Gaza, ambulanciers paramédicaux et volontaires ciblés

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) condamne fermement cette série d'attaques extrêmement alarmantes contre les travailleurs humanitaires, ambulanceset les hôpitaux. Ce sont de graves violations du droit de la guerre. Un arrêt immédiat doit leur être mis.

Les hostilités en cours ont fait de nombreuses victimes et causé de nombreux dégâts matériels, notamment la destruction d’infrastructures essentielles. Selon des responsables de la santé à Gaza, plus de 1,000 auraient été tués et un autre 5,430 blessé à la suite de 27 en juillet. Une victime sur quatre seraient des enfants.

Tous les habitants de Gaza sont touchés: certains ont perdu leur maison, certains ont fui, certains sont bloqués au milieu de zones de combat, mais tous sont dans la ligne de tir, craignant pour leur propre sécurité et celle de leurs proches. Des milliers de bâtiments ont été détruits ou endommagés, ce qui a contraint plus de 100,000 à fuir. Nombre d'entre eux séjournent dans des camps, des écoles, des lieux de culte ou chez des parents. Même là, personne ne peut se sentir en sécurité. Les gens vivent dans la peur constante d'une mort violente et beaucoup sont épuisés de ne pas avoir dormi plusieurs jours à cause des nuits bruyantes et horribles. Le bilan de ce conflit est payé en grande majorité par des civils.

La situation dans la bande de Gaza - où la population était déjà confrontée à des difficultés chroniques causées par des infrastructures fragiles, une économie stagnante et des restrictions à la circulation des personnes et des biens en raison de la fermeture en cours de la bande de Gaza - hété exacerbé depuis le lancement de l’opération terrestre le 17 en juillet.

En Israël, des milliers de roquettes ont provoqué trois morts, des blessures causées par 77 et des dommages à des biens civils dans tout le pays, provoquant la peur et le stress constant.

Pendant ce temps, le L'escalade de la violence et le nombre de victimes civiles en Cisjordanie préoccupent également gravement le CICR. Notre personnel est présent sur le terrain et surveille la situation de près. Nous avons poursuivi notre dialogue bilatéral avec la puissance occupante en ce qui concerne la nécessité de tout mettre en œuvre pour assurer l'ordre public et la sécurité, de protéger les civils contre les attaques autant que possible et de se conformer aux normes internationales en matière d'application de la loi.

Priorités humanitaires

Afin de soulager les souffrances dans la bande de Gaza densément peuplée, le CICR travaille sans relâche avec le Croissant-Rouge palestinien et les autorités locales afin de rétablir l'accès des populations à l'eau, aux soins médicaux et aux abris. Les ambulances du Croissant-Rouge, appuyées par le personnel du CICR, travaillent sans relâche pour sauver des vies et emmener les blessés à l'hôpital.

Cependant, le plus grand défi consiste à protéger la population contre de nouvelles attaques et les effets des combats. Le CICR a intensifié son dialogue avec les parties au conflit sur la conduite des hostilités en leur rappelant leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, en particulier la nécessité de veiller constamment à épargner la population civile et ses infrastructures. L'aide humanitaire soulage dans une certaine mesure les souffrances causées par la violence, mais elle ne peut empêcher ces souffrances. En fin de compte, seule une action efficace au niveau politique peut offrir aux civils une véritable protection.

Santé

Aider à transporter les malades et les blessés à l'hôpital et soutenir le travail de ces hôpitaux sont des activités vitales que le CICR mène en permanence. Tout au long du conflit, le CICR a travaillé d'arrache-pied pour garantir l'accès aux soins médicaux. Ses efforts incluent:

fournir une aide financière et matérielle aux services médicaux d'urgence du Croissant-Rouge palestinien;
assurer la coordination à plusieurs reprises avec les autorités concernées pour faciliter la circulation des ambulances en toute sécurité dans les zones touchées par le conflit;
don de neuf kits de chirurgie de guerre (un kit suffit pour 50 patients gravement blessés ou 1,500 patients avec des blessures mineures), médicaments, chirurgie équipement, 300 sacs mortuaires, 20 brancards, 120 lits d'hôpital, fauteuils roulants, quatre ensembles de kits de pansements chirurgicaux et 200 kits de premiers soins;
fournir du carburant pour les ambulances et les générateurs d’hôpitaux et aider à livrer le carburant donné par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies;
aider l'hôpital d'Al Aqsa à la suite d'un bombardement, afin qu'il puisse au moins donner aux patients un traitement d'urgence avant leur transfert par le Croissant-Rouge dans d'autres hôpitaux;
assigner à l'hôpital Al Shifa un médecin du CICR spécialisé en médecine d'urgence;
jouer un rôle de protection pour le Croissant-Rouge et les organisations de défense civile qui transportent les malades et les blessés à l'hôpital;
œuvrer pour faciliter l'entrée à Gaza de fournitures médicales du ministère palestinien de la Santé et du Croissant-Rouge à Ramallah, ainsi que d'autres organisations;
organiser la livraison des palettes de fournitures médicales 76 du ministère de la Santé de Ramallah au centre de stockage médical de Gaza.
Le CICR s'est également efforcé de faire en sorte que la population civile ne soit plus touchée. À cette fin, il a été:

