Disaster Manager, l'avenir est dans la mise en réseau de l'information, et dans une ligne de commande toujours "ouverte"

Un webinaire sur la gestion des catastrophes dans la Protection Civile, avec des participants qualifiés, celui proposé par ASSODIMA. Un titre qui regarde vers l'avenir, « L'avenir des technologies d'urgence »

Le webinaire a conclu le cycle de réunions que l'Association nationale des gestionnaires de catastrophes (ASSODIMA) a consacré aux problèmes majeurs des grandes urgences

Invités de l'événement, coordonné par Sergio Achille et dirigé par Massimiliano Palma (Regola Srl):

– Giulio Bernardini, coordinateur de CO 118 / Elisoccorso de la zone homogène Emilia Ovest ;

– Roberto Riva Cambrino, commandant de la police locale de Parme ;

– Matteo Vischi, La protection civile Agence / Centre Fonctionnel de la Province Autonome de Bolzano.

« Un cycle qui se termine en beauté – dit Sergio Achille dans sa présentation de l'événement – ​​parce que nous clôturons avec un parterre important, et nous terminons avec ceux qui nous ont soutenus dans ce cycle de webinaires et ce chemin que nous avons dû entreprendre pour faire en quelque sorte pour nos réunions en personne et aux réunions ».

Déjà, l'urgence Covid a entraîné un bouleversement des méthodes de communication et de formation, entre autres.

Un nouveau défi, certes relevé en s'appuyant sur les nouvelles technologies, mais aussi sur des outils innovants comme FlagMiiFlagMii EMI, au sein desquels Assodima s'est insérée.

FlagMii EML n'est pas une simple plate-forme de gestion des alertes : c'est plutôt un véritable système de communication intégré pour une réponse chorale et en direct en cas d'urgence et de sauvetage, mettant en réseau tous les acteurs de l'intervention, qu'ils soient institutionnels ou un centre d'opérations ou une équipe de sauveteurs.

Une plateforme qui recueille les lignes directrices et les bonnes pratiques et les intègre pour offrir, dans un seul « lieu virtuel », tout ce qui concerne la gestion des situations d'urgence, notamment de la Protection Civile.

Disaster manager, les opportunités offertes par FlagMii EML et Notwice :

Cité, Massimiliano Palma, directeur général de Regola, a pris la parole.

« Un cycle de webinaires très utiles - dit-il -, celui organisé par l'Association nationale des gestionnaires de catastrophes (ASSODIMA), et je peux vous assurer que nous avons pris beaucoup de notes.

L'un de nos objectifs était d'apprendre car, comme vous le savez, nous, les « technologues », avons tendance à regarder très loin, et au contraire, il est essentiel de rester très proche des professionnels de l'urgence.

En pensant à ce webinaire, je me suis souvenu d'un vieil adage qui dit "dans la multitude de conseillers, il y a du succès" pour souligner à quel point jamais auparavant les professionnels confrontés à des urgences ne peuvent tous ensemble, coopérer, contribuer au succès. Par conséquent, à la sécurité des personnes et des choses.

En ce sens, Regola a toujours essayé d'apporter sa petite contribution : nous travaillons depuis longtemps dans le contexte de l'urgence.

Nous avons une ambiance, chez Regola, qui nous permet de travailler de manière très prudente : nous croyons fermement que la simplification des technologies pour la sécurité publique est fondamentale pour que les gens puissent prendre des décisions éclairées.

Et nous parlons à la fois du professionnel de l'urgence et aussi du citoyen.

Avec nos invités, dans ce webinaire, nous aurons l'occasion de voir différents contextes d'urgence mais avec des technologies qui, dans un certain sens, sont communes ».

Giulio Bernardini, coordinateur du CO 118 / Elisoccorso de la zone homogène Emilia Ovest : « la qualité technologique nous a permis d'améliorer les IPA »

« L'utilisation de cette plateforme technologique nous permet une amélioration tangible de ce qu'est la qualité des manœuvres salvatrices.

Nous avons commencé à utiliser la plateforme fin avril 2020. A ce jour, nous avons réalisé plus de 1000 interventions, qui nous ont permis de générer environ 450 relocalisations, avec des interventions par appel vidéo dans environ 300 cas.

Il en résulte une approche multifonctionnelle qui a produit pour le responsable du centre d'opérations 118 un gain efficace en termes de contextualisation des besoins de l'appelant grâce à une projection vidéo très simple.

Mais ce qui a vraiment fait la différence, ce que nous avons particulièrement apprécié, c'est la qualité technique que ce système a permis d'améliorer l'Ipa, les consignes de pré-arrivée.

Nous avons franchi une étape supplémentaire dans la zone homogène d'Emilia West : nous avons partagé l'utilisation de cette plate-forme avec les pompiers locaux.

Cela nous permet d'ajouter ce que nous appelons un consultant externe, à savoir le service d'incendie local.

Et cela a permis de faire appel à l'expertise technique des pompiers, qui ont donc anticipé l'arrivée de leurs véhicules avec le choix de l'assistance technique la plus ciblée.

Nous sommes heureux que la police locale de Parme se prépare également à utiliser cette plate-forme : cela permettra d'améliorer encore la collaboration entre les centres d'opérations proches les uns des autres.

Emergency Live | Myanmar, a landslide provoked by heavy rains kills more than 110 mine's workers

Roberto Riva Cambrino, commandant de la police locale de Parme : un gestionnaire des catastrophes qui ne s'intéresse pas au « ça a toujours été fait comme ça »

« Des petites aux grandes municipalités, les urgences ne se produisent jamais à l'état pur : il y a toujours un besoin de connaissances et d'approches différentes pour arriver à une solution.

