Europe, ne tourne pas le dos à Asylum: #TakePeopleIn

Lettre ouverte aux dirigeants des États membres de l’UE et aux institutions des MSF

MSF165358Nous vous écrivons cette lettre aujourd'hui pour vous faire part de notre profonde inquiétude de voir que, en signant l'accord UE-Turquie, vous avez tourné le dos à des milliers de personnes fuyant la guerre, l'oppression et le désespoir.

L'accord «UE-Turquie» sous-traite effectivement la prise en charge de ces personnes à la Turquie en échange, entre autres, d'un programme d'aide financière de plusieurs milliards d'euros. À une époque du plus grand déplacement de l'humanité depuis des décennies, il s'agit d'une abdication historique de vos responsabilités morales et juridiques.

Nous traitons les victimes de l'approche de dissuasion de la migration adoptée par l'Europe depuis des années, dans ce qui est devenu une crise humanitaire aiguë sur le sol européen. Nous avons rétabli les os brisés par la police, traité des balles en caoutchouc d'enfants blessés à la tête et rincé les yeux de bébés imbibés de gaz lacrymogène. Au lieu de se concentrer sur l'atténuation de la crise, l'UE et les États membres ont décidé de simplement s'en aller et de la pousser aux autres.

Cet accord menace le droit de toutes les personnes à demander l'asile et viole votre obligation d'aider chaque homme, femme ou enfant qui demande sa protection. Refouler les gens dans leur dernier pays de transit ne transforme l'asile en un argument de négociation politique à conserver réfugiés aussi loin que possible des frontières européennes et des yeux des électeurs européens. Aujourd’hui, il n’ya pratiquement plus d’option permettant aux personnes d’atteindre les côtes européennes en toute sécurité pour demander l’asile.

En échange, vous avez promis une aide «humanitaire» et de développement répondant aux besoins des pays en développement. syrien réfugiés et a présenté ces fonds comme une mesure visant à atténuer la souffrance humaine. Mais cette aide est désormais conditionnée au fait que le transport maritime souffre au large des côtes, trahissant ainsi le principe humanitaire de fournir une aide basée uniquement sur les besoins. En offrant des milliards d’euros pour prendre soin de personnes invisiblesTurquie, les agences d’aide peuvent être aux prises avec un terrible dilemme: doivent-elles fournir une aide désespérément nécessaire au service d’une politique anti-humanitaire ayant pour objectif ultime le contrôle des frontières?

Il y a sans aucun doute des besoins en Turquie, un pays qui lutte déjà pour offrir une protection efficace à près de X millions de réfugiés à l'intérieur de ses frontières, mais nous vous demandons de séparer l'aide humanitaire de l'accord politique.

Cet accord envoie un signal inquiétant au reste du monde: les pays peuvent trouver le moyen de se sortir de l'asile. Si elle est reproduite par de nombreux pays, le concept de réfugié cessera d'exister. Les gens seront piégés dans des zones de guerre incapables de fuir pour sauver leur vie, sans autre choix que de rester et de mourir. Le récent attentat à la bombe contre un camp hébergeant des personnes déplacées près d'Idlib qui a tué au moins 28 montre que le concept d '«espaces sûrs» en Syrie n'est pas viable.

En attendant, l’accueil officiel offert par l’Europe aux personnes bloquées dans Grèce est honteux. Dans les camps sur les îles grecques, il n’existe pratiquement aucune garantie. Les femmes ont peur d'aller aux toilettes une fois la nuit tombée, les mères demandent du lait maternisé pour nourrir leur bébé et les hommes de tous les âges perdent leur dignité en se disputant des restes de nourriture ou ceux qui se trouvent juste après.

Les pays européens ont besoin de votre aide et de votre protection, pas seulement de votre argent. La Seconde Guerre mondiale a-t-elle si longtemps que vous ne vous souvenez plus du besoin humain fondamental de fuir la violence et la persécution alors qu'il ne reste plus d'autre choix? Nous comprenons que faire face aux énormes défis de la crise mondiale du déplacement est devenu une question politique controversée, mais pour nous, il s’agit avant tout d’une question humanitaire, et cela devrait également l’être pour vous.

Un grand nombre de vos citoyens ont relevé ce défi en se proposant d'aider les autres, mais votre leadership a pris du retard par peur des conséquences politiques potentielles. Nous appelons les dirigeants européens à relever le défi: utilisez vos ressources substantielles pour accueillir et offrir une protection à ceux qui ont besoin de votre aide.

Signé,

Dr. Joanne Liu
Président international
Médecins Sans Frontières

Les commentaires sont fermés.