Des mobilisatrices de l'UNICEF luttent contre la poliomyélite au Nigeria, un foyer à la fois

La campagne de l'UNICEF contre la polio, mais surtout contre la superstition. Au Nigeria, en particulier dans les banlieues, vivent des centaines de personnes qui ne sont pas convaincues de l’administration des vaccins. Mais le risque d’affection par la poliomyélite est élevé, comme beaucoup d’autres maladies, en particulier chez les patients pédiatriques. Comme suit le rapport de Polioradication.org

_____________

Zulaihatu Abdullahi est bien connue dans sa communauté, particulièrement auprès des mères. En tant que mobilisatrice communautaire bénévole dans l'État de Kaduna, dans le nord du Nigéria, sa mission est de veiller à ce qu'aucun enfant ne contracte la polio ou toute autre maladie infantile évitable.

C'est difficile, car les programmes de vaccination sont parfois traités avec méfiance dans sa partie du Nigéria. En tant qu’agent de changement, le travail de Zulaihatu consiste à faire du porte à porte pour informer les parents de l’importance du vaccin contre la polio.

À l'heure du déjeuner, elle rend visite à une mère de 18, âgée de un an vivant dans un complexe situé dans un district urbain densément peuplé de l'État de Kaduna.

La jeune mère pose le bâton qu'elle utilise pour piler le mil et accueille Zulaihatu, en reconnaissance de son hijab bleu royal de l'UNICEF. Elle s'assoit et tire sur un hijab pour se mettre à l'abri alors qu'elle s'installera pour allaiter son bébé. Elle a trois autres petits enfants à la maison, un cinquième en route et elle est nouvelle dans la région.

«Avant de venir ici, je refusais tous les vaccins», dit-elle, «mais à cause de cette femme, Zulaihatu, j'ai décidé d'accepter. Elle m'a dit l'utilité et j'ai été convaincue de le faire. "

Grâce à la patience de Zulaihatu et à son travail visant à créer un climat de confiance avec la jeune femme lors de visites régulières, quatre autres enfants sont désormais protégés contre la poliomyélite qui, autrement, serait toujours en danger. La mère a également été encouragée à rechercher des soins antinatals et le plus jeune enfant vient de recevoir ses vaccins de vaccination de routine.

«Sœur Zulaihatu a été l'une des premières femmes que j'ai rencontrées lorsque nous avons déménagé ici», se souvient la mère. «Elle est venue ici tous les jours. Elle m'a dit comment elle prend soin de ses propres enfants. Qu'est-ce qu'elle les nourrit. Comment ils prennent tous les vaccins. Petit à petit, j'ai commencé à changer de pensée.

Zulaihatu est formée pour sensibiliser sa communauté aux importantes pratiques domestiques et parentales permettant aux enfants de rester épanouis. La liste est longue et comprend des conseils pour traiter la diarrhée, l’importance des règles élémentaires d’hygiène et d’assainissement, la protection de la famille contre le paludisme, les avantages des soins néonatals et de l’allaitement pour les nourrissons et l’importance de l’enregistrement de leur naissance.

Elle est l'un des presque mobilisateurs, influenceurs et experts en communication formés par l'UNICEF et formés à l'UNICEF par l'UNICEF, répartis dans 20 dans le nord du Nigéria. Avec le soutien de donateurs et de partenaires, notamment la Fondation Bill et Melinda Gates, le CDC, la Fondation Dangote, l'Union européenne, le Rotary, GAVI, la JICA, la Banque mondiale et les gouvernements du Canada, de l'Allemagne, du Japon et d'autres, les mobilisateurs jouent un rôle clé. l’appui continu de l’UNICEF au programme de vaccination du gouvernement du Nigéria.

Malgré leurs réalisations, les Zulaihatu et d’autres mobilisateurs savent qu’il reste encore beaucoup à faire dans leurs communautés. Demain, Zulaihatu poursuivra son travail, allant de foyer en foyer pour assurer la sécurité de chaque enfant.

Les commentaires sont fermés.