L'OMS crée un centre d'urgence à Nairobi, au Kenya

La création d'un centre d'urgence à Nairobi par l'organisation mondiale de la santé a été bien accueillie par le gouvernement kenyan et ses partenaires.

L'initiative a été récemment introduite à Nairobi par le Dr Ibrahima-Soce Fall, le directeur de l'OMS AFRO pour les urgences lorsqu'il a rencontré le secrétaire du Cabinet kényan pour la santé, le Dr Cleopa Mailu, des responsables du ministère de la Santé et divers partenaires. Il s'agissait notamment du CDC, du Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), de la Banque mondiale, de l'UNICEF, de l'USAID et du HCR, de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et de la GIZ.

Le Dr Fall a expliqué la vision et la mission du hub et la manière dont il aiderait les pays à faire face aux épidémies et aux urgences de plus près et en temps réel.

Les centres d'urgence de l'OMS seront situés à Nairobi et à Dakar au Sénégal, Nairobi desservant l'Afrique orientale et australe. Le hub de Dakar desservira l'Afrique occidentale et centrale. Deux bureaux de liaison ont été proposés pour Addis-Abeba et Johannesburg.

Il a déclaré que l'initiative renforcera et soutiendra les capacités, utilisera une approche unique normalisée pour tirer parti des partenaires et faciliter les systèmes de gestion des Nations Unies et des catastrophes, ainsi que renforcer l'expertise politique et technique. Il accordera également la priorité aux stratégies de haut niveau spécifiques aux maladies, mesurera les plans nationaux de préparation, utilisera une évaluation des risques en temps opportun et travaillera avec un modèle d'entreprise qui sera efficace et efficient.

Les opérations de l’initiative impliqueraient l’utilisation d’un programme, d’un effectif et d’un budget. Cela signifie que le personnel prêt à partir sera déployé dans une situation d'urgence selon l'approche du programme où qu'il se trouve, qu'il utilisera un fonds d'urgence et une logistique efficace pour une réponse rapide.

«L’idée est de protéger et de sauver des vies. Il est donc essentiel d’aider les pays et de coordonner les actions internationales visant à prévenir, préparer, détecter et réagir rapidement, et à se remettre des épidémies et des situations d’urgence», at-il ajouté. Plusieurs urgences et épidémies 100 se produisent chaque année dans la région, a-t-il ajouté.

Le Secrétaire du Cabinet de la Santé, le Dr Cleopa Mailu, a déclaré à la délégation de l'OMS que l'initiative du pôle était une idée bienvenue et serait bénéfique aux pays de la région pour faire face aux différentes flambées et situations d'urgence. Il espérait que le Hub bénéficierait au pays hôte.

Il a déclaré que se concentrer sur le renforcement des capacités était essentiel, en particulier pour aider les pays à utiliser leurs ressources nationales pour atténuer ces situations d'urgence. Il a également déclaré qu'un tel hub ne réussirait que si le soutien et les capacités locales étaient exploités.

«Le soutien des partenaires locaux lors des situations d’urgence nous a donné de bons résultats. C’est formidable de pouvoir compter sur cette initiative», a-t-il déclaré.

Le Dr Fall a remercié le gouvernement pour la réponse positive et l'engagement envers l'initiative et a assuré le Dr Mailu que l'initiative travaillerait en étroite collaboration avec le pays hôte pour répondre aux besoins et aux capacités d'urgence.

Il a ajouté qu'un fonds de réserve avait été créé et utilisé avec succès pour faire face à l'épidémie d'Ebola en RDC. Une intervention était possible dans les heures 24-48 avec du personnel transporté par avion à l'emplacement situé à 1400 km de Kinshasa.

Il assure le Dr Mailu que la mobilisation des ressources est en cours pour soutenir l'initiative d'initiatives d'urgence et qu'il est optimiste que davantage de fonds soient collectés pour combler les lacunes. Le fonds de réserve a un déficit de financement de 58 pour cent.

Le Docteur Fall a en outre expliqué que la création de pôles d'urgence à Nairobi et à Dakar avait été rendue nécessaire par les enseignements tirés de la maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest. L’OMS a adopté de nouvelles réformes garantissant une riposte efficace et efficiente aux flambées et aux situations d’urgence.

La nouvelle initiative comprend également une évaluation immédiate d'une éclosion ou d'une urgence afin de cerner les points forts et les points à améliorer.

Le représentant de l'OMS au Kenya, le Dr Rudi Eggers, a déclaré que le centre d'urgence sera hébergé par le bureau de pays. Il fonctionnerait cependant de manière indépendante dans le cadre de la nouvelle structure d'intervention d'urgence.

Il a déclaré que l'OMS avait opéré un virage opérationnel pour répondre aux urgences sanitaires et que l'initiative bénéficierait du partenariat des agences régionales existantes à Nairobi.

Les partenaires ont exprimé leur grand optimisme quant à l’initiative et ont souligné plusieurs questions susceptibles de compléter l’effort. Cela incluait la durabilité, l’utilisation des installations de laboratoire et la manière dont les centres travailleraient avec les bureaux de pays ainsi que d’autres partenariats régionaux.

Le Dr Gandham Ramana, de la Banque mondiale, a présenté des exemples de concentration sur l'activité principale avec une ressource humaine allégée et essentielle pour assurer la durabilité.

Le Dr Fall a déclaré qu'il existait un réseau et une communication avec des partenariats régionaux qui collaboreraient avec l'initiative et que le hub s'appuierait sur un réseau de laboratoires dans la région. Il a déclaré que le fichier d'urgence recrutait déjà et préparait le personnel qui serait disponible pour répondre à toute urgence.

En ce qui concerne le Centre africain de contrôle des maladies, qui s’occupe également des situations d’urgence, serait lié à cette initiative, le Dr Fall a déclaré qu’il existait déjà une certaine collaboration grâce à l’évaluation externe conjointe (au titre du Règlement sanitaire international) et à d’autres plateformes.

Il a dit qu'il y avait beaucoup à faire et qu'il y avait de la place pour collaborer et créer des synergies afin de faire face aux urgences sanitaires existantes. Jusqu'à présent, le CDC africain avait des capacités limitées et recherchait un soutien collaboratif.

Les commentaires sont fermés.