COVID-19 en Inde, les délits de rue et les cybercrimes augmentent en raison du taux de chômage

Le nombre de crimes de rue et de cybercrimes en Inde a connu un pic ces derniers temps depuis que les autorités ont assoupli les mesures COVID-19. Cela serait lié à l'augmentation du chômage dans tout le pays en raison de la pandémie.

Le taux de crimes de rue et de cybercrimes en Inde est très élevé ces derniers temps. COVID-19 a laissé de nombreuses personnes sans emploi, ce qui provoque des situations très difficiles dans les rues de nombreuses grandes villes et non. Le gouvernement indien a exhorté les citoyens à la prudence. En particulier, faire attention aux faux SMS et e-mails et signaler les cas de fraude en ligne, de cybermenaces et de chantage aux autorités.

Conséquences du COVID-19 en Inde: les délits de rue augmentent

Deutsche Welle a rapporté que l'épouse d'un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères à la retraite avait été poignardée à mort lors d'une tentative de vol et que de nombreuses femmes avaient été victimes de vols. Des directeurs de restaurants et des vendeurs expérimentés dans une quincaillerie ont été reconnus coupables de vol de téléphones portables et de bijoux dans la capitale.

L'Inde étant désormais à la troisième place dans le top 3 des pays pour les décès et les contagions, la pandémie a lourdement pesé sur l'économie du pays. De nombreuses entreprises ont réduit leur personnel et le secteur informel de l'économie souffre gravement.

L'Inde devrait faire face à une profonde crise économique, selon certains chercheurs en économie et en économie.

Conséquences du COVID-19 en Inde: les cybercriminels multiplient les fraudes

Avec cela, les autorités ont également signalé une augmentation de la cybercriminalité depuis le début du COVID-19. 400 cas de cybercriminalité ont été enregistrés dans le seul État du Maharashtra, ont rapporté des responsables de la police. Les transactions en ligne ont été suivies et de nombreuses personnes ont été victimes de fraude.

De plus, les responsables de la police ont enregistré un pic de cyber-abus après la percée de COVID-19 et beaucoup se sont plaints de «sextorsion», ont vu leurs propres photos sur des sites Web «étranges» et ont été victimes de chantage.

Le fondateur de la Fondation Akanksha, Akancha Srivastava, aurait rapporté avoir reçu de nombreuses plaintes de cyber abus, allant de l'exposition à des images obscènes aux menaces en ligne et au chantage.

LIRE AUSSI

OMS et UNICEF: Moins d'enfants ont accès à des vaccins vitaux dans le monde en raison de la pandémie

Coronavirus dans le monde: plus de 13 millions de cas confirmés de COVID-19. Top 3 avec les États-Unis, le Brésil et l'Inde

Prévention et contrôle des infections dans les unités de dialyse. Que font les directives IPC du gouvernement de l'État de l'Inde?

SOURCE

Deutsche Welle

Fondation Akanksha

Les commentaires sont fermés.