Derniers articles

Ebola fait à nouveau peur : 58 cas confirmés en Ouganda

Ouganda, 23 décès dus à Ebola. Désalignement entre le groupe de travail sur le terrain et le ministère de…

Il y a 6 heures

Thérapie à l'ozone pour le traitement des hernies discales

Qu'est-ce que l'ozonothérapie et comment ça marche : l'ozone n'est rien d'autre que de l'oxygène en triatomique…

Il y a 6 heures

Faits et statistiques sur les maladies cardiaques : ce que vous devez savoir

Les maladies cardiaques sont la première cause de décès aux États-Unis, prenant plus…

Il y a 6 heures

Journée mondiale du cœur 2022 : des gestes pour un cœur en bonne santé

Journée mondiale du cœur 2022 : les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès dans le monde,…

Il y a 7 heures

Stimulateur cardiaque : comment ça marche ?

Un stimulateur cardiaque est un stimulateur cardiaque composé d'une batterie/générateur et d'un circuit électronique capable…

Il y a 9 heures

Pédiatrie : constipation chez l'enfant

La constipation est l'évacuation peu fréquente et douloureuse de selles dures et volumineuses. C'est fréquent…

Il y a 9 heures