Il faut vraiment une hybridation culturelle des intervenants d'urgence.

Il faut faire attention à dépasser l'habituel, au « ça a toujours été fait comme ça » ou au « ce n'est pas de notre compétence » : en cas d'urgence, il faut arriver préparé, il faut avoir fait nos devoirs.

Comme nous l'enseignaient les bons gestionnaires de catastrophes, en temps de paix, nous nous préparons aux temps de guerre en termes de planification, de culture et de formation.

Clairement, on ne s'improvise pas.

Comme nous l'avons réalisé avec FlagMii EML, et grâce à la Région Émilie-Romagne, qui lance chaque année des appels d'offres pour l'innovation technologique, nous avons pensé, avec mes collaborateurs, impliquer 118 dans un projet quelque peu ambitieux : accroître la culture de l'urgence et sauvetage parmi les policiers locaux.

Il n'est pas rare que des gens arrivent, par hasard, d'abord sur un accident et il y a ce temps d'attente où il faut déplacer le plus possible la première ligne des secours.

Avec ce projet, nous avons donc voulu réfléchir à l'intégration entre les centres d'opérations et l'appliquer dans nos opérations.

Pensons aux portillons, qui lisent les plaques d'immatriculation, mais aussi les tableaux avec les codes Kemler, et peuvent donc être utiles pour reconnaître les véhicules dangereux s'approchant d'une zone d'accident.

La plateforme nous permet d'envoyer du personnel expert et surtout d'avoir une description fidèle de ce qui arrive aux opérateurs de la gare.

Cependant, la technologie ne devient importante que si le personnel ne la vit pas comme un gadget, mais comme un outil qu'il a métabolisé.

Ce n'est que si vous êtes en mesure de partager les données que vous pouvez obtenir les meilleurs résultats.

Personnellement, je pense que la technologie devrait devenir l'outil pour couvrir toutes les phases des activités de la protection civile.

Flag Mii EML est le système qui nous a convaincus d'embrasser ce projet qui, comme je l'ai dit, se veut à la fois l'acquisition d'un outil de partage de données, mais surtout un élan vers une culture différente.

Et en effet, nous avons organisé une formation pour le personnel avec des éléments de médecine tactique d'une part, et d'autre part pour équiper certains de nos nouveaux véhicules avec équipement pour le transport d'organes ».

Emergency Live | HEMS - Doing rescue with the Northern Norway JRCC image 4

Matteo Vischi, Agence de protection civile / Centre fonctionnel de la Province autonome de Bolzano : le Notwice et les extraordinaires possibilités du cloud

« Les nouvelles technologies sont un défi pour les personnes travaillant dans la protection civile, et il est très important pour nous d'exploiter des solutions faciles à utiliser pour l'utilisateur final.

Jusqu'au tremblement de terre des Abruzzes, c'était un rêve de pouvoir parler du Cloud ou de l'utilisation des smartphones : il y a quelques années à peine, cela aurait semblé de la science-fiction.

Nous à Bolzano, donc, dans une réalité relativement petite, n'avons pas adopté le modèle de coordination d'Auguste mais un modèle largement utilisé en Allemagne, emprunté à la directive allemande 100.

Ce modèle ne comprend que six fonctions de support, ce qui nous permet d'avoir un système de commande très léger et rapide.

Ce modèle s'adapte bien aux situations d'urgence qui surviennent dans notre pays, qui, heureusement pour nous, sont généralement à fort impact mais de durée relativement courte.

Jusqu'à il y a quelques années, ce modèle était la clé car il nous permettait de gérer l'ensemble de l'urgence même en l'absence de technologie, d'électricité ou d'Internet.

Mais avec le temps, on s'est rendu compte que l'élément technologique n'était pas la limite de ces modèles.

Nous l'avons donc mis en œuvre avec la numérisation.

Nous avons donc voulu libérer les gens de trop de procédures, leur laisser le temps de réfléchir : ceux qui gèrent les urgences, à mon avis, doivent pouvoir équilibrer l'approche chk list de l'avion avec une approche de pensée plus libre et plus connectée.

D'où la nécessité d'intégrer les outils qui sont en place, car les sirènes sont maintenues, mais, par exemple, la possibilité de diffuser rapidement les mêmes informations d'urgence via les réseaux sociaux ou d'autres canaux.

Il garantit également la gestion d'informations correctes aux institutions et aux citoyens.

Dans ce sens également, nous avons été très heureux d'expérimenter la plateforme Notwice, qui nous a permis d'intégrer de manière très efficace quels sont les processus de communication d'alerte et de communication fonctionnelle pour la coordination, notamment en amenant la discussion à une approche de gestion distribuée. .

Pour nous, c'est une grosse charge de travail tout ce qui se cache derrière la gestion de la communication, comme par exemple les carnets d'adresses : grâce à l'Avis nous avons pu construire une sorte de pyramide de partage d'informations pour que le sujet unique (par exemple le maire) gère ses propres contacts.

Ces outils nous permettent de gagner du temps et de l'énergie et de nous concentrer sur le contenu. Et surtout de faire du réseau ».

Mise en réseau des connaissances, de la documentation et des alertes directement depuis le Cloud, fonctions de « proximité » dans la gestion des urgences sanitaires ou de protection civile : le gestionnaire de sinistre devient le rôle inclusif de nombreuses innovations et d'un monde qui, également dans le sauvetage, évolue rapidement.

Lire aussi:

Earthquake Bag, le kit d'urgence indispensable en cas de catastrophe: VIDEO

Catastrophes naturelles et urgences majeures: NEC avec le système de drone «SARDO» localise les personnes disparues

La source:

Site officiel de FlagMii EML

Site officiel de Notwice

Vous pourriez aussi aimer