Somalie - Les alertes concernant la nourriture et l'eau persistent. La crise humanitaire continue

(Mogadiscio, 31 August 2015): Les résultats de la dernière évaluation de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Somalie, présentée aujourd'hui à Mogadiscio, indiquent que la situation humanitaire dans le pays reste alarmante.

Par rapport à il y a six mois, le nombre de personnes confrontées à une crise alimentaire ou à une urgence a augmenté de 17 pour cent, passant de 731,000 à 855,000. Le nombre de personnes en situation de stress alimentaire est resté à 2.3 millions. L'absence d'amélioration est due en grande partie à la fin précoce des pluies dans le Gu, qui a entraîné une production céréalière inférieure à la moyenne. Au total, 3.1 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire.

«Les niveaux d'insécurité alimentaire et de malnutrition sont critiques. Les acteurs humanitaires et les donateurs ont empêché la situation d’être bien pire qu’elle ne l’était, mais nous devons tous en faire plus ", a déclaré Peter de Clercq, Coordonnateur des opérations humanitaires," La situation des personnes déplacées à l'intérieur de leur pays est particulièrement préoccupante ".

Plus des deux tiers, soit 68%, des personnes en situation de crise ou d’urgence sont des personnes déplacées. En particulier parmi eux - qui sont déjà exposés à de nombreuses violations des droits de l'homme - l'insécurité alimentaire aggrave les problèmes de protection: elle entraîne régulièrement le travail des enfants, une augmentation de la violence sexuelle et sexiste et des séparations familiales involontaires.

Près de 215,000 enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, dont près de 40,000 sont sévèrement malnutris et courent un risque élevé de maladie et de mort. Dans les zones de peuplement pour personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, les taux de malnutrition aiguë dans le monde dépassent constamment le seuil d'urgence fixé à 15 pour cent.

L'insécurité alimentaire devrait s'aggraver d'ici la fin de l'année. Cela sera dû à une production agricole inférieure à la moyenne, à des précipitations insuffisantes dans certaines zones pastorales et agropastorales, à la perturbation des échanges commerciaux dans les zones les plus touchées par le conflit et aux déplacements continus. En outre, le phénomène El Niño devrait provoquer de fortes pluies et des inondations le long des rivières Juba et Shabelle, des inondations soudaines dans certaines parties de Galgaduud, Mudug et Nugaal dans le Puntland et des conditions de sécheresse dans certaines régions du Somaliland.

Cela risquerait d'entraîner des maladies, des pertes de récoltes et de biens, ainsi qu'une détérioration de la sécurité alimentaire et de la situation nutritionnelle. «Nous devons continuer à investir pour sauver des vies. Nous ne pouvons pas permettre un renversement des avancées importantes réalisées sur les fronts humanitaire et du développement ", a déclaré le Coordonnateur humanitaire," Nous devons consolider ce qui a été réalisé ".

Les évaluations sont réalisées par l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition (FSNAU), gérée par la FAO et la FAO en collaboration avec le gouvernement technique et ses partenaires, deux fois par an: après la saison Deyr vers janvier et après la saison Gu. vers août.

Dans 2011, la Somalie a connu une famine dévastatrice. Les choses se sont améliorées depuis, mais les besoins humanitaires restent énormes et le nombre de personnes ayant besoin d'une assistance humanitaire continue de fluctuer autour de millions de 3. La capacité à absorber les chocs - qu’il s’agisse de conflits ou de catastrophes naturelles - est très limitée. Environ 1.1, millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de leur pays.

Les commentaires sont fermés.