Sahara occidental, Giulia Olmi (Cisp): "Avec la guerre 250 XNUMX personnes en danger"

Sahara occidental: Giulia Olmi, coordinatrice de projet pour le Comité international pour le développement des peuples (Cisp), commente la situation à la frontière entre le Maroc et le Sahara occidental.

Sahara occidental, la reprise de la guerre entre le Maroc et le peuple sahraoui serait un désastre

«La reprise d'une guerre entre le Maroc et l'Armée populaire de libération sahraouie serait un désastre: environ 100,000 XNUMX personnes vivent dans les territoires libérés, qui seraient forcées de quitter leurs maisons et leurs biens pour devenir des réfugiés en Mauritanie ou dans les camps de réfugiés de Tindouf, Algérie.

Les tensions sont tout au long de la ligne marquée par le mur marocain, et plusieurs familles du sud se sont déjà installées à la frontière mauritanienne pour leur sécurité, en attendant d'être transférées à Tindouf.

Là-bas, selon les chiffres officiels du HCR de 2018, il y a déjà 173,600 personnes qui y vivent et qui dépendent de l'aide humanitaire depuis 1975.

La communauté internationale doit choisir quelle est la priorité: ignorer ces personnes déjà frustrées par le conflit qui a jusqu'ici privilégié le Maroc, ou faire preuve de cohérence, au moins d'un point de vue humanitaire, et aider ces personnes, de plus en plus seul".

L'analyse du Comité international pour le développement des peuples (Cisp) sur le Sahara occidental

L'alarme est levée par Giulia Olmi, coordinatrice des projets pour le Comité international pour le développement des peuples (Cisp), ONG présente depuis 1984 dans les camps de réfugiés de Tindouf, en Algérie, et depuis 2013 dans la bande de terre à l'est du mur construit par le Maroc et traversant le territoire contesté du nord au sud.

«C'est le territoire sous le contrôle du Front Polisario, sous la juridiction du gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique établi en 1976 - continue la responsabilité - et où vivent entre 80 et 100,000 XNUMX personnes.

Je rappelle que le Maroc, selon les résolutions des Nations Unies et de la Cour de justice de La Haye, n'a ni souveraineté ni contrôle sur le Sahara occidental.

Et alors que la perspective du référendum attendu depuis 1963 s'éloigne, pour Olmi «le Maroc continue de briser toute règle de droit international ou résolution de l'ONU dans le silence général».

L'envoi de l'armée marocaine dans la zone tampon de Gargarat vendredi dernier, pour mettre fin au blocus de protestation que la communauté sahraouie avait imposé au trafic de marchandises, a été considéré par le Front Polisario comme une violation du cessez-le-feu en vigueur depuis 1991, et le secrétaire général Brahim Ghali a donc décrété «l'état de guerre».

L'Armée de libération du peuple sahraoui (Elps) s'est mobilisée le long de la barrière de séparation.

Des échanges de tirs ont été signalés, jusqu'à présent sans faire de victimes.

La proximité de l'Algérie avec le Sahara occidental risque de créer une crise internationale

«L'Algérie dans de nombreux tronçons n'est qu'à 50 kilomètres, il y a donc un risque de crise internationale», prévient à nouveau Giulia Olmi.

Le collaborateur, qui travaille depuis des années avec les communautés sahraouies, dénonce plus généralement un «abandon» de ces personnes: «Les agences onusiennes, en collaboration avec les ONG sur le terrain, ont appelé en mai 15 millions de dollars pour garantir au moins les les besoins alimentaires dans les camps de réfugiés qui, en période de sécheresse, accueillent également des bergers nomades.

Parmi les problèmes les plus répandus que le manque de ressources provoque dans ces populations, comme le dit Olmi, «il y a le retard de croissance chez les enfants entre 0 et 5 ans ou la propagation de l'anémie chez les femmes.

Les communautés qui au lieu de vivre dans les territoires libérés - poursuit la coopération - ne reçoivent pas d'aide car elles ne sont pas considérées comme des réfugiés ou des personnes déplacées, et les agences internationales n'interviennent pas dans le différend avec le Maroc ».

L'option de retourner à l'ouest de la barrière de séparation demeure, où «le gouvernement marocain fait don de fonds et d'installations - poursuit Olmi - mais contrôle en même temps les sahraouis, qui ne peuvent pas avoir de contact avec des militants ou s'engager dans un militantisme politique.

Ils risquent également d'être arrêtés.

Les Marocains eux-mêmes, sans soutenir la cause du Polisario, dénoncent souvent ces violations des droits fondamentaux.

Lire aussi:

Lire l'article italien

La source:

Agenzia Dire

Les commentaires sont fermés.