Mise à jour des directives 2015 ALS. Y a-t-il quelque chose de nouveau (et de bon)? Ce qui change vraiment dans notre pratique quotidienne.

SOURCE : MEDEST118 - Qui a lu le post précédent, Médecine factuelle. Au-delà du dogme, peut comprendre comment mon attention est centrée sur l’applicabilité des recommandations basées sur la gestion basée sur l’EBM dans mon contexte clinique. Je souhaite donc souligner certaines controverses de ces directives et, en même temps, présenter les déclarations les plus pertinentes pour ma pratique clinique et pour les domaines suivants: la façon dont nous voulons faire évoluer notre système d’urgence préhospitalier local.

Tout d’abord, ce que vous avez déjà entendu un peu partout sur la blogosphère.

Changements mineurs et peu pertinents. Influence mineure sur la pratique clinique. Juste un renforcement des messages clés émis dans la version précédente des directives.

Entrons dans les lignes directrices:

La qualité des compressions thoraciques est maintenant bien spécifiée. Appuyez au moins sur 5 cm mais pas plus que 6 cm. Évaluez au moins 100, maximum 120 par minute. Donc, pour évaluer la qualité des compressions (et de la RCP complète), vous avez besoin d’un métronome et d’un dispositif de retour électronique (acoustique ou visuel) pour calculer le taux et la profondeur des compressions. Je suggère la capnographie comme méthode alternative pour contrôler la qualité de la compression thoracique.

Un accent particulier est mis sur la minimisation des interruptions des compressions thoraciques. Alors, pourquoi ne pas introduire les mains uniquement dans la RCP au moins au début de la réanimation? Il existe de bonnes preuves de bons résultats neurologiques avec cette technique (associée à une ventilation non synchronisée) et ces directives ont perdu la chance d’apporter un réel changement sur la voie de meilleurs soins centrés sur le patient.

L'épinéphrine à la dose de 1 en mg toutes les minutes 3-5 est toujours disponible, malgré l'absence de preuves d'amélioration des résultats (et de signaux signalant le côté néfaste de l'histoire). Bien sûr, une dose aussi importante de médicament vasoactif chez un patient présentant un faible flux sanguin et une faible activité métabolique, lorsque la reprise de la circulation sanguine est un problème majeur pour le cœur et le cerveau. L’essai Pramedic 2 est en cours et nous apportera des réponses plus définitives.

Photo: First10AM

PEA et asystole sont toujours considérés comme une entité similaire et ont un algorithme commun. C'est faux et nous avons déjà traité ce sujet (Oubliez les directives ACLS si vous traitez avec une activité électrique sans pulsations. Partie 1. Oubliez les consignes relatives à la SLA lorsque vous traitez avec un PEA. Partie 2.). Les directives de 2015 ont réitéré cette controverse… CONTINUER

Les commentaires sont fermés.