En Australie, l'interdiction de montée en puissance des ambulances est une réalité: quel genre d'instructions pour les ambulanciers paramédicaux?

Le délai d'exécution est le temps passé par les ambulanciers paramédicaux dans les services d'urgence des hôpitaux. Il est mesuré à partir du moment où un ambulance arrive à l'hôpital au moment où il est prêt à répondre à d'autres incidents.
Ce temps s'appelle RAMPING. La rampe fait référence à la durée pendant laquelle les ambulanciers paramédicaux doivent attendre dans les hôpitaux occupés avant de pouvoir transférer la responsabilité des patients au personnel. À partir du 1er juillet, cela devra être fait dans les 30 minutes suivant l'arrivée aux hôpitaux Royal Perth, Fiona Stanley et Sir Charles Gairdner. Les syndicats médicaux ont affirmé que l'interdiction provoquerait le chaos dans les hôpitaux et ramènerait des «soins de couloir» pour les patients. Mais les services des urgences ne sont pas tombés dans le chaos le premier jour d'une interdiction de montée en puissance des ambulances dans trois hôpitaux de Perth, a déclaré le ministre de la Santé. Kim Hames a déclaré qu'on lui avait dit que tout allait bien et que les affirmations des syndicats étaient assez ridicules.

Le délai d'exécution comprend deux composantes principales: le temps de sortie du brancard et le temps de préparation.
Le ministère de la Santé a introduit le transfert des soins en avril 2012. Il a remplacé le temps hors civière comme mesure clé de la performance de l'hôpital pour réduire les retards dans les ambulances. Il incombe aux hôpitaux, et non aux ambulanciers paramédicaux, d'enregistrer lorsqu'un patient a été transféré dans un lit d'hôpital et que le transfert a eu lieu. Les deux mesures sont rapportées par rapport à un repère de 30 minutes. L'objectif des hôpitaux de Nouvelle-Galles du Sud est que 90% des patients ambulanciers soient transférés dans les soins hospitaliers dans les 30 minutes.

Si le personnel hospitalier était incapable de faire face à la poignée supplémentaire de patients, alors les ambulanciers resteraient dans les services d'urgence, a déclaré le Dr Hames. «Si j'ai un œuf sur le visage parce que pendant un certain temps les ambulanciers doivent y rester plus de 30 minutes, alors qu'il en soit ainsi tant que les patients sont en sécurité», dit-il. «Nous n'essayons pas de changer le monde ici - tout ce que nous faisons est d'empêcher les ambulanciers de rester coincés dans nos services d'urgence. Au cours des sept derniers jours, les ambulances ont passé 56.6 heures à l'hôpital Fiona Stanley, 31.3 heures à Sir Charles Gairdner et 19.8 heures à Royal Perth.

[document url = ”https://www.emergency-live.com/wp-content/uploads/2015/07/05_Reducing_Ambulance_Turnaround_Time_Introduction.pdf” width = ”600” "height =" 780 "

Les commentaires sont fermés.