Prévention des cyclones côtiers: 6 étapes pour la mettre en action depuis le Bangladesh

En mai 2020, le cyclone Amphan a touché des pays de la mer du Bengale. La tempête a été la deuxième plus puissante que la région ait connue en deux décennies, touchant plus de 12 millions de personnes dans quatre pays. C'est pourquoi le Bangladesh a compris l'importance d'avoir des notions de prévention côtière à mettre en œuvre si nécessaire.

Cyclone Amphan tué 26 personnes et provoqué 130 millions de dollars de dommages estimés. Néanmoins, le dévastation était beaucoup moins grave que celle causée par le passé cyclones. PréventionWeb vient de publier le 6 prévention côtière pas de Autorités bangladaises.

Cyclone Amphan au Bangladesh et prévention côtière

Juste avant Amphan frappé, Autorités bangladaises imposé obligatoire évacuation ordonnances de déplacer 2.4 millions de personnes dans des abris anti-tempête. Cette réponse, ainsi que la mise à disposition plus rapide des fonds de relèvement après Amphan, montre que les actions d'adaptation du Bangladesh sauvent des vies.

Partout sur la planète, les gens sont confrontés à des tempêtes plus fortes et plus fréquentes, à une élévation du niveau de la mer et à d'autres impacts du changement climatique. Avec près de 2.4 milliards de personnes - environ 40% de la population mondiale - vivant à moins de 100 kilomètres (60 miles) du littoral, les gouvernements nationaux et locaux doivent s'adapter à un climat changeant pour protéger les vies et les économies.

Stratégies de prévention et de protection des côtes contre les cyclones devrait intégrer le l'intensification des risques de changement climatique. La question est: comment les décideurs peuvent-ils garantir que les politiques et les plans conduisent à des actions sur le terrain?

Des pays comme Bangladesh, et des villes comme Carthagène en Colombie et Malabon City aux Philippines, prennent des mesures importantes vers une action efficace d'adaptation au changement climatique. Une nouvelle recherche du WRI met en évidence six facteurs favorables qui peuvent aider les décideurs à passer de la planification à la mise en œuvre prévention des cyclones côtiers.

Prévention des cyclones côtiers: le pouvoir des politiques

Les villes et les pays sont mieux à même de gérer les effets le changement climatique lorsque les politiques gouvernementales prescrivent spécifiquement des mesures d'adaptation. le Loi philippine de 2010 sur la réduction et la gestion des risques de catastrophe et d'autres politiques nationales ont commencé à modifier Philippines de la simple réponse aux catastrophes à leur gestion plus proactive. Ce La loi établit un lien explicite entre la préparation aux catastrophes et le changement climatique l'adaptation et oblige les provinces et les municipalités à élaborer leurs propres plans de réduction des risques de catastrophe et d'adaptation. Ces cadres nationaux ont également facilité l'accès aux fonds pour les programmes locaux de préparation et de prévention. Cela a permis à Malabon City de planter des arbres le long des berges et dans les bassins versants pour réduire l'érosion et les inondations, et mettre en place des systèmes d'alerte précoce qui atteignent chaque maison.

Prévention et protection côtières contre les cyclones: leadership soutenu

Un facteur important dans la réalisation des progrès au Bangladesh est que les politiciens et les représentants du gouvernement - y compris le Premier ministre Sheikh Hasina et le parti au pouvoir - ont constamment mené sur les questions d'adaptation. Une Un groupe parlementaire multipartite sur le changement climatique et la réduction des risques de catastrophe a été créé en 2009. Ce groupe se compose de 120 parlementaires et représente tous les partis politiques, qui travaillent ensemble pour lutter contre le changement climatique. Un leadership soutenu a été essentiel pour sensibiliser et faire le changement climatique adaptation une priorité environnementale et de développement.

Prévention des cyclones côtiers: partenariats intelligents

Alliances maintenir l'adaptation au climat à l'agenda politique et motiver l'action. Carthagène est un centre touristique et commercial majeur des Caraïbes pour la Colombie et l'Amérique latine. Les secteurs privé et financier de cette ville portuaire ont été directement touchés par les impacts climatiques tels que l'élévation du niveau de la mer, les inondations et l'érosion côtière.

Le changement climatique a poussé les acteurs privés, y compris l'Association nationale des entreprises de Colombie et la Chambre de commerce de Carthagène, à s'engager dans l'adaptation au changement climatique en tant qu'élément indispensable pour favoriser la croissance économique, la stabilité et la compétitivité. Cela a été crucial pour la création du Plan 4C pour une Carthagène compétitive et compatible avec le climat, via un partenariat public, privé et de la société civile.

Le plan décrit une vision commune pour 2040, en insistant sur l'importance d'intégrer gestion des risques climatiques dans les secteurs économiques et les territoires géographiques de Carthagène. Les stratégies comprennent un port résilient au climat, l'adaptation des quartiers vulnérables et la repensée des zones intérieures et côtières de la ville. Le financement initial a été obtenu pour construire 10 niveaux, trois brise-lames et un système de drainage des eaux pluviales, et le secteur privé dirige avec succès un fonds de l'eau pour promouvoir de bonnes pratiques de bassin versant.

