La situation de la sécurité alimentaire reste sombre en Syrie, malgré de meilleures pluies

RELIEFWEB.INT -

Source: Programme alimentaire mondial, Organisation pour l'alimentation et l'agriculture
Pays: République arabe syrienne

La récolte de blé 2015 devrait être meilleure que la récolte 2014 frappée par la sécheresse, mais ne conduira pas à des améliorations significatives de la sécurité alimentaire globale des ménages, ont indiqué la FAO et le PAM dans leur rapport.

Syrie: de meilleures pluies améliorent la production de blé, mais la situation de la sécurité alimentaire reste sombre

Le prix du pain a augmenté jusqu'à 87 pour cent au cours de la dernière année

23 juillet 2015, Rome - La production alimentaire de la Syrie a augmenté cette année, principalement en raison de pluies favorables, mais elle reste bien en deçà de son niveau d'avant la crise, car le conflit en cours continue de pousser davantage de personnes dans la faim et la pauvreté, selon un rapport publié aujourd'hui par deux agences de l'ONU.

La récolte de blé 2015 devrait être meilleure que la récolte frappée par la sécheresse 2014, mais ne conduira pas à des améliorations significatives de la situation générale de la sécurité alimentaire des ménages, a déclaré la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) et le Programme alimentaire mondial (PAM). rapport.

Au total, on estime qu'en Syrie, environ un million de 9.8 personnes sont en insécurité alimentaire, dont un million de 6.8 en situation d'insécurité alimentaire grave - un niveau de besoins nécessitant une aide alimentaire extérieure. Rien qu’en janvier de cette année, plus d’un demi-million de personnes ont été déplacées.

Selon le rapport FAO-PAM, le conflit continue de perturber gravement les activités agricoles et les marchés des produits alimentaires.

"Bien que les récoltes en Syrie soient meilleures que prévu en raison des pluies abondantes, le secteur agricole du pays reste décimé par le conflit. Un soutien urgent des donateurs est nécessaire pour que les agriculteurs puissent faire face à la prochaine campagne de semis de céréales à partir d'octobre", a déclaré Dominique Burgeon, directeur de la Division des urgences et de la réhabilitation de la FAO.

La production agricole continue à être entravée par des pénuries de carburant, de main-d’œuvre agricole et d’intrants agricoles, y compris de semences et d’engrais; coûts d'intrants élevés et qualité peu fiable; ainsi que des dommages aux systèmes d'irrigation et du matériel agricole. Ces facteurs aggravent la situation d'insécurité alimentaire dans le pays.

"Les preuves sont claires: près de cinq années de conflit ont détruit l'économie syrienne et la capacité de la population à acheter des produits de première nécessité, tels que la nourriture dont elle a besoin pour survivre", a déclaré Arif Husain, économiste en chef du PAM. "Nous nous inquiétons de la persistance du déplacement et de son impact, en particulier sur les femmes et les enfants. Le risque de dommages irréversibles pour les enfants est réel, avec des conséquences tragiques pour l'avenir si ce conflit dure beaucoup plus longtemps." "Nous exhortons la communauté internationale à continuer d'appuyer les efforts vitaux de paix et de secours jusqu'à la conclusion de la paix", a-t-il ajouté.

La production de blé de 2015, estimée à 2.445 millions de tonnes, devrait être supérieure à la très médiocre récolte de 2014 et légèrement supérieure à celle de 2013. Cependant, le pourcentage 40 est toujours inférieur aux niveaux de production d’avant conflit. Le pays fait face à un déficit de blé d'environ 800 000 sur ses besoins annuels de près de 5 millions de tonnes, indique le rapport.

La superficie ensemencée en céréales était limitée par l'insécurité et la superficie de blé récoltée estimée est la plus petite depuis les 1960, indique le rapport.

L'élevage est également gravement touché par le conflit. Le secteur, qui a autrefois largement contribué à l'économie intérieure et à son commerce extérieur en Syrie, a enregistré une réduction de 30% en bovins et de 40% en ovins et caprins, tandis que la volaille, la source de protéines la plus abordable dans l'alimentation du monde, a diminué en 50 pour cent. Le rapport a également noté que les services vétérinaires du pays étaient en train de manquer rapidement de vaccins et de médicaments de routine.

Le prix du pain est monté en flèche

Après avoir été relativement stables dans 2014, les prix des produits alimentaires ont commencé à augmenter fortement au début de 2015 à la suite de la baisse des subventions publiques et de la dépréciation du taux de change. Il est à noter que le prix du pain a explosé au cours de l’année écoulée, augmentant jusqu’à 87 pour cent dans les boulangeries publiques.

La part des dépenses alimentaires des ménages a considérablement augmenté depuis le début de la crise, au détriment de la satisfaction d'autres besoins critiques. On a constaté que les familles consacraient plus de la moitié de leurs revenus à la nourriture et, dans certaines localités telles que Sweida, Alep et Hama, cette part est plus élevée et a presque bondi de 80 à Daraa, une des régions qui a connu le combat le plus intense.

On a constaté qu'une majorité de personnes consommaient un régime alimentaire «pauvre» ou «limite». La diversité des aliments est un peu meilleure dans les gouvernorats du nord-ouest d’Idlib, Tartous et Lattakia, où les ménages semblent avoir accès à des protéines et des légumes de haute qualité et riches en vitamines. Les habitants des gouvernorats de Deir Ezzor, Hassakeh, Alep et Hama, touchés par le conflit, affichent les pires indicateurs de consommation alimentaire.

Fragmentation du marché

Les producteurs, les transporteurs et les commerçants syriens sont confrontés à des coûts de transaction et à des risques extrêmement élevés en raison de l'insécurité accrue sur les autoroutes artérielles. En conséquence, les mouvements de produits agricoles des zones de production vers les principaux marchés sont confrontés à de nombreux goulots d'étranglement, ce qui entraîne une augmentation du gaspillage de fruits et de légumes et entrave le transfert des excédents de blé du nord-est vers les zones à déficit vivrier de l'ouest du pays.

Recommandations

Si la fin du conflit reste la principale condition préalable pour garantir aux populations syriennes un accès adéquat à la nourriture, le rapport FAO-PAM présente une série de recommandations visant à améliorer la situation actuelle de la sécurité alimentaire, soulignant la nécessité d'une aide alimentaire pour les assiégés. et la violence touchée régions du pays.

Il recommande une assistance pour stimuler la production de blé et d'autres céréales grâce à la fourniture de semences, d'engrais et d'autres intrants de bonne qualité.

Afin de renforcer la résilience des communautés touchées, il recommande également de soutenir la création de centres privés de production et de distribution de semences dans les villages, de promouvoir la production de légumes et de volailles de basse-cour par la distribution de semences et de poussins améliorés, ainsi que la fourniture de vaccins pour le bétail et de médicaments vétérinaires. .

Contact
Peter Mayer
Relations avec les médias (Rome)
(+ 39) 06 570 53304
peter.mayer@fao.org

Dina Elkassaby
PAM (Le Caire)
(+ 20) 1015218882
dina.elkassaby@wfp.org

Jane Howard
PAM (Rome)
(+ 39) 06 6513 2321
(+ 39) 346 7600521
jane.howard@wfp.org

de ReliefWeb Headlines http://bit.ly/1Ozy79U
via IFTTT