Tunisie, main bionique imprimée en 3D: grandit à mesure que l'enfant amputé grandit

Tunisie, la startup Cure Bionics, du jeune Mohamed Dhaouafi, développe une main bionique solaire imprimée en 3D pour les amputés en Afrique. Composé de cubes similaires à ceux de Lego, il grandit en s'adaptant à la croissance physique de l'enfant auquel il est appliqué.

Mohamed Dhaouafi, fondateur et PDG de Guérir les bioniques, souligne: «Par rapport à ce qui existe sur le marché, les prothèses que nous développons sont beaucoup plus intelligentes car nous essayons d'intégrer l'apprentissage automatique dans notre algorithme pour faciliter la reconnaissance des signaux musculaires de l'utilisateur.

Il est également plus léger car personnalisable grâce à l'impression 3D ».

Bionic Hand, un projet 100% Made in Tunisia

Dhaouafi a conçu le prototype en tant qu'étudiant ingénieur, et il est 100% fabriqué en Tunisie.

«Les défis sont nombreux: administratifs, juridiques, financiers, notamment dans le secteur médical et matériel.

Il y a aussi l'aspect de l'importation de composants et des difficultés de paiement en ligne - dit-il -.

Tels sont les problèmes que nous rencontrons chaque jour de notre aventure.

J'ai quand même décidé de rester en Tunisie et de développer Bionics.

C'est plus qu'un défi personnel car il y a des milliers de personnes dans le monde qui ont besoin de ce que nous développons ici.

Cure Bionics espère commercialiser ses premières mains bioniques d'ici quelques mois, d'abord en Tunisie puis dans le reste du continent.

L'appareil fonctionne avec des capteurs connectés au bras qui détectent les mouvements musculaires et assistés par un logiciel d'intelligence artificielle qui les interprète pour transmettre des instructions aux personnages.

La main elle-même a un poignet qui peut tourner sur le côté, un pouce mécanique et des doigts qui se plient au niveau des articulations en réponse à des impulsions électroniques.

Lire aussi:

Masques pour le coronavirus en Tunisie prêts en 2 minutes

Lire l'article italien

La source:

Afrique Rivista

Les commentaires sont fermés.