Une infirmière de 20 ans qui soignait les blessés a également été tuée au Myanmar

Infirmière tuée au Myanmar alors qu'elle soignait les blessés: c'est arrivé à Monywa, au lendemain du défilé militaire avec plus de 100 blessés

Myanmar, l'infirmière assassinée, Thinzar Hein, n'avait que 20 ans

Une infirmière de 20 ans, Thinzar Hein, a reçu une balle dans la tête aujourd'hui alors qu'elle soignait des personnes blessées par l'armée lors de manifestations de rue contre la junte, Myanmar Now, un journal qui diffuse de Yangon, avec un réseau de correspondants dans les principaux villes, a rapporté.

Selon sa reconstruction, les tireurs étaient des soldats. L'incident s'est produit à Monywa, une ville de la région de Sagaing, à environ 130 km au nord-ouest de Mandalay, sur la rive de la rivière Chindwin.

Des manifestations contre la junte qui a renversé le gouvernement élu de la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi le 1er février étaient en cours dans plusieurs villes, à la suite de ce que les sources ont convenu d'être le jour le plus violent depuis le début des manifestations.

Selon l'Association pour l'assistance aux prisonniers politiques (AAP), au moins 91 personnes ont été tuées hier seulement.

Selon Myanmar Now, un projet soutenu par la Fondation Reuters, plus de 114 personnes ont été tuées.

Les manifestations d'hier ont coïncidé avec un défilé de l'armée au cours duquel le commandant en chef Min Aung Hlaing a déclaré que l'armée voulait «sauvegarder la démocratie» et a mis en garde contre les «actes de violence».

Hier soir, plusieurs pays ont pris position contre la junte.

Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, s'est dit «consterné» et a parlé d'un «règne de terreur» au Myanmar.

Des dizaines de chefs d'état-major et de ministères de la Défense à travers le monde ont publié une note commune dénonçant le comportement de l'armée.

«Une armée professionnelle se conforme aux normes internationales», lit-on dans le document, «et est responsable de la protection des citoyens qu'elle sert.

Jusqu'à présent, il n'y a eu aucun mot de condamnation de la part des représentants de la Chine et de la Russie, pays qui siègent en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et qui ont donc un droit de veto sur les sanctions ou les mesures affectant la junte.

Selon la représentation de l'Union européenne au Myanmar, la Journée des forces armées d'hier restera dans la mémoire comme «une journée de terreur et de honte».

«Un choc profond» a été exprimé par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Lire aussi:

Myanmar, un glissement de terrain provoqué par de fortes pluies tue plus de 110 mineurs

La police tire sur une ambulance au Myanmar (avec une balle italienne): des agents de santé battus

La source:

Agenzia Dire

Vous pourriez aussi aimer