RDC: Des patients atteints de 3 touchés par Ebola sortent de l'hôpital en douce - Craintes d'épidémie

MBANDAKA (Congo) - Trois patients infectés par le virus mortel Ebola a glissé hors d'une salle d'isolement dans un hôpital de la ville congolaise de Mbandaka, un groupe d'aide a déclaré, comme les médecins ont couru pour empêcher la maladie de se propager dans le port fréquenté du fleuve.

Deux patients ont quitté l'hôpital lundi, a déclaré Henry Grey, chef du Médecins Sans Frontières (MSF) mission dans la ville, avant d’être localisée le lendemain.

La Organisation mondiale de la santé (OMS) Le représentant au Congo, Yokouide Allarangar, a déclaré qu'un des membres avait été retrouvé mort et qu'un autre avait été renvoyé à l'hôpital et était décédé peu de temps après.

Allarangar, s'exprimant devant des journalistes à Kinshasa, la capitale, a déclaré que les deux patients avaient quitté l'hôpital avec l'aide de membres de la famille avant de se rendre dans un "lieu de prière".

Des sources du ministère de la Santé, qui ont requis l'anonymat, ont déclaré que deux officiers de police avaient été déployés pour les retrouver.

Un autre patient a quitté samedi, mais a été retrouvé vivant le même jour et est sous observation, a-t-il déclaré.

«Ceci est un hôpital. Ce n'est pas une prison. Nous ne pouvons pas tout verrouiller », a-t-il déclaré.

Le porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic, a déclaré que les agents de santé avaient redoublé d’efforts pour retrouver les contacts avec les patients. Les agents de santé ont dressé une liste des personnes sous 628 ayant été en contact avec des cas connus et devant être vaccinées.

"C'est malheureux mais pas inattendu", a-t-il déclaré. "Il est normal que les gens veuillent que leurs proches restent chez eux pendant ce qui pourrait être les derniers moments de leur vie."

Ces cas représentent un revers pour les efforts coûteux visant à contenir le virus, y compris l'utilisation de vaccins expérimentaux, et montrent que les efforts visant à enrayer sa propagation peuvent être entravés par des coutumes séculaires ou par le scepticisme quant à la menace qu'il représente.

Le rapport a été publié alors qu'un autre responsable de l'OMS avait averti que la lutte contre la neuvième épidémie confirmée de fièvre hémorragique de la République démocratique du Congo avait atteint un point critique.

«Les prochaines semaines nous diront vraiment si cette épidémie s'étendra aux zones urbaines ou si nous pourrons la maîtriser», a déclaré Peter Salama, responsable des interventions d'urgence de l'OMS, lors de l'assemblée annuelle de l'organe des Nations Unies.

"Nous sommes à la pointe de l'épidémiologie de cette réponse."

 

REUTERS - CONTINUER À LIRE 

Les commentaires sont fermés.