La question du statut des SPV français en regard de l’arrêt Matzak.

Le 16 décembre 2009, un pompier volontaire, entré au service de la ville de Nivelles le 1er aout 1980 et devenu sapeur pompier volontaire un an plus tard, a intenté un procès à sa commune pour obtenir une indemnisation de ses services de garde à domicile qu’il considère comme du temps de travail. Le 22 mars 2012, le tribunal du travail de Nivelles a « en large mesure accueilli le recours de M. Matzak » (point N° 19 de l’arrêt). La ville de Nivelles a alors fait appel devant la Cour du travail de Bruxelles. Par un arrêt du 14 septembre 2015, cette juridiction a partiellement fait droit à cet appel. En ce qui concerne la rémunération réclamée, elle a posé des questions préjudicielles à la Cour de justice. La cour de justice européenne vient de rendre sa décision le 21 février 2018.

0

Le 16 décembre 2009, un pompier volontaire, entré au service de la ville de Nivelles a intenté un procès à sa commune pour obtenir une indemnisation de ses services de garde à domicile qu’il considère comme du temps de travail.

Le 22 mars 2012, le tribunal du travail de Nivelles lui donne raison. La ville de Nivelles fait appel devant la Cour du travail de Bruxelles. Par un arrêt du 14 septembre 2015, cette juridiction fait partiellement droit à cet appel. En ce qui concerne la rémunération réclamée, elle pose des questions préjudicielles à la Cour de justice Européenne (CJUE).

La cour de justice européenne a rendu sa décision le 21 février 2018. Elle considère que:

  • les sapeurs-pompiers volontaires, sans distinction de nationalité, sont des travailleurs au sens de la directive 2003/88,
  • les gardes à domiciles du  SPV belge (astreintes) sont des temps de travail et non des temps de repos.

Pour ceux qui suivaient de près cette affaire, l’issue devant la CJUE paraissait inéluctable. En juillet 2017, l’avocate générale avait rendu ses conclusions qui allaient dans ce sens. Voir notre article du 2 septembre 2017 (lien en fin de cette page). Certes, il n’est pas automatique que la CJUE suive les conclusions de l’avocat général, mais son argumentation, en droit européen semblait déjà imparable pour les spécialistes. Il est à noter que la France a tenté de contrer cet argumentaire, sans succès.

 

Puis, en décembre 2017, la rapporteuse publique du tribunal administratif du Bas Rhin, s’appuyant sur les conclusions de l’avocate générale de l’affaire Matzak, proposait au TA de donner, et c’est ce qu’il fit, aux sapeurs-pompiers volontaires du Bas-Rhin le statut de travailleur. Il est à noter que la rapporteuse publique soulignait un vide juridique au sujet du statut des SPV en France. En effet, les dispositions du Code des Collectivités territoriales (article R. 1424-1) s’opposent à ce que l’activité de sapeur-pompier volontaire soit exercée à temps complet, alors qu’aucune disposition législative ou réglementaire ne définit la notion de temps complet pour cette activité.

Puis l’arrêt Matzak est paru le 21 février 2018. Il y a eu alors un assourdissant silence.

Des parlementaires ont posés des questions au sujet des conséquences de l’arrêt Matzak :

  • Le 7 novembre 2017, suite à la parution des conclusions de l’avocate générale, M. Guillaume Kasbarian a posé une question (assemblée nationale) sur la « nécessité de revoir le régime des SPV pour prendre en compte la nécessité de mieux encadrer leur statut tout en maintenant les spécificités du système français« . Réponse en attente, à ce jour.
  • Le 16 novembre 2017, M. Guy-Dominique Kennel (Sénat) « interroge sur les intentions du Gouvernement de revoir le régime des SPV tout en maintenant les spécificités du système français qui fait ses preuves au quotidien« . Réponse en attente, à ce jour.
  • Le 13 février 2018, M. Adrien Morenas (assemblée nationale) a demandé à un ministre « la position du Gouvernement sur cet important sujet afin d’exclure définitivement les sapeurs-pompiers volontaires du champ d’application de la directive« . Réponse en attente, à ce jour.
  • Le 15 mars 2018, Mme Sylvie Goy-Chavent (Sénat) « demande donc au Gouvernement quelles mesures il entend prendre rapidement afin que les sapeurs- pompiers volontaires français soient définitivement exclus du champ d’application de cette décision, qui ne doit en aucun cas faire jurisprudence« . Réponse en attente, à ce jour.

