Rohingya - L'ONU affirme que des milliers de vies ont été sauvées mais que des difficultés subsistent

Après des années de menaces et de violence, des milliers de vies ont été sauvées. C'est ce que le Dr Peter Salama, Directeur général adjoint de la protection civile et de la réponse aux Nations Unies Organisation mondiale de la Santé (QUI) assumé. Cependant, il y a tant à faire, en particulier l'amélioration des conditions de santé du camp.

Cox's Bazar, Bangladesh, 24 août 2018: Au cours de l'année écoulée, les efforts concertés du gouvernement du Bangladesh, de l'OMS et des partenaires de santé ont contribué à sauver des milliers de vies et à prévenir et à réduire rapidement les flambées épidémiques mortelles parmi les presque un million de réfugiés rohingyas, qui, malgré ces efforts, restent vulnérables, même aujourd'hui, en raison de l'évolution de leurs besoins en matière de santé et d'une grave crise de financement menaçant la continuité des services de santé vitaux dans leurs camps.

«Des efforts sans précédent ont été déployés au cours de la dernière année et dans les conditions les plus difficiles. Des maladies mortelles telles que le choléra ont été évitées, et la rougeole et la diphtérie ont été rapidement réduites avec le déploiement et l'extension rapides des services de santé et des campagnes de vaccination de masse. Il est remarquable que non seulement le taux de mortalité chez les Rohingyas soit resté plus bas que prévu dans une situation d'urgence d'une telle ampleur, mais qu'il a également considérablement diminué au cours des six derniers mois », a déclaré le Dr Poonam Khetrapal Singh, Directeur régional, OMS Sud-Est Asie, félicitant le gouvernement du Bangladesh et le travail des partenaires de santé sur le terrain.

L'arrivée de près de 700,000 Rohingyas dans le Bazar de Cox débutant en août 25 2017 a été l'un des plus importants afflux de population jamais enregistré sur une période aussi courte. Les femmes, les enfants et les personnes âgées sont arrivés avec des blessures, une faible couverture vaccinale, des taux de malnutrition élevés, un besoin de soins de santé en matière de reproduction et un soutien psychosocial, ainsi qu'un risque d'épidémie de maladie mortelle. En réponse, l’OMS, avec le ministère de la Santé et de la Famille, a coordonné les services de santé d’urgence fournis par les partenaires de la santé proches de 107 sur le terrain, afin de garantir l’accès des Rohingyas aux services essentiels dans la région où ils s’étaient installés - dans des méga et petits camps, et beaucoup avec leurs communautés d'accueil.

Au cours de la dernière année, des postes de santé 155 ont été créés, chacun d’entre eux pouvant accueillir environ 7700. En outre, des établissements de soins de santé primaires 60 couvrant chacun le personnel 20,000 et des établissements de soins secondaires 11 accessibles à presque tous les utilisateurs de 115,000 ont également été créés. Grâce au soutien généreux de KSrelief, le personnel de 86 a été ajouté à la main-d'œuvre de l'hôpital de district de Cox's Bazar, le seul établissement fournissant des services d'aiguillage à la population vulnérable et à la communauté d'accueil.

«Nous avons fait des choses dont nous pouvons être fiers collectivement. Cependant, nous devons continuer à répondre aux besoins en matière de santé de cette population vulnérable et à rester vigilants contre la propagation des maladies. La situation est encore très fragile », a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur général adjoint de l'OMS pour la préparation aux situations d'urgence et les interventions d'urgence, qui a récemment visité les camps Rohingya à Cox's Bazar.

Quatre millions de doses de vaccins contre le choléra, la poliomyélite, la rougeole et la rubéole et contre la diphtérie et le tétanos ont été administrées à des enfants, des adolescents et des adultes par le biais de multiples campagnes de vaccination de masse, prévenant ainsi les épidémies de maladies majeures et sauvant des milliers de vies. La vaccination des enfants a été mise en place grâce aux sites 94 qui fournissent des vaccins qui sauvent des vies aux enfants des camps Rohingya.

L’OMS a aidé à mettre en place et à renforcer la surveillance des maladies afin de permettre une détection précoce et une réponse rapide aux épidémies, alors que les Rohingyas s’installaient dans des camps surpeuplés dans des conditions d’eau et d’assainissement sous-optimales, sujettes aux maladies transmises par l’eau et les vecteurs telles que le choléra, la polio, la rougeole, le paludisme, le chikungunya, etc. Au moins au moins des établissements de santé 152 couvrant 98% de la population mettent en œuvre une surveillance des maladies par le biais du système d'alerte et d'intervention rapides.

Les capacités de laboratoire ont été renforcées à Dhaka et établies à Cox's Bazar, tandis que le personnel des établissements de santé de terrain continue à être formé à l'utilisation du diagnostic pour des maladies telles que le paludisme.

En coordonnant le plan d’intervention pour la mousson, la préparation et la riposte à la diarrhée aqueuse aiguë et à la flambée de diphtérie, l’OMS a distribué près de 175 de médicaments et de fournitures, ainsi que des fournitures d’urgence pré-positionnées à trois endroits pour la saison de la mousson et du cyclone. L'OMS a distribué des filtres à eau en accordant la priorité aux postes et centres de santé et aux foyers accueillant des femmes enceintes.

L'OMS continue de renforcer la capacité des agents de santé à fournir des services d'assistance psychosociale et de santé mentale aux réfugiés rohingyas.

Malgré ces efforts, des problèmes subsistent. Les inondations et les glissements de terrain qui se produisent pendant la saison de la mousson continuent de déplacer des personnes et d’affecter le fonctionnement des établissements de santé. La population rohingya est réticente à accéder aux services de santé sexuelle et reproductive et, par conséquent, 70% des naissances ont encore lieu en dehors des structures de santé.

Le plus grand défi est la nécessité de développer davantage les services pour répondre aux besoins complexes, en évolution et à long terme en matière de santé de cette population extrêmement vulnérable face à un déficit de financement qui menace également d'annuler les acquis et les progrès réalisés jusqu'à présent.

L'OMS a lancé un appel de fonds d'un montant de 16.5 USD pour son soutien continu à la réponse Rohingya, qui fait partie du montant de 113.1 USD recherché par tous les partenaires de la santé dans le cadre du plan de lutte commune jusqu'en mars 2019.

Le Dr Bardan Jang Rana, représentant de l’OMS au Bangladesh, a remercié tous les partenaires qui ont contribué à la riposte sanitaire dans le bazar de Cox: «Nous avons besoin d’un soutien généreux et continu de nos partenaires. Il est important que les Rohingyas ne souffrent plus. Nous devons trouver des moyens durables de répondre à leurs besoins en matière de santé, d’eau, d’assainissement, d’éducation et de moyens de subsistance. »

Communiqué de presse

Les commentaires sont fermés.