Un patient américain atteint du virus Ebola sera libéré après avoir reçu un traitement médicamenteux expérimental

Le Dr Kent Brantly, un Américain qui a contracté le virus Ebola alors qu'il travaillait dans un hôpital missionnaire au Libéria, est libéré aujourd'hui après avoir reçu un traitement médicamenteux expérimental pour la maladie. L'un des deux travailleurs humanitaires rapatriés par avion du Libéria dans un hôpital américain à Atlanta, il aurait récupéré.

Brantly s'est rendu à l'hôpital Emory University avec une autre travailleuse humanitaire américaine, Nancy Writebol, infectée au Libéria. L'hôpital prévoit d'organiser une conférence de presse jeudi pour discuter de la sortie des deux patients, a rapporté AP.

Les deux ont été traités avec la combinaison expérimentale d'anticorps ZMapp développée en collaboration par des sociétés américaines et canadiennes, notamment Mapp Bio et LeafBio, toutes deux basées à San Diego, en Californie. D'autres médicaments potentiels contre le virus Ebola sont en cours de développement par Sarepta, un Cambridge, Massachusetts, biotech et Tekmira, une entreprise canadienne basée en Colombie-Britannique. Dans les résultats publiés mercredi, le médicament potentiel de Tekmira a montré des résultats positifs par rapport à un virus similaire à Ebola dans des tests sur animaux - une annonce qui a probablement contribué à la hausse des stocks de la société jeudi matin, alors qu'elle n'était pas impliquée dans le cas historique de Brantly. Le candidat-médicament de Tekmira se distingue par son effet même présenté comme traitement retardé, rapporte Bloomberg. (Voir la correction ci-dessous.)

Brantly et Writebol travaillaient tous deux au Libéria pour Samaritan's Purse, une organisation humanitaire. Franklin Graham, président de Samaritan's Purse, a publié une déclaration, selon l'AP: «Aujourd'hui, je me joins à l'équipe de notre Samaritan Purse dans le monde pour rendre grâce à Dieu alors que nous célébrons la guérison du Dr Kent Brantly et sa sortie de l'hôpital. . "

L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest est la plus grave à ce jour, ayant tué 1,350 jusqu’à présent, selon l’AP.

Les commentaires sont fermés.