Complications immédiates de la transfusion sanguine aujourd’hui

0

Une analyse de le Pr Dan Benhamou (Anesthésiste-réanimateur, Le Kremlim-Bicêtre) à l’occasion du 31ème congrès annuel de la Société Française d’Hématologie

Longtemps le risque transfusionnel infectieux à court et long terme est passé au premier plan des complications possibles du recours aux produits sanguins labiles (PSL). Et à juste titre! Mais désormais, avec le soin porté à la sélection des donneurs, la réalisation de tests systématiques bactériens et viraux et les mesures d’inactivation infectieuses, l’incidence du risque est estimée à 10-5 pour les bactéries et le VHB, à 10-6 pour le VIH et à 10-7 pour le VHC. En revanche, d’autres risques immédiats – surcharge, TRALI (transfusion related acute lung injury), allergie, incompatibilité ABO – perdurent. Leur incidence pourrait être limitée par un travail d’évaluation des risques en situation réelle, d’amélioration des pratiques et de formation des soignants aux principales complications immédiates de la transfusion de produits sanguins labiles.

En 2011, l’incidence des OAP de surcharge après transfusion s’établissait à 80 par an dans notre pays, contre 40 dans les années 2000. Cette majoration est liée à une méconnaissance ou une insuffisance de connaissance sur ces accidents qui sont pourtant évitables. Ils surviennent en effet majoritairement chez des patients à risque de surcharge évident : des insuffisants cardiaques, des nourrissons, des personnes âgées (60 % ont plus de 75 ans) et chez des hypertendus dans un cas sur deux. Ce sont des patients qui souffrent d’anémie chronique qui sont le plus souvent concernés et, globalement, de type d’accident survient majoritairement lors de la transfusion de concentrés de globules rouges (CGR) (93 % des cas).

 

 

LIRE LA SUITE 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.