SLA : de nouveaux gènes responsables de la sclérose latérale amyotrophique identifiés

SLA : une étude internationale publiée dans « Nature Genetics », avec la contribution de la Statale University, marque une avancée significative dans la compréhension de la maladie

Une autre étape importante dans l'identification des gènes responsables de la SLA avec la contribution décisive de scientifiques italiens

L'effort pour identifier les gènes responsables de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) a fait un pas en avant significatif grâce à une collaboration internationale qui a obtenu un résultat important publié dans la revue Nature Genetics.

Dans cette « association à l'échelle du génome » ou étude GWA, qui permet d'analyser tous les gènes d'un individu en même temps, l'ADN de 29,612 122,656 patients atteints de SLA sporadique et de 15 XNUMX sujets sains a été analysé et XNUMX variantes génétiques associées à la maladie ont été identifiées.

Ces variantes impliquent des gènes impliqués dans des voies métaboliques spécifiques liées aux processus neurodégénératifs d'autres maladies telles que les mécanismes de transport vésiculaire entre l'appareil de Golgi et le réticulum endoplasmique, l'autophagie avec évidence d'implication primitive des cellules motoneuronales glutamatergiques.

L'étude est le résultat d'une vaste collaboration internationale dirigée par le professeur Jan Veldink de l'Université d'Utrecht, aux Pays-Bas, avec la participation d'institutions du monde entier.

Parmi les groupes de recherche italiens qui ont contribué à cette découverte remarquable, figurait le Laboratoire de neurosciences et de neurologie de l'Istituto Auxologico Italiano IRCCS, qui a soutenu la recherche avec l'Université de Milan et le « Centro Dino Ferrari ».

L'équipe comprend le Dr Isabella Fogh et les professeurs Nicola Ticozzi et Antonia Ratti de l'Université de Milan, coordonnée par le professeur Vincenzo Silani.

L'étude sur la SLA et les loci génétiques

« L'étude récente – explique Vincenzo Silani, professeur de neurologie à l'Université d'État de Milan, responsable de la neurologie à l'Auxologico San Luca de Milan et fondateur du Consortium italien SLAGEN – a confirmé, parmi les 15 loci associés à la maladie, 8 des gènes déjà identifiés dans des études précédentes (UNC13A, SCFD1, MOBP/RPSA, KIF5A, CFAP410, GPX3/TNIP1, NEK1 et TBK1) prouvant davantage leur implication pathogénique.

Il convient toutefois de noter en particulier l'identification de 7 nouveaux loci qui aident à mieux délimiter les mécanismes de neurodégénérescence spécifiques à la maladie.

L'étude démontre, en effet, l'expression de gènes impliqués notamment dans les motoneurones glutamatergiques, suggérant ainsi que le processus neurodégénératif dans la SLA se fait à l'origine aux dépens de la cellule neuronale et non microgliale ou astrocytaire.

En particulier, le rôle du transport vésiculaire et de l'autophagie comme déterminants de la perte neuronale est démontré, avec une implication particulière du complexe de Golgi et du réticulum endoplasmique.

Enfin, des taux élevés de cholestérol semblent jouer un rôle causal dans la SLA, comme cela sera davantage souligné dans un prochain article du même groupe ».

Le partage de gènes pathogènes rapportés avec d'autres maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, la dégénérescence corticobasale, la paralysie supranucléaire progressive et la démence frontotemporale est très intéressant, validant davantage l'hypothèse de mécanismes pathogènes communs pour différentes maladies neurodégénératives.

« Cette puissante étude GWA – conclut le professeur Vincenzo Silani – diffère des précédentes par le grand nombre de patients analysés et par l'exhaustivité des informations obtenues avec l'inclusion de la SLA à côté des autres maladies neurodégénératives, car elle partage des mécanismes pathogéniques communs avec l'indication. d'un processus neuronal primitif à l'origine de la maladie, renforçant ainsi le concept d'une vulnérabilité sélective de la cellule du motoneurone dans la SLA ».

L'effort du groupe du Pr Silani, qui a débuté en 2014 avec une première étude GWA sur une large série de cas de patients SLA, se renforce aujourd'hui avec ce nouveau travail à grande échelle visant à identifier les gènes et les mécanismes pathogéniques de la SLA, dans un contexte de plus en plus partagé avec d'autres maladies neurodégénératives.

La perspective de pouvoir agir sur des mécanismes partagés entre différentes pathologies est le préalable d'une alliance thérapeutique visant à définir rapidement des approches thérapeutiques efficaces, étant entendu que la cible reste le motoneurone spinal responsable du greffon biologique de la maladie.

Contrat de niveau de service

Lire aussi:

La SLA pourrait être stoppée grâce au #Icebucketchallenge

Sclérose en plaques récurrente-rémittente (SEP-RR) chez les enfants, l'UE approuve le tériflunomide

La source:

La Statale de Milan

Vous pourriez aussi aimer