  1. en aidant à protéger les installations de soins de santé et les zones d’entreposage en assurant la coordination avec toutes les parties pour éviter de les endommager;
  2. faire des représentations immédiates aux belligérants au nom d'hôpitaux tels qu'Al Wafa et Al Aqsa, qui ont été touchés par les hostilités, ainsi que de la part d'ambulances travaillant sur le terrain;
  3. surveiller et documenter toute action de la part d'une partie qui suscite sa préoccupation pendant la conduite des hostilités;
  4. coordonner ses activités avec celles d'autres organisations telles que l'Organisation mondiale de la santé et Médecins sans frontières.
  5. Eau et assainissement

Le CICR a pris les mesures suivantes:

  1. mené des projets 20 depuis le début du conflit pour veiller à ce que certaines personnes 370,000 aient un accès renouvelé à l'eau et à l'assainissement;
  2. aidé à évaluer et à réparer les infrastructures d'approvisionnement en eau et en électricité endommagées (sur demande, le CICR accompagne également des techniciens d'autres entités pour assurer leur sécurité.);
  3. travaillé en étroite collaboration avec le service des eaux local pour surveiller l'état des installations d'approvisionnement en eau et de distribution d'eau, ainsi que des systèmes d'égout;
  4. effectué des réparations d'urgence à Beit Hanoun et Rafah, par exemple, pour rétablir le courant électrique;
  5. 1,500 a livré des litres d’eau potable à l’hôpital Kamal Edwan pour que l’hôpital de Beit Hanoun les récupère.
  6. Soulagement

Le CICR a collaboré étroitement avec le Croissant-Rouge palestinien pour répondre aux besoins vitaux des sans-abri. En particulier il a:

aidé jusqu'à présent les personnes déplacées de 3,500 dans six localités différentes (le CICR et le Croissant-Rouge mettent actuellement la dernière main à un vaste plan visant à répondre aux besoins de dizaines de milliers de personnes déplacées.);
distribué des articles essentiels tels que des couvertures, des matelas, des ustensiles de cuisine et des bâches pour les abriter aux familles 500 dont les maisons sont endommagées ou détruites;
aidé la carte du Croissant-Rouge à cartographier les maisons endommagées comme moyen d’évaluer les besoins;
aidé le Croissant-Rouge à évaluer les besoins des personnes déplacées vivant dans des abris provisoires (bâtiments gouvernementaux, écoles privées, églises, etc.).
Collaborer avec le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom

Le Croissant-Rouge palestinien a transporté un total de blessés 2,625 à l'hôpital et de corps de 461 à la morgue depuis le début du conflit. Au cours de ce processus, le CICR a pris des mesures pour garantir l'accès et la protection dans plus de cas liés à 35 dans des zones particulièrement non sécurisées.
Le CICR apporte un soutien opérationnel au Croissant-Rouge palestinien - qui a lancé un appel public à des dons substantiels - par le biais de fonds supplémentaires et d'autres ressources. (La Société a ainsi reçu du CICR une aide d’un montant de 2.73 millions de francs suisses.)
Afin d'amener des blessés et des malades à l'hôpital, le Croissant-Rouge a des ambulances 42 basées dans cinq stations réparties dans la bande de Gaza. En outre, il gère des hôpitaux dans les villes de Gaza et de Khan Younès, un centre de réadaptation à Khan Younès et six centres de santé plus petits. Le CICR met tout en œuvre pour soutenir ce travail.
Les convois mixtes CICR / Croissant-Rouge se rendent dans les zones où des opérations militaires sont en cours. Le CICR fait tout son possible pour optimiser l'accès de l'aide humanitaire.
Le CICR et le Croissant-Rouge (parmi les volontaires de 400) ont mené une opération conjointe axée sur les secours d'urgence et les abris.
Le CICR et le Magen David Adom ont effectué de nombreux déplacements sur le terrain afin de suivre les besoins en Israël et le CICR a continué de documenter des cas concernant la population civile et leurs biens.
Il est essentiel de garantir un stock stable de fournitures et d’équipements médicaux permettant de sauver des vies. Depuis le début des hostilités, le CICR a lui-même importé ou organisé le transport à Gaza des articles suivants:

suffisamment de fournitures médicales pour traiter 300 de personnes gravement blessées pendant une semaine;

  1. certains kits 500 contenant des articles ménagers essentiels;
  2. d'autres palettes 117 contenant ces articles, à distribuer par le Croissant-Rouge (suffisamment pour aider des centaines de personnes dans le besoin);
  3. Des camions 12 remplis de fournitures médicales et d’unités de prélèvement sanguin à l’usage du Ministère de la santé;
  4. un envoi de matériel médical à l'usage de Médecins Sans Frontières.

Les commentaires sont fermés.