Libéria. Un survivant d'Ebola pourrait être à l'origine d'une nouvelle épidémie

Source: Agence France-Presse
Pays: Libéria

Des cas confirmés d'Ebola au 30 ont été signalés dans la semaine à dimanche, selon l'OMS-13 en Guinée, trois au Libéria et 14 en Sierra Leone.

Monrovia, Libéria | AFP | Mercredi 7 / 15 / 2015 - 20: 30 GMT

par Zoom DOSSO

La résurgence du virus Ebola au Libéria est probablement due à un survivant toujours porteur du virus, ont annoncé des scientifiques mercredi, alors que le pays annonçait une deuxième mort dans cette nouvelle épidémie.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la séquence génétique du virus prélevé chez la victime âgée de 17 au centre des premiers cas depuis trois mois ne correspondait pas aux variants circulant en Guinée ou en Sierra Leone, pays voisins.

"L'origine du groupe de cas reste à l'étude", a déclaré l'agence dans son dernier rapport de situation sur une épidémie qui a tué plus de personnes que 11,250 dans les trois pays.

"Les preuves préliminaires tirées du séquençage génomique suggèrent fortement que l'origine la plus probable de la transmission est la réémergence du virus d'un survivant au Libéria."

Le pays a été déclaré indemne de transmission le mois de mai 9, six semaines après les funérailles de Ruth Tugbah, une vendeuse de fruits âgée de 44 qui aurait contracté le virus au cours de relations sexuelles avec son petit ami, un survivant d'Ebola.

Un nouveau groupe de six cas a cependant émergé au cours des deux dernières semaines, puisque le 17, âgé de 12 ans, a été testé positif après son décès dans le comté côtier de Margibi.

La source de la nouvelle épidémie était mystérieuse. Les experts sanitaires libériens ont examiné plusieurs hypothèses, notamment qu'il aurait contracté le virus à l'étranger ou qu'il aurait été cuit et mangé par un chien mort.

Les autorités sanitaires libériennes ont annoncé mercredi qu'un deuxième patient était décédé lors de la résurgence, le premier cas à avoir été signalé à Monrovia, la capitale.

«Ebola n'est plus confiné au comté de Margibi. Un cas a été signalé à Monrovia, mais il a été rapporté qu'il est expiré », a déclaré le responsable médical Francis Karteh à la radio d'Etat.

"Le cas a été porté dans un état critique à (l'unité de traitement Ebola) et est décédé plus tard."

  • Ebola persistante chez les survivants -

Le rapport de l'OMS ne mentionnait pas un second décès mais confirmait qu '«un des cas signalés dans la semaine précédant juillet 12 avait commencé à apparaître dans un foyer mis en quarantaine dans le comté de Montserrado, près de la capitale Monrovia».

L’homme, un agent de santé, était surveillé comme étant un contact connu de l’un des cas précédents, mais a caché sa maladie aux autorités en prenant des médicaments pour faire baisser sa température, a déclaré Karteh.

La pire épidémie d'Ebola au monde s'est propagée au Libéria depuis la Guinée en mars, 2014, tuant plus de 4,800 Libériens en un an.

Des tests effectués sur l'an de 17 ont montré que la variante qui l'avait tué était génétiquement similaire à l'épidémie de 2014, selon l'OMS.

Les scientifiques ont déjà démontré que le virus Ebola pouvait persister dans le sperme pendant plusieurs mois après qu'un patient soit déclaré en bonne santé et que le virus avait été détecté dans l'œil d'un patient plusieurs mois après sa disparition de son sang.

Ian Crozier, un médecin américain, a reçu un diagnostic d'Ebola en septembre 2014 alors qu'il travaillait en Sierra Leone et a été envoyé dans une unité Ebola à Atlanta, en Géorgie.

Selon le New England Journal of Medicine, il a quitté l'hôpital en octobre, alors que le sang ne présentait plus le virus Ebola, mais deux mois plus tard, le liquide d'un œil enflammé contenait le virus.

Outre des problèmes de vision et d’enflure, son iris a changé de couleur, passant du bleu au vert 10 quelques jours après la première détection des symptômes.

Des cas confirmés d'Ebola au 30 ont été signalés dans la semaine à dimanche, selon l'OMS-13 en Guinée, trois au Libéria et 14 en Sierra Leone.

Pour la première fois depuis des mois, la plupart des cas ont été signalés à Conakry et à Freetown, les capitales guinéenne et sierra-léonaise, a indiqué l'agence.

zd-ft / rob

© 1994-2015 Agence France-Presse

de ReliefWeb Headlines http://bit.ly/1HOoi2l
via IFTTT