Urgence humanitaire dans la bande de Gaza après les attaques israéliennes

Ce rapport est produit par OCHA TPO en collaboration avec des partenaires humanitaires. Il couvre la période allant de juillet 7 (heures 1800) à juillet 9 (heures 1500). Le prochain rapport sera publié sur 10 en juillet. 

Le ciblage et la destruction de propriétés résidentielles à Gaza sont la principale cause des victimes civiles.
Certaines maisons 150 ont été détruites ou gravement endommagées par des frappes aériennes israéliennes, déplaçant environ des personnes 900 hébergées par des proches.
Les hôpitaux de Gaza qui traitent des blessures souffrent de graves pénuries de fournitures médicales et de carburant nécessaires au fonctionnement des générateurs de secours. Des tirs de roquettes aveugles perpétrés par des groupes armés de Gaza ont visé les principaux centres de population israéliens, mais n'ont pas fait de victimes jusqu'à présent.

RAPPORT DE L'OCHA ET DE L'UNRWA

On la nuit du 7 juillet 2014, l'armée israélienne a lancé une vaste opération militaire dans la bande de Gaza, baptisée «Bordure protectrice», avec pour objectif déclaré d'arrêter les tirs de roquettes palestiniennes sur le sud d'Israël et de détruire les infrastructures militaires du Hamas et d'autres groupes armés. Les attaques israéliennes comprennent jusqu'à présent de lourds bombardements aériens et navals dans toute la bande de Gaza, visant des installations militaires, des sites de lancement de roquettes et les résidences de membres présumés de groupes armés. Selon les médias israéliens, l'opération sera progressivement étendue et pourrait inclure des opérations au sol.

Avant le début de l'opération, les groupes armés palestiniens, y compris l'aile militaire du Hamas, ont tiré des centaines de roquettes en direction d'Israël, atteignant les régions métropolitaines de Tel Aviv et de Jérusalem et d'autres localités jusqu'à 100 km de la frontière avec Gaza. Cependant, la grande majorité des roquettes sont tombées dans des zones découvertes, tandis que des dizaines d'autres zones construites pour cibler ont été interceptées par le système d'interception de missiles Iron Dome. Quatre Israéliens au total, dont deux civils, ont été blessés à la suite de tirs de roquettes et de dommages matériels limités.

Depuis le début de l'opération, au moins 35 Palestiniens, dont au moins 23 étaient des civils, dont sept enfants, ont été tués par les bombardements israéliens. Selon le ministère palestinien de la Santé à Gaza, environ 300, dont des enfants et des femmes 71, ont été blessés. Au moins au moins des bâtiments résidentiels 66 auraient été ciblés et détruits, causant la majorité des victimes civiles enregistrées jusqu'à présent, notamment une attaque contre 35 July à Khan Younis qui a tué sept civils, dont trois enfants, et blessé un autre 8. Dans la plupart des cas, avant les attaques, les habitants ont été invités à partir, soit par des appels téléphoniques de l'armée israélienne, soit par des tirs de missiles d'avertissement.

On estime que les maisons 150 à Gaza ont été totalement détruites ou sont devenues inhabitables, et un autre 1,900 a été endommagé lors de frappes aériennes et de bombardements. Jusqu'à présent, certaines personnes du 900 ont été déplacées et sont hébergées par des parents. Aucun refuge d'urgence n'a encore été ouvert. Des dégâts ont également été causés à une station de pompage des eaux usées et à deux installations d'approvisionnement en eau essentielles, perturbant la fourniture de services d'approvisionnement en eau et d'assainissement. Les hôpitaux gérés par le Ministère de la santé fonctionnent et traitent les blessures, malgré l’épuisement des fournitures médicales et les longues pannes d’électricité.

Les rues de Gaza sont pour la plupart vides et presque tous les magasins sont fermés. En raison d'une grève générale, la plupart des institutions gouvernementales ont également été fermées, à l'exception des établissements médicaux. Les passagers d'Erez traversant Israël ne sont ouverts que pour les étrangers et les cas humanitaires urgents, tandis que le terminal de Rafah avec l'Égypte reste fermé. Le passage commercial de Kerem Shalom fonctionne partiellement, ne permettant que l’entrée de fournitures humanitaires urgentes et de carburant. La centrale électrique de Gaza continue de fonctionner à la moitié de sa capacité, tandis que les coupures d'électricité se poursuivent chaque jour pendant 12.

Le Coordonnateur humanitaire et le Directeur des opérations de l'UNRWA à Gaza ont tous deux déclaré une situation d'urgence et mis en place des mécanismes pour coordonner l'aide d'urgence. Des mécanismes locaux de coordination d'urgence, notamment par la Défense civile palestinienne (PCD), la Société du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) et la municipalité de la ville de Gaza, ont également été mis en place pour fournir les premières réponses, le cas échéant. Il existe une coordination sur le terrain entre le PCD et le PRCS pour ambulances et les opérations de recherche et de sauvetage.

La crise actuelle s’inscrit dans un contexte de vulnérabilité et d’instabilité accrues. Le chômage a considérablement augmenté depuis le milieu de la période 2013, à la suite de l'arrêt du commerce illégal des tunnels par les autorités égyptiennes, ce qui a accentué l'impact des restrictions d'accès de longue date imposées par Israël. De plus, les anciens employés du gouvernement, y compris les forces de sécurité, n'ont pas été payés régulièrement depuis août 2013 et aucun salaire depuis avril 2014. La fourniture de services de base a également été compromise en raison de la crise énergétique actuelle.

Les commentaires sont fermés.