Comment gérer les urgences comportementales

Une urgence comportementale, également appelée crise comportementale ou urgence psychiatrique, se produit lorsque le comportement d'une personne est tellement incontrôlable qu'il devient un danger pour tout le monde. La situation est si extrême que la personne doit être traitée rapidement pour éviter de se blesser ou de blesser autrui. Le temps est essentiel dans une urgence comportementale, il est donc important de reconnaître les symptômes de ce type d'urgence et de réaliser à quel point la situation peut dégénérer si des mesures immédiates ne sont pas prises pour désamorcer la situation.

Les symptômes d’une urgence comportementale comprennent une agitation extrême, la menace de se blesser ou de blesser des tiers, des cris ou des hurlements, des coups de fouet, des pensées irrationnelles, des objets et d’autres comportements explosifs. La personne semblera en colère, irrationnelle, incontrôlable et imprévisible. La nature imprévisible de ce type d'urgence peut entraîner des blessures chez les passants si la personne présente un comportement violent au cours de l'épisode.

Raisons des urgences comportementales
Des urgences comportementales peuvent survenir en raison d'une maladie mentale, d'une toxicomanie ou d'un autre problème médical. L'hypoglycémie liée au diabète, à l'hypoglycémie, à l'hypoxie, à une lésion cérébrale traumatique ou à une réduction du flux sanguin vers le cerveau et à des infections du système nerveux central telles que la méningite, peut entraîner le type de changement mental requis par une urgence comportementale.

En règle générale, il faut exclure toute explication relative à une condition physique de santé ou à une toxicomanie avant de pouvoir imputer une urgence comportementale à une maladie mentale, en particulier chez une personne qui n'a pas de diagnostic préalable ni d'antécédents d'autres symptômes. Les changements mentaux soudains ou accompagnés d'incontinence, de perte de mémoire, de salivation excessive ou d'hallucinations visuelles (en l'absence d'audition) sont plus susceptibles d'être causés par un état physique que par une maladie mentale.

Le rôle de l'anxiété dans les situations d'urgence comportementales
L'anxiété est un état mental commun pouvant également conduire à une urgence comportementale. Environ 10 pour cent de tous les adultes souffrent d'anxiété, ce qui en fait la maladie psychiatrique la plus répandue. Les symptômes d'anxiété comprennent un malaise extrême et de l'inquiétude, de l'agitation et de l'agitation. Bien que les symptômes d'anxiété soient relativement faciles à reconnaître, il est souvent mal diagnostiqué. Les personnes qui souffrent d'anxiété peuvent avoir des crises de panique, qui sont des épisodes intenses de peur et de tension qui peuvent submerger la victime et mener rapidement à une urgence comportementale. Le patient peut perdre la capacité de se concentrer, de se concentrer et de rationaliser les réactions du corps et de ses sentiments à ces sentiments.

Les symptômes d'une attaque de panique incluent:

- Battement de coeur de course ou de battement
- des palpations cardiaques ou un rythme cardiaque irrégulier
- Vertiges
- picotements ou engourdissements des doigts et de la bouche
- tremblements incontrôlables comme si la personne était très froide et claquait des dents
- Essoufflement

Si un patient apprend à reconnaître les symptômes d'une attaque de panique imminente avant que les symptômes ne deviennent trop extrêmes, cette personne peut éviter une urgence comportementale.

L'anxiété n'est pas le seul problème de santé mentale pouvant entraîner une urgence comportementale. La dépression, le trouble bipolaire et la schizophrénie peuvent tous causer des symptômes pouvant submerger suffisamment le patient et les amener à une situation d'urgence comportementale, en particulier si ces conditions ne sont pas diagnostiquées ou traitées, ou si le patient cesse brutalement de prendre ses médicaments.

Le rôle de la violence dans les situations d'urgence comportementales
Le plus grand danger d’une urgence comportementale est que cela puisse causer des blessures à la victime ou à ses passants. Jusqu'à 70 pour cent des personnes souffrant d'une urgence comportementale tentent d'agresser d'autres personnes ou d'afficher un comportement pouvant nuire à d'autres personnes. Il s'agit donc d'un problème très réel. La première priorité devrait être la sécurité de toutes les personnes impliquées dans la situation, suivie de tentatives de diffusion de la situation et du traitement du patient pour éviter de futures urgences. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne peut devenir violente pendant une urgence comportementale, notamment une menace réelle ou perçue, la peur et la panique, un traumatisme à la tête ou l'influence d'une substance. Les signes avant-coureurs d'une violence imminente incluent le rythme, les cris, les menaces et les dents ou les poings serrés. Ces signes d’avertissement doivent être pris au sérieux et ne pas être négligés, car les ignorer pourrait avoir des conséquences désastreuses, voire fatales.

La violence physique directe, la menace de violence physique avec une arme et le fait de jeter des objets en direction d'autrui sont parmi les moyens par lesquels une personne peut devenir violente. Bien que le désir soit d'aider le patient, la sécurité personnelle devrait être le point le plus important.

Techniques pour gérer une urgence comportementale
Si vous êtes confronté à une urgence comportementale, il est important de rester calme. Votre peur et votre malaise ne feront qu'aggraver la situation et éventuellement aggraver la panique et l'agitation du patient. Il est important de parler directement au patient, d’établir et de maintenir un contact visuel et de parler de manière rassurante. Ne faites pas de mouvements brusques qui pourraient être mal interprétés par le patient et gardez une certaine distance entre vous deux. Restez avec le patient en tout temps.

Lorsque vous parlez à la personne qui en souffre, il est important de rester honnête et de répondre honnêtement à toutes les questions. Si cette personne a des hallucinations, ne prétendez pas que vous voyez les hallucinations. Ce n'est pas le moment de dire à la victime de prendre des décisions. Il est important de rester solidaire et de ne pas devenir accusateur ou faire en sorte que le patient se sente déprécié. Demander au patient d'effectuer des tâches simples peut les aider à rester présents au lieu de les perdre dans un délire ou une hallucination.

Les urgences comportementales peuvent être stressantes pour toutes les personnes impliquées. Ces situations ne sont pas rares, il est donc important de savoir comment les gérer. Garder son calme et garder le patient aussi calme que possible contribuera grandement à rendre la situation aussi supportable et sûre que possible jusqu'à ce qu'elle soit complètement diffusée. Après l’épisode, le patient aura probablement besoin d’un traitement intensif soit pour se remettre d’un problème de santé physique sous-jacent, soit pour diagnostiquer et traiter un problème de santé mentale ou un problème de toxicomanie. Le traitement est important pour réduire le risque d'un deuxième épisode.

Source: PSYCHGUIDES -

Les commentaires sont fermés.