Boko Haram, l'ONU a censuré les terribles attaques du Jihad autour du lac Tchad

Boko Haram et la violence du Jihad: Le secrétaire général a fermement condamné les «attaques atroces» contre des civils dans le bassin du lac Tchad, a déclaré un porte-parole de l'ONU.

Boko Haram est toujours en action en Afrique centrale. Le Tchad est l'un des principaux États touchés par la violence.

Lac Tchad: attaques violentes de Boko Haram contre des civils

«Les attaques ont entraîné le meurtre et l'enlèvement de nombreux civils, notamment des femmes, des enfants et des personnes déplacées qui avaient fui la violence», Porte-parole de l'ONU Farhan Haq a déclaré dans une note, se référant aux assauts dans la province du lac Tchad et dans la région du Nord Cameroun les 31 juillet et 2 août.

Les reportages ont déclaré la responsabilité de cette récente agression des djihadistes de Boko Haram. M. Haq a expliqué que «ceux qui ont commis cette escalade de violence doivent être trouvés. Droit international des droits de l'homme et le droit international humanitaire doit être pleinement respecté et tous les civils Cameroun et Tchad doit être protégé. »

En conclusion, le porte-parole a réitéré le Le soutien «continu» de l'ONU aux pays du lac Tchad région dans leurs efforts pour «overcommenter le fléau du terrorisme et relever les défis sécuritaires, politiques, humanitaires et socio-économiques de la région ».

Tchad, personnes déplacées ciblées par les attaques brutales des terroristes de Boko Haram

Mardi matin, le Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé son indignation face à une «attaque brutale et non provoquée» contre 800 personnes déplacées dans un camp au nord du Cameroun.

Le porte-parole du HCR, Babar Baloch, lors d'une réunion de presse à Genève, a déclaré: «Au moins 18 personnes ont été tuées et 11 blessées dans l'incident aux premières heures du dimanche 2 août».

Alors que certains des blessés ont été évacués vers Hôpital du district de Mokolo, à une heure de route de Nguetchewe, 1,500 XNUMX autres personnes, dont les habitants terrifiés du village hôte, ont fui vers la ville voisine de Mozogo pour des raisons de sécurité.

«Le HCR déploie une mission d'urgence pour évaluer la situation et évaluer les besoins de protection et de santé des personnes touchées, a déclaré Baloch.

La spirale de violence de Boko Haram au Tchad et pas seulement

Cette attaque fait suite à une augmentation significative des incidents violents dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun en juillet, notamment des pillages et des enlèvements par Boko Haram et d'autres groupes armés actifs dans la région.

La région de l'Extrême-Nord, cachée entre les États de Borno et d'Adamawa au Nigéria et du lac Tchad, abrite actuellement 321,886 115,000 personnes déplacées à l'intérieur du pays et XNUMX XNUMX réfugiés nigérians.

Le porte-parole du HCR a qualifié cet incident de « triste rappel de l'intensité et de la brutalité de la violence de Lac tchad région du bassin, qui a contraint plus de trois millions de personnes à fuir ».

«Le HCR appelle tous les acteurs à respecter l'aspect civil et humanitaire des camps et à répondre rapidement aux besoins urgents des personnes qui ont fui les violences et ont souffert de nombreuses personnes déplacées», a conclu le porte-parole de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Boko Haram, un danger pour les enfants au Tchad et au Cameroun

Pendant ce temps, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a condamné l'attaque contre des civils à Nguetchewe, exprimant ses plus sincères condoléances aux familles des victimes.

Selon les rapports préliminaires, 10 enfants ont perdu la vie dans l'attaque, qui en a également blessé cinq.

UNICEF Selon des estimations citées, depuis janvier 2017, les attaques dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun pourraient avoir massacré plus de 150 enfants.

L'agence des Nations Unies a souligné que la violence «inacceptable» contre les enfants est «une grave violation des droits des enfants».

«Tous les efforts doivent être faits pour garantir la protection des enfants», a déclaré Jacques Boyer, représentant de l'UNICEF au Cameroun. «Une fois de plus, nous exhortons vivement toutes les parties impliquées dans les crises au Cameroun à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que les enfants vivent et grandissent dans un environnement exempt de menaces de toutes sortes.

REGARDER LES ACTIVITÉS DE L'HÔPITAL DU DISTRICT DE MOKOLO

LIS LE ARTICLE ITALIEN

LIRE AUSSI

EMS en guerre: services de sauvetage lors d'une attaque à la roquette contre Israël

Bioterrorisme et services de santé publique: Définition des systèmes de gestion et de traitement

Opération antiterroriste: que se passe-t-il à Saint-Denis?

COVID-Organics s'envole à nouveau pour le Tchad, le «remède à base de plantes» au COVID-19 lancé par le président de Madagascar

Site officiel de l'ONU

Les commentaires sont fermés.