La vie des migrants en Grèce en période de crise

 

Source: Caritas
Pays: Afghanistan, Grèce, Nigéria, République arabe syrienne, République démocratique du Congo, Sierra Leone, Monde

 

La situation en Grèce empire de jour en jour. Les nouveaux migrants connaissent la crise économique du pays, mais décident tout de même de venir en Grèce car c'est leur point d'entrée en Europe.

Par Caritas Internationalis

Par Irma Sofia Espinosa Peraldi, Caritas Athènes

La situation en Grèce empire de jour en jour. Les nouveaux migrants connaissent la crise économique ici, mais ils décident tout de même de venir en Grèce car c'est leur point d'entrée en Europe. L’arrivée de migrants dans les îles grecques représente X% de plus que l’année dernière.

Comme l'État grec est en faillite, il n'y a pas de fonds publics pour aider les migrants à leur arrivée et la police et les gardes-côtes n'ont pas de politique d'immigration. De plus, les migrants qui arrivent sur les îles ont très peu d'aide, car la Grèce n'est pas en mesure de fournir un hébergement, de la nourriture, des soins médicaux et juridiques.

Jusqu'à présent, les migrants font face à une courte détention aux services d'accueil sur les îles, notamment à Lesbos, Kos, Chios, Samos et Rhodes. La Grèce ayant peu de personnel dans les services d’asile, les demandeurs d’asile sont envoyés dès que possible dans le centre-ville d’Athènes afin que les autorités locales puissent engager une procédure de documentation. Rien qu’au mois de juin, les autorités ont transporté des réfugiés de 14 de l’île de Mitilini à la place Omonia dans la capitale. Ainsi, le centre-ville d'Athènes est devenu une escale pour tous les migrants qui arrivent aux frontières grecques, que ce soit par voie terrestre ou maritime.

La crise en Grèce affecte tout le monde, mais les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants économiques font partie des groupes de personnes les plus vulnérables et ont donc besoin d'une aide urgente.

De plus en plus de migrants se rendent au Centre de réfugiés Caritas à Athènes. Les nationalités qui nous viennent sont principalement originaires de Syrie, d’Afghanistan, du Nigéria, de Sierra Leone et du Congo. Au cours des 18 derniers mois, le nombre de Syriens a augmenté.

Les migrants ayant un statut légal (réfugiés et migrants légaux) ainsi que les nouveaux arrivants qui demandent l'asile rencontrent de plus grandes difficultés. Pour les migrants ayant un statut légal, la crise affecte leurs perspectives d'emploi. Compte tenu du pourcentage élevé de chômage chez les Grecs eux-mêmes, les chances des migrants de trouver un emploi sont réduites, ce qui les oblige à accepter un travail au marché noir. Cette situation signifie que leur statut devient illégal et qu'ils perdent toute chance de renouvellement de leurs documents.

Les réfugiés demandeurs d'asile craignent que, si le gouvernement n'est plus en mesure de payer ses fonctionnaires, les difficultés rencontrées par les services d'asile vont s'aggraver et que leur demande d'asile sera mise en attente pendant une période incertaine. La file d'attente devant les services d'asile à Athènes est si longue que les gens décident de camper et de dormir même deux nuits pour obtenir du service.

Nos assistants sociaux affirment que 80 pour cent des migrants souhaitent quitter la Grèce pour s'installer dans les pays scandinaves et en Allemagne.

Caritas Athènes a lancé un programme en janvier 2015 grâce au financement de Caritas Italiana pour aider les réfugiés syriens qui vivent à Athènes, en leur fournissant une assistance de base, y compris de la nourriture, des vêtements et des conseils. Nous espérons étendre ce programme aux îles et nous prévoyons de le faire avec Catholic Relief Services (CRS - un membre américain de la confédération Caritas).

Non seulement les migrants, mais de plus en plus de citoyens grecs vulnérables nous demandent de l'aide, en particulier pour manger dans notre soupe populaire et pour parler à nos travailleurs sociaux. Auparavant, la fondation TIMA et, à présent, les fondations Latsis prenaient en charge les dépenses de notre soupe populaire. Dans le secteur privé, Western Union a fait un don important pour fournir des coupons de supermarché aux familles vulnérables. Des ONG grecques, comme Mazi Gia, Paidi et Desmos, nous soutiennent avec des dons en nature pour les enfants afin que nous puissions fournir des vêtements et des chaussures. Le secteur privé, comme les supermarchés et l’industrie alimentaire, fournit en fonction de ses possibilités des dons en nature à la soupe populaire.

La crise a compliqué la vie des Grecs, des migrants et de notre travail en général. Outre le manque d'emploi et de protection sociale, les banques sont fermées, ce qui affecte les flux monétaires. Même si les migrants trouvent du travail, ils ne peuvent pas envoyer d’argent à leurs familles. Le transport de l'aide est affecté par les coûts élevés. De plus, l'aide de l'Église (orthodoxe, protestante et catholique) diminue par manque de fonds et de dons.

Le peuple grec ne peut plus aider. Ils sont aussi désespérés et ont très peu à donner. Caritas Athens tente de sensibiliser les citoyens en organisant la distribution de nourriture dans des lieux publics, comme Victoria Square, où la population locale aide à distribuer les articles. Mais, malgré les difficultés que vivent les Grecs eux-mêmes, l’attitude des habitants des îles a été très solidaire. De nombreux citoyens ont donné leur temps et leurs ressources pour fournir de la nourriture et des vêtements aux réfugiés.

À Lesbos, par exemple, une restauratrice a dressé une tente dans laquelle elle sert des sandwichs tous les jours, mais elle se demande combien de temps elle pourra aider, car ses ressources se raréfient également. Les services de restauration employés par le gouvernement grec pour soutenir les réfugiés dans certaines des îles ont dû être interrompus car ils n'avaient pas été payés depuis 4. Dans l'île de Kos, un ancien hôtel appelé Captain Ilias, un bâtiment à moitié détruit, est utilisé comme camp de réfugiés. Là-bas, les ONG et les citoyens apportent l’aide nécessaire.

de ReliefWeb Headlines http://bit.ly/1RNUaPC

via IFTTT

Les commentaires sont fermés.