Turquie, Association médicale d'Istanbul: le gouvernement ment sur les chiffres de la pandémie du COVID-19

COVID-19 en Turquie, Association médicale du ton indéniable de la capitale: le gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan mentirait sur les chiffres de la pandémie de coronavirus.

A l'occasion des obsèques de Salih Kanli, le dernier médecin turc par ordre chronologique à être tué par COVID-19, des représentants de la chambre médicale d'Istanbul, ordre qui rassemble des médecins de la capitale Ankara, ont lancé une attaque très dure: «Ils peuvent raconter toutes les réussites qu'ils veulent, mais nous sommes en train de mourir.

Selon l'organisation TTB, l'association des médecins turcs (l'équivalent du Fnomceo italien), à ce jour, il y a au moins 120 agents de santé tués par le coronavirus, dont 52 médecins.

C'est laconique Pinar Saip, membre du comité exécutif qui réunit médecins et infirmières: «Nous sommes en train de mourir».

Osman Öztürk, de la Chambre médicale d'Istanbul, identifie le Parti de la justice et du développement (Akp) comme la principale partie responsable, par ses «mauvaises politiques et pratiques».

Les chiffres publiés par le ministère turc de la Santé seraient faux, et le gouvernement raconterait des réussites, mais les agents de santé «connaissent la vérité».

Covid-19 en Turquie: les chiffres sont-ils vrais?

Selon les données du ministère turc de la Santé, le nombre total de victimes est de 9,445 351,413, les personnes infectées sont de 24 74. Au cours des dernières 1,894 heures, les morts sont XNUMX et les nouveaux cas XNUMX XNUMX.

Le taux d'occupation des hôpitaux est de 48.1%, le nombre total de lits de soins intensifs a atteint 65.2% et les ventilateurs sont utilisés à 32.1% de la capacité maximale.

En fait, cependant, il existe de nombreuses «astuces» que la Turquie, comprise comme un leadership politique, aurait adopté pour adoucir le chiffre: par exemple, ce n'est que depuis le 15 octobre, et après une vive controverse, que le gouvernement a décidé d'inclure dans les statistiques sont également asymptomatiques bien que positives dans les listes à envoyer à l'OMS, l'Organisation mondiale de la santé.

Avant, il n'en envoyait que les symptomatiques.

Il est évident que pour la Turquie, il y a vraiment une lacune dans l'écart entre sa direction politique et la direction de la médecine et de la santé: le peuple turc a clairement besoin de solutions réelles et soutenues par la chorale.

Lire aussi:

Lire l'article italien

COVID-19 En Roumanie: à l'hôpital de Bucarest, un robot tue le coronavirus avec des rayons UV

La source:

Nouvelles d'Asie

Les commentaires sont fermés.