Ouverture d'un centre de traitement Ebola pour les femmes enceintes

Article de Tulip Mazumdar
Journaliste en santé mondiale

L'association caritative médicale Medicines Sans Frontieres a ouvert son premier centre de traitement Ebola spécialisé dans les soins aux femmes enceintes infectées.
MSF affirme que le taux de mortalité des femmes enceintes est extrêmement élevé et que les agents de santé qui les traitent, en particulier lors de l'accouchement ou d'une fausse couche, sont particulièrement vulnérables au virus.
Tulip Mazumdar, de la BBC, a maintenant accès à cette installation, située à Freetown, la capitale de la Sierra Leone.
Les travaux de construction se poursuivent dans la section de maternité de la dernière clinique MSF pour le virus Ebola située dans la banlieue de la capitale.
Il a été érigé sur le site de l'une des plus prestigieuses écoles secondaires de la ville, la Methodist Boys High School, à Kissy.
Les salles de classe sont vides - les écoles sont fermées depuis des mois. Le terrain de jeu abrite désormais le sixième centre de traitement de MSF en Sierra Leone. Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, il disposera de lits 80 et d'une attention particulière au traitement des femmes enceintes suspectées ou confirmées d'être atteintes du virus Ebola.

Contre toute attente
Dans toute la ville, dans une autre ancienne école transformée en clinique MSF pour Ebola, Lumatu Samura, âgée de 16, berce sa nièce de huit mois, Mamusu. Elle est assise derrière une cloison en plastique orange qui sépare le malade du fort. Lumatu s'est récemment remise du virus Ebola, mais elle a choisi de rester au centre pour s'occuper du petit Mamusu, qui est extrêmement malade.
Lumatu ne s'en rend peut-être pas compte, mais c'est une survivante très spéciale d'Ebola. Non seulement elle est maintenant immunisée contre le virus, ce qui lui permet de s’occuper de Mamusu en toute sécurité, mais elle est également l’une des rares personnes au monde à s’être remise du virus Ebola pendant sa grossesse.
Parlant de 3m (10ft) devant moi dans la «zone Ebola», Lumatu, qui a perdu son bébé au début de sa grossesse, a expliqué ce qui lui était arrivé.

«J'avais un rhume à la maison et j'avais mal aux articulations», a-t-elle déclaré.
«Mon père savait qu'il ne pouvait pas me garder à la maison. Alors il m'a envoyé ici [au centre de traitement].
«Je saignais pendant deux heures. Personne ne me toucherait.
«Après le saignement, j'ai été mis sous perfusion. J'ai commencé à me sentir beaucoup mieux. Maintenant je suis guéri.
"Mais je dois rester et veiller sur le bébé de ma sœur."

Six femmes enceintes ont été admises au centre de traitement MSF Prince of Wales depuis son ouverture le 10 en décembre. Seul Lumatu s'est complètement rétabli.

read more

Les commentaires sont fermés.