Focaccia Group entre dans le monde des ambulances et propose une solution d'assainissement innovante

Depuis plus de 60 ans, le groupe Focaccia est synonyme d'attention aux détails et d'innovation dans le transport spécial : les personnes handicapées du monde entier, mais aussi les secouristes, le savent bien

Nous rencontrons Riccardo Focaccia, directeur général de l'entreprise de montage de véhicules spéciaux.

Une interview qui retrace la longue histoire d'un groupe et d'une famille aussi.

Dans le dialogue, en effet, on découvre que c'est d'une confrontation continue avec les gens que sont nés les besoins, puis résolus par l'invention d'un produit particulier.

GROUPE FOCACCIA, GENÈSE D'UNE IDÉE

Le groupe Focaccia », explique Riccardo Focaccia, « est une entreprise qui existe depuis de nombreuses années : en 1954 Carrozzeria Focaccia a été fondée par mon grand-père.

Riccardo Focaccia a une idée claire de la raison pour laquelle l'entreprise Focaccia s'est si fortement développée dans le secteur du handicap : « la première réponse est la chance. La chance aide les audacieux, nous sommes audacieux, nous avons donc eu beaucoup de chance dès le premier instant ».

DE CARROZZERIA FOCACCIA À FOCACCIA GROUP : LA FLEXIBILITÉ COMBINÉE À LA PRODUCTION INDUSTRIELLE

Le Groupe, poursuit Riccardo Focaccia, est l'évolution de Carrozzeria Focaccia : en 54, il a été fondé par mon grand-père à Imola et s'est spécialisé dans la réparation des débris de guerre.

Mais elle s'est aussi spécialisée dans la transformation, car de ces vestiges nous sommes passés au transport de passagers et aux petits bus.

Cependant, le véritable génie de la famille a été mon père Licio, qui a déplacé l'atelier de carrosserie à Cervia, et c'est lui qui a eu l'intuition, au milieu des années 1960, de faire des conversions spéciales ».

Riccardo poursuit : « Mon père, analysant les demandes du marché, a commencé à fabriquer des composants et des accessoires spéciaux.

Quel que soit le type de demande, il a travaillé dur pour y arriver.

Je suis né dans ce qui était un atelier, où l'on fabriquait des pièces uniques plutôt que des petites séries.

Il y avait cette incroyable passion d'expérimenter et de trouver un équilibre entre l'esthétique, le coût et la fonctionnalité.

« La passion a animé notre entreprise, à tel point que les investissements ont toujours visé à étendre cette capacité de conception et de production.

J'ai appris la flexibilité dans cet atelier : je me souviens, dans les années 1980, par exemple, de la demande d'une clinique mobile pour les vétérinaires.

Une demande bien en avance sur les études de mobilité d'aujourd'hui.

La flexibilité, la capacité d'expérimenter et de changer de secteur nous ont permis de devenir ce que nous sommes aujourd'hui.

Puis vinrent les années de prise de conscience.

« Le début des années 1990 a été le temps de la grande sélection.

Véhicules spéciaux pour handicapés et pour la police : pour faire grandir l'entreprise, nous avons décidé de nous spécialiser dans ces deux secteurs.

"Fiorella" est né, l'ascenseur le plus compact qui est maintenant distribué dans 52 pays et est considéré comme le leader de son secteur.

J'ai commencé à imaginer une réalité industrielle.

Notre savoir-faire était de trouver le juste milieu entre la flexibilité originelle et la capacité d'industrialisation de la production ».

TROISIÈME GÉNÉRATION DE MONTEURS : UN REGARD SUR AUJOURD'HUI ET UN SUR DEMAIN

Aujourd'hui, après ces années, quelle est votre plus grande satisfaction ?

« Lorsque j'ai rejoint l'entreprise à part entière, je me suis dit : 'fabriquons des véhicules pour les personnes handicapées pour tout le monde'.

Mon mentor était Henry Ford : nous vendons nos équipements aux réseaux de concessionnaires Volkswagen, Toyota et Fiat depuis maintenant quatre ans… Je peux dire que c'est ma plus grande satisfaction.

Cela prouve que nous avons réussi : le véhicule handicapé est désormais considéré au même titre que n'importe quelle autre voiture, une exigence, une option produit que les constructeurs automobiles doivent proposer à leurs clients ».

L'ascenseur « Fiorella » est-il le symbole de votre entreprise ?

« Oui, mais les produits ont évolué même s'il reste le produit le plus populaire de notre groupe.

La raison pour laquelle nous avons commencé avec l'élévateur est qu'une plate-forme basse, construite à la main, coûte cinq ou six fois plus cher.

Il y a trente ans, il était impensable de travailler sur ce segment : aujourd'hui, avec l'évolution des chiffres et des volumes, nous sommes arrivés à proposer des produits compétitifs ».

Le Groupe Focaccia ne concerne pas que le handicap : vous travaillez également dans des secteurs très chers à Urgence Live…

« C'était aussi une intuition : nous avons beaucoup investi dans la création d'un Centre de Recherche et Développement.

Plus de 30 personnes au sein de l'entreprise travaillent à la conception et à la fabrication de nos produits.

Plastique, fer et électronique et construisez le monde ! Le Centre de Recherche a certes commencé par les handicapés, mais il est ensuite passé à la Police Locale, aux Bureaux Mobiles et à toute une panoplie d'équipements qu'il faut nécessairement coordonner.

Avant tout, l'aménagement doit faciliter le travail, et il doit être réalisé selon les caractéristiques du travail professionnel ».

Quelles surprises le groupe Focaccia nous réserve-t-il ?

« Nous nous intéressons de plus en plus au secteur des urgences et entrons dans le ambulance secteur.

Nous avons un pied dans la porte depuis des années, car nombre de nos clients qui assurent le transport des personnes handicapées travaillent également dans le secteur ambulancier.

L'un des projets que nous développons est la désinfection de l'environnement, qui a été conçue à l'origine pour les voitures des carabiniers et de la police, mais qui est en fait plus utile à l'intérieur d'une ambulance.

Le mois prochain sera lancé sur le marché un système After Market pouvant être installé sur les ambulances existantes et garantissant, avec un certificat de laboratoire, une désinfection totale du véhicule médicalisé.

Il y a deux avantages principaux : le premier est que nous travaillons avec du peroxyde d'hydrogène, qui est l'élément de sécurité, et le second est que le temps de désinfection de l'ambulance est d'environ une minute ».

Nous terminons par une question plus générale : quels points critiques voyez-vous dans le secteur ambulancier ?

« Le monde a changé : d'abord la pandémie, maintenant la guerre et les retards de production qui ont déjà commencé depuis fin 2019.

Si l'on ajoute à ces facteurs la nouvelle réglementation votée par le Parlement sur la transition verte, je dirais que nous avons réuni tous les éléments d'une tempête parfaite.

Mais nous sommes passés des autocars aux voitures, alors de quoi devrions-nous avoir peur maintenant ? De passer de voitures à différentes voitures ? Non. L'important est de toujours regarder devant.

La flexibilité avec le sourire : c'est la recette gagnante du Groupe Focaccia.

Lire aussi:

Urgence Live Encore plus… Live : Téléchargez la nouvelle application gratuite de votre journal pour IOS et Android

Journée internationale des personnes handicapées : Fini la stigmatisation et les idées fausses

Coronavirus et eugénisme? Immunité des troupeaux et droits des personnes handicapées

Groupe Focaccia. Une histoire toujours tournée vers l'avenir !

La source:

Groupe Focaccia

Roberts

Vous pourriez aussi aimer