Craintes que la crise d'Ebola retarde la lutte contre le paludisme

Un expert en contrôle du paludisme a déclaré que les efforts pour contenir la maladie pourraient être compromis par la crise Ebola

La Docteure Fatoumata Nafo-Traoré, qui dirige le partenariat Faire reculer le paludisme (RBM), a déclaré après une visite en Afrique de l'Ouest: «Il va de soi que toute l'attention des agents de santé est portée sur Ebola."

Les pupilles pour enfants qui étaient remplies de patients atteints de paludisme étaient en train de devenir des «zones fantômes», a-t-elle ajouté.

À 2012, le paludisme a tué des 7,000 dans les trois pays les plus touchés par Ebola.

Nous craignons vraiment que le virus Ebola ne ralentisse les efforts déployés pour lutter contre le paludisme ».

La plupart d'entre eux seront de jeunes enfants - bien que le paludisme soit curable.
La maladie a causé près de décès par 4,000 en Sierra Leone sous 2012 - ainsi que près de décès par 2,000 au Libéria et environ 1,000 en Guinée.

À présent, les trois pays luttent contre le virus Ebola et le Dr Nafo-Traoré a déclaré craindre que la récente crise en matière de prévention du paludisme ne soit menacée.

Elle a déclaré: «Ces pays ont déjà été réellement touchés par le paludisme. Mais il y a cinq ans, la situation était encore pire: le nombre de décès était double.
Nous sommes tous d'accord pour dire qu'aucun enfant ne devrait mourir du paludisme, car nous avons les outils pour le prévenir et le traiter.
Mais maintenant, il est compréhensible que toute l’attention des agents de santé se porte sur Ebola.
Nous avions l'habitude de voir des lits d'hôpitaux avec trois enfants à la fois, car il n'y avait pas assez d'espace.
Maintenant, ces salles de pédiatrie sont en train de devenir des zones fantômes, à cause du manque de main-d'œuvre.
Nous ne savons donc pas qui a le paludisme et qui en meurt.
Même si la situation est au même niveau que l’année dernière, la situation était encore très mauvaise dans ces pays. Nous craignons vraiment que le virus Ebola ne ralentisse les efforts de lutte contre le paludisme.
Et il y a un manque de confiance envers les agents de santé. On a toujours le sentiment que ce sont eux qui transmettent le virus aux gens. "

RBM est un partenariat de plus de 500. Il a été créé il y a quelques années par 16 pour coordonner les efforts mondiaux de lutte contre le paludisme.

Quand les gens ont de la fièvre, ils ont souvent peur d'aller dans les établissements de santé car ils veulent éviter d'être détenus dans les centres de traitement Ebola. ”

L'année dernière, la Guinée et la Sierra Leone ont atteint leurs objectifs clés en matière de distribution de moustiquaires, une arme essentielle pour la protection des enfants contre les moustiques qui propagent le paludisme.

La situation au Libéria était moins positive. Les responsables locaux essaient de trouver un moyen de renforcer leurs efforts de distribution tout en essayant de contenir Ebola.
L'un des problèmes est que les premiers symptômes d'Ebola et du paludisme peuvent être similaires.

Le Dr Nafo-Traoré s'est rendu par la route de Conakry en Guinée à la Sierra Leone au début du mois.

Elle m'a dit: «Les centres de traitement Ebola ont également un protocole pour traiter les cas de fièvre avec des médicaments antipaludiques, car le patient pourrait souffrir des deux maladies.

«Mais au moment où les gens ont de la fièvre, ils ont souvent peur d'aller dans des établissements de santé parce qu'ils veulent éviter d'être détenus dans les centres de traitement Ebola.
Nous travaillons avec les pays pour faire en sorte que les personnes subissent un test de dépistage du paludisme et obtiennent les médicaments.
Il est important d'avoir une approche coordonnée. Un objectif clé est de réduire les cas de fièvre liée au paludisme, afin que les centres Ebola ne soient pas submergés.
Je suis inquiet à cause de la faiblesse des systèmes de santé. Et la communication est si facile entre tous les pays 15 des pays d’Afrique de l’Ouest.
Dans le passé, le virus Ebola était présent dans des zones de brousse isolées. Mais aujourd'hui, cela se passe dans les capitales.
Les gens s'organisent bien maintenant. Alors que je voyageais par la route, j’ai vu des postes de contrôle où les gens se faisaient prendre la température et se lavent les mains.
Heureusement, le monde a reçu un appel au réveil, mais la réponse a été lente au début. ”

La source: http://www.bbc.com/

Les commentaires sont fermés.