À Malabon City, une collaboration entre le gouvernement local et la communauté a facilité l'intégration de l'adaptation au climat dans la planification urbaine. Cette collaboration a contribué à forger un engagement fort des communautés autochtones, des organisations civiques et d'autres groupes. Leurs efforts conjoints façonnent les politiques - comme la plantation d'arbres et les systèmes d'alerte précoce - qui visent à renforcer la préparation et la prévention.

Les deux exemples montrent à quel point les partenariats formels et informels qui incluent diverses parties prenantes sont un élément important d'une planification et d'une action d'adaptation efficaces.

Informations et outils accessibles pour la prévention des cyclones côtiers

Information sur risques, dangers et vulnérabilités causée par le changement climatique est essentiel à l'intégration - ou à la généralisation - l'adaptation au climat dans les politiques, plans et programmes. La possibilité pour les parties prenantes d'accéder à ces informations et de les utiliser était essentielle au Bangladesh, à Carthagène et à Malabon City pour établir une base solide pour la mise en œuvre des politiques. Les premiers avantages, y compris des vies sauvées, sont déjà évidents, comme l'illustre la préparation aux cyclones au Bangladesh.

Dans les trois cas, les instituts de recherche ou les bureaux météorologiques ont fourni aux communautés, au secteur privé et aux législateurs (entre autres parties prenantes) des informations crédibles pour comprendre les risques et la vulnérabilité climatiques. Distribution de cartes des risques d'inondation imprimés sur des bâches pour les citoyens de Malabon City, le partage de l'Atlas des risques colombien avec le milieu des affaires de Carthagène et la création d'un programme national de gestion des connaissances pour les décideurs politiques au Bangladesh ont contribué à développer des stratégies mieux informées et plus inclusives et des partenariats solides, et à créer une dynamique pour des bases factuelles. plans et politiques de prévention côtière.

Une approche multi-niveaux et pangouvernementale

Le partage de l'autorité et des responsabilités entre les niveaux de gouvernement contribue souvent à harmoniser les incitations pour améliorer la prévention climatique. Lorsque différents ministères et tous les niveaux de gouvernement (du national au local) partagent des objectifs, ils sont plus motivés à utiliser les ressources plus efficacement.

Le Bangladesh décentralise la responsabilité de l'adaptation au changement climatique grâce aux cellules du changement climatique au sein de chaque ministère, et à travers un vaste réseau qui s'étend du niveau national à des milliers de comités villageois de catastrophe.

De même, en Colombie, le Unité nationale de gestion des risques de catastrophe crée une approche pangouvernementale à travers les ministères et par le biais d'unités établies jusqu'au niveau municipal. Cette approche permet à différentes parties du gouvernement de partager des informations sur les nouvelles études nationales sur les risques climatiques et les lieux vulnérables, ce qui stimule l'élaboration conjointe de plans d'urgence pour différents scénarios.

Aux Philippines, les alertes précoces sont gérées par les gouvernements nationaux et locaux et diffusées au niveau des ménages. Le gouvernement national appelle les gouvernements locaux à identifier et à atténuer les risques liés au climat, et exige la création de bureaux de gestion de la réduction des risques de catastrophe dans chaque province, ville et municipalité, et de comités au niveau des barangay (quartier ou village).

Disponibilité des financements pour soutenir prévention des cyclones côtiers

Le Bangladesh, la Colombie et les Philippines démontrent qu'un financement intérieur dédié, combiné à un soutien financier extérieur, est essentiel pour transformer les plans en actions. La finance sous-tend les cinq autres facteurs favorables énumérés ci-dessus. Des progrès importants peuvent être accomplis lorsque des mécanismes tels que des fonds sont mis en place pour recevoir des financements.

Le Bangladesh, par exemple, a créé deux fonds, le Climate Change Trust Fund et le Bangladesh Climate Change Resilience Fund, financer des activités sur le terrain. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement a dépensé plus de 1.5 milliard de dollars de ses propres ressources, ainsi que des financements provenant de bailleurs de fonds externes, pour des abris polyvalents contre les cyclones, des systèmes d'alerte précoce, la restauration des mangroves et plus encore. Depuis 2014, le ministère des Finances a intégré le changement climatique dans sa planification budgétaire et ses rapports annuels couvrant 20 ministères.

Malgré les exemples positifs décrits ici, il en faut davantage. Des défis tels que l'instabilité politique, la coordination juridictionnelle et un financement insuffisant sont encore répandus. Les gouvernements et les agences à plusieurs niveaux, les communautés, le secteur privé et les organisations de la société civile doivent travailler ensemble pour intégrer mieux et plus rapidement l'adaptation au climat et la réduction des risques de catastrophe lors de la conception et de la mise en œuvre des politiques.

Lorsque ces facteurs sont réunis, l'adaptation au climat fonctionne. Comme nous l'avons vu, Cyclone Amphan était dure, mais les autorités bangladaises étaient prêtes. À ce jour, ils ont alloué 29 à 35 millions de dollars pour réparer les remblais et 18 millions de dollars pour aider les districts les plus durement touchés. Des organisations non gouvernementales telles que BRAC et des donateurs internationaux se sont engagées à contribuer au financement des réparations. Il est à la fois possible et nécessaire de veiller à ce que les institutions puissent réduire les risques climatiques et mieux réagir en cas de catastrophe.

Le système progrès au Bangladesh, Carthagène et Malabon City est un modèle pour d'autres pays et villes qui s'efforcent de protéger des vies et des économies en s'adaptant au changement climatique.

Les commentaires sont fermés.