Si les bonnes questions ont été posées assez rapidement, toutes d’ailleurs orientées dans le même sens d’une exception pour le modèle français, aucune réponse n’a été apportée de puis plus de 7 mois, par le gouvernement, preuve que la réponse ne doit pas être aussi simple que cela ….

Dans un article paru en avril 2018 sur LexisNexis, un juriste, dans un article fort bien documenté écrivait : « L’exclusion des sapeur-pompiers volontaires des dispositions législatives et réglementaire relatives au temps de travail, avait été acquise en 2004, sur un malentendu, avec l’idée que la directive de 2003 autorisait cette dispense ».

Explications : Le 27 juillet 2004, à l’assemblée nationale était examiné la future loi 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile dans laquelle apparaîtra le futur nouvel article 5-1 de la Loi 96-370, actuellement article L 723-15 du Code de la Sécurité Intérieure et indiquant « Les activités de sapeur-pompier volontaire, de membre des associations de sécurité civile et de membre des réserves de sécurité civile ne sont pas soumises aux dispositions législatives et réglementaires relatives au temps de travail. »

Le rapporteur, M. Thierry Mariani, présentait l’amendement N° 198 en ces termes : « Cet amendement a pour objet de protéger les sapeurs-pompiers volontaires contre les réticences de leurs employeurs en raison de la difficulté réelle ou supposée qu’ils ont à concilier leurs obligations, en termes de temps de travail et de repos de sécurité en particulier ».

 

Lorsqu’il est demandé l’avis du gouvernement sur cet amendement, le Ministre délégué à l’Intérieur de l’époques (M. Dominique de Villepin) indique, entre autre  : »Les missions de secours, par leur nature même, sont incompatibles avec les règles relatives au temps de travail, et le Conseil d’État l’a d’ailleurs récemment confirmé« . Et une réécriture de l’amendement est aussitôt faite et validée.

Dans son arrêt du 31 mars 2004, visant la requête du syndicat SINDICAT DI I TRAVAGLIADORI CORSI, le Conseil d’Etat avait jugé : « Considérant qu’il résulte de ce qui précède que les activités exercées par les sapeurs-pompiers professionnels sont exclues du champ d’application de la directive du 12 juin 1989 et, par voie de conséquence, de celle du 123 novembre 1993; que, par suite, les requérants ne peuvent utilement ni contester la portée des dérogations apportées à cette directive par les décret des 25 août 2000 et 12 juillet 2001 ni se prévaloir de l’incompatibilité du décret attaqué avec les objectifs vise par cette directive;«

Bien entendu, cette position du Conseil d’Etat a été invalidée de facto par la CJUE, dans son arrêt du 14 juillet 2005 dans l’affaire C-52/04 des pompiers de Hambourg : « les activités exercées par les forces d’intervention d’un service public de sapeurs-pompiers tel que celui en cause au principal relèvent normalement du champ d’application desdites directives, en sorte que, en principe, l’article 6, point 2, de la directive 93/104 s’oppose au dépassement du plafond de 48 heures prévu pour la durée maximale hebdomadaire de travail, y compris les services de garde;«

Vous l’aurez compris, le Conseil d’Etat ne rend pas toujours des arrêts conformes au droit européen.

Et ensuite, depuis 13 ans, le Législateur devait bien se douter que la directive était applicable aux sapeurs pompiers, y compris le volontaires, mais personne n’a bougé !

Si l’incendie semble aujourd’hui généralisé, ne fallait-il pas l’éteindre dès 2005 au lieu de renforcer le statut de non travailleurs des SPV, qui a fini par exploser en 2018 ?

Vous comprenez mieux pourquoi le gouvernement tarde à répondre sur le sujet?

 

L’article continu sur Pompactus.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.