Traitement médicamenteux des arythmies typiques chez les patients en urgence

La fibrillation auriculaire (FA), le flutter auriculaire, la tachycardie rentrée AV-nodale (AVNRT) avec réponse ventriculaire rapide, la tachycardie auriculaire ectopique et les syndromes de préexcitation (AVRT) parfois associés à une FA ou à une tachyarythmie ventriculaire (VTA) sont des arythmies typiques des urgences. Le plus souvent, le diagnostic de l'arythmie sous-jacente est possible à partir de l'électrocardiogramme de surface au plomb 12, de l'examen physique et de la réponse aux manœuvres ou aux médicaments. En hémodynamique instable, une cardioversion immédiate en CC est indiquée. La conversion de la FA en rythme sinusal (SR) est possible avec des médicaments antiarythmiques. L'amiodarone a un taux de conversion en AF allant jusqu'à 80%. Un nouveau médicament pour la conversion de la FA est le vernakalant. Le traitement aigu du flutter auriculaire (Aflut) chez les patients en soins intensifs dépend du tableau clinique. Le plus souvent, il peut être transmis avec succès à une SR avec des énergies en continu inférieures à 50 joules. En cas de tachycardie complexe étroite, si le patient est stable sur le plan hémodynamique, le traitement doit commencer par une manœuvre vagale. Si la tachycardie persiste et que le flutter auriculaire est exclu, l'utilisation d'adénosine (mg 6 sous forme de bolus intraveineux rapide) est recommandée. Une terminaison réussie par manœuvre vagale ou adénosine indique qu'il s'agissait d'un AVNRT ou d'un AVRT. En l'absence de réponse à l'adénosine (même après un second bolus), un médicament à action prolongée (par exemple, le vérapamil, le diltiazem) est recommandé. Des médicaments tels que la procaïnamide, le sotalol, l’amiodarone ou le magnésium sont recommandés pour le traitement de la VTA. Cependant, à l'heure actuelle, seul l'amiodarone est le médicament de choix chez les patients sous VTA et est également efficace même chez les patients avec arrêt cardiaque hors hôpital résistant à la défibrillation.

Dietrich Andresen, Hans-Joachim Trappe *
Klinik für Kardiologie, Allgemeine Innere Medizin und Konservative Intensivmedizin, Vivantes Klinikum am Urban und im Friedrichshain, Berlin, Allemagne;
* Medizinische Klinik II (Kardiologie et Angiologie), Université de la Ruhr à Bochum, Herne, Allemagne

Les commentaires sont fermés.