La Croix-Rouge ouvre un centre de traitement Ebola en Sierra Leone

Freetown, 15 septembre 2014 - La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a ouvert son premier centre de traitement du virus Ebola à Kenema, en Sierra Leone, l’un des districts les plus touchés par cette épidémie meurtrière.

«Ce centre de traitement fait cruellement défaut», déclare Tiina Saarikoski, responsable du centre de traitement de la FICR. «Kenema a été grandement touché par cette épidémie. Ce centre contribuera à alléger la pression sur l'hôpital gouvernemental local, où plusieurs médecins et infirmières ont été victimes de l'épidémie d'Ebola. "

Construit à la demande du gouvernement dans la banlieue de la ville de Kenema, le centre de traitement est actuellement doté d'employés internationaux 19 et d'employés nationaux 80. Il a déjà reçu ses premiers patients, quatre hommes et une fille de 11, de la capitale Freetown. À ce jour, la Sierra Leone a enregistré plus de 1,400 cas d'Ebola et de décès par 524.

«Le centre de traitement accueillera les patients 60, mais pour le moment, nous allons échelonner les admissions», ajoute Saarikoski. «Notre équipe est prête, mais pour leur sécurité et celle des patients, nous voulons nous assurer qu'ils ne sont pas dépassés. Faire une erreur ici peut s'avérer mortel et c'est évidemment quelque chose que nous voulons éviter. "

Le centre de traitement devrait fonctionner jusqu'à douze mois, si des fonds sont disponibles pour garder les portes ouvertes. «Nous apprécions grandement le soutien de nos donateurs qui nous a permis d'ouvrir le centre de traitement d'Ebola», déclare Stephen McAndrew, chef des opérations d'urgence contre Ebola de la Fédération internationale en Sierra Leone. «Cependant, pour le moment, nous ne disposons pas de fonds suffisants pour garder la clinique ouverte pendant les douze mois complets. De plus, avec l’évolution de la situation, nous devrons étendre et étendre nos efforts, pour faire face à l’escalade des besoins. »

Des fonds sont nécessaires pour soutenir le déploiement d'agents de santé supplémentaires à mesure que l'opération prend de l'ampleur et que de plus en plus de patients sont admis, ainsi que les outils, les fournitures et équipement nécessaire pour faire le travail. «Lorsque nous fonctionnons à pleine capacité, nous pouvons utiliser jusqu'à 200 ensembles d'équipements de protection individuelle chaque jour», explique Saarikoski. «La majeure partie du kit doit être détruite après une seule utilisation pour éviter la contamination croisée.»

La FICR a révisé ses appel d'urgence passer de millions de francs suisses à quelques millions de francs suisses pour étendre ses activités de lutte contre l’épidémie d’Ebola en Sierra Leone. Une allocation extraordinaire du fonds d'urgence d'un million de francs suisses alloué par la FICR aux secours d'urgence a également permis de déployer une unité d'intervention d'urgence à Kenema afin de faciliter le démarrage du centre de traitement.

Depuis que le premier cas confirmé a été identifié en Sierra Leone en mai, des équipes de volontaires de la Croix-Rouge de Sierra Leone ont été formées et déployées dans les communautés pour recueillir et enterrer les corps, ainsi que pour faire le suivi des personnes qui pourraient avoir été en contact avec une personne infectée. , sensibiliser sur Ebola et fournir un soutien psychosocial. Ces activités seront renforcées dans le cadre de l'appel d'urgence révisé, avec plus de volontaires de 1,600 formés pour garantir la couverture de zones géographiques plus étendues.

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est le monde»s Le plus grand réseau humanitaire composé de volontaires, atteignant chaque année un million de personnes grâce aux Sociétés nationales membres de 150. Ensemble, la FICR agit avant, pendant et après les catastrophes et les urgences sanitaires pour répondre aux besoins et améliorer la vie des personnes vulnérables. Il le fait avec impartialité quant à la nationalité, la race, le sexe, les croyances religieuses, la classe et les opinions politiques. Pour plus d'informations, s'il vous plaît visitez www.ifrc.org. Vous pouvez également vous connecter avec nous sur FacebookTwitter YouTube et flickr. 

Les commentaires sont fermés.