Conducteurs d'ambulance à l'époque du coronavirus: ne soyez pas stupide

La gravité du coronavirus est pour quiconque un problème qui ne doit pas être laissé de côté. En particulier, les premiers intervenants, les ambulanciers paramédicaux et les ambulanciers de tous les coins du monde doivent désormais être très prudents.

La dernière chose que ambulance les conducteurs ont à faire dans ces moments est de se comporter comme un idiot. En Italie, où une épidémie de coronavirus cause de graves difficultés à la population, le SME et les hôpitaux sont en détresse intense. En Émilie-Romagne, un dialecte local considère le terme «pataca» comme la définition d'une personne «non préparée» qui brouille. Aucun premier intervenant ou chauffeur d'ambulance ne peut se comporter comme une «pataca», surtout en ces heures d'urgence sanitaire.

Le système de santé italien et l'économie du pays entrent en crise à cause de cette épidémie de coronavirus. Ces dernières semaines, ils n'avaient jamais mené une telle guerre. Cette situation entraîne des conséquences dramatiques pour la santé publique et également en termes d'approvisionnement en ressources. Depuis quelques semaines, le matériel médical abondait dans les entrepôts du système de santé. Maintenant, la situation empire encore.

Ce que nous devons faire, c'est utiliser les compétences et l'humilité dans l'exercice de notre profession. Nous tous. Mettons de côté l'idée de ne penser qu'à nous. Nous devons penser à ce qui est le mieux pour tout le monde. Entre les différentes organisations de santé, il faut essayer de raisonner en termes professionnels et scientifiques, sans paniquer ni entrer dans des angoisses incontrôlées liées à des facteurs qui ne se reflètent pas scientifiquement.

Tout d'abord, reprenons les vieilles habitudes, comme nettoyer l'ambulance au début et à la fin de chaque quart de travail. En particulier, c'est une bonne habitude pour un conducteur d'ambulance et les premiers intervenants, en général, de nettoyer le volant et le compartiment de conduite de l'ambulance, en faisant également attention aux parties les plus cachées et souvent oubliées, comme derrière les sièges.

La collaboration entre les membres d'équipage doit également conduire à la répartition des tâches et effectuer la même opération même dans le compartiment sanitaire. Ils doivent accorder une attention particulière aux mains courantes et aux parties les plus en contact, telles que les rails latéraux de la civière et des tiroirs.

Les ambulanciers et les premiers intervenants doivent exécuter les listes de contrôle de manière méticuleuse, avec une attention particulière à équipement (EPI) fournis pour gérer les contacts avec les patients atteints de coronavirus.

Il est essentiel de lire attentivement les protocoles émis par le Centre de référence d'urgence et les précautions du gouvernement. Chaque pays et le QUI mettent à jour systématiquement les informations sur les coronavirus dans le monde.

Personne ne peut interpréter seul les nouveaux protocoles et directives publiés. Même si beaucoup d'entre nous peuvent être sceptiques, nous devons garder à l'esprit que nous travaillons et sommes en contact avec d'autres personnes et collègues. Pour leur sécurité, nous devons suivre les indications.

En résumé, une sous-estimation du problème peut nuire à notre santé, tout comme l'évaluation ci-dessus peut nuire à l'utilisation, par exemple, d'appareils et de ressources qui devraient plutôt être détournés vers des besoins réels; l'évaluation élevée peut également transmettre des inquiétudes injustifiées aux utilisateurs.

L'une des figures les plus impliquées dans l'urgence de COVID-19 est celle du médecin hygiéniste, qui est à la disposition du personnel selon les indications données par les régions et par le centre de répartition médicale.

Le rôle du chauffeur secouriste n'est certainement pas celui de répondre aux questions de santé et de curiosité de la part des citoyens, et même pour les questions les plus simples, notre interlocuteur doit être invité à utiliser les numéros gratuits locaux et nationaux .

Nous nous souvenons également qu'en aucun cas ne devrions-nous paniquer, qui est généré par l'anxiété, la peur et le manque d'objectivité.

Une utilisation rationnelle des ressources et une variation de nos habitudes quotidiennes, visant des besoins réels conduisent en effet à une solution du problème, ainsi qu'à la réponse interventionnelle qui est à la base du rôle couvert.

(Dans les prochaines heures, cet article sera mis à jour avec quelques points de l'OMS, je les joindrai juste en dessous).

LIS LE ARTICLE ITALIEN

Les commentaires sont fermés.