Human Right Watch: "En Grèce, il est urgent de déplacer les demandeurs d'asile des îles"

Plus de demandeurs d'asile de 13,500 restent pris au piège sur les îles grecques dans des conditions déplorables alors que l'hiver commence en décembre, 21, 2017, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. La Grèce, avec le soutien de ses partenaires de l'Union européenne, devrait transférer d'urgence des milliers de demandeurs d'asile sur le continent grec et leur fournir un hébergement adéquat et un accès à des procédures d'asile équitables et efficaces.

Le gouvernement grec s'est engagé début décembre à transférer d'urgence les demandeurs d'asile 5,000 des îles vers le continent, avant le début de l'hiver. Malgré le transfert de presque 3,000 depuis début décembre, les hotspots de Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos ont encore presque des 11,000 dans des installations d’une capacité totale de seulement 5,576. Plus de 1,000 sont arrivés sur les îles grecques au cours de la même période.

«Si la décision du Premier ministre Tsipras de transférer les demandeurs d'asile de 5,000 des îles vers le continent est bénéfique pour ceux qui ont été déplacés, cela reste une demi-mesure qui laisse des milliers de personnes dans le froid», a déclaré Eva Cossé,
Chercheur sur la Grèce à Human Rights Watch. "C'est un début important mais il en faut plus, y compris le soutien d'autres gouvernements de l'UE, pour s'assurer que personne ne doit passer l'hiver dans une tente glaciale."

Témoignages poignants du sol offrent un aperçu saisissant de la situation désastreuse et de la détresse des demandeurs d’asile coincés dans les îles grecques.

Dans une campagne qui a débuté en décembre 1, Les organisations humanitaires et de défense des droits de l'homme 13 ont appelé Tsipras à mettre fin à la politique grecque consistant à contenir les demandeurs d'asile dans les îles. Les groupes ont indiqué que les autorités grecques devraient immédiatement transférer les personnes dans de meilleures conditions sur le continent et prendre des mesures concrètes avant le début officiel de l'hiver afin qu'aucun demandeur d'asile ne soit laissé au dépourvu. Les groupes ont également déclaré que les autres dirigeants de l'UE devraient prendre clairement position pour mettre fin à la politique de confinement qui maintient les demandeurs d'asile bloqués dans les îles en vertu d'un accord avec la Turquie visant à renvoyer les demandeurs d'asile refusés.

Human Rights Watch et les autres groupes participant à la campagne poursuivront leur campagne tout au long de l'hiver, soulignant les conditions déplorables dans lesquelles se trouvent les demandeurs d'asile bloqués dans les îles. Les groupes vont faire pression sur le gouvernement grec et les dirigeants européens pour une réponse plus efficace protégeant les droits et réduisant les souffrances des demandeurs d'asile arrivant en Grèce.

Le gouvernement grec devrait présenter un projet de loi au parlement dans les prochains jours visant à accélérer le processus d'asile dans le but d'accélérer les retours en Turquie, dans le cadre de l'accord UE-Turquie. Si la longueur de la procédure d'asile est l'un des facteurs de la détresse sur les îles, réduire la durée des procédures d'asile aux dépens de la qualité de la procédure risquerait de priver les demandeurs d'asile de la protection dont ils ont besoin, a déclaré Human Rights Watch. .

Une telle approche est la mauvaise façon de réduire le surpeuplement ou de résoudre les problèmes systémiques liés à la politique de confinement et à l'accord UE-Turquie qui ont créé cette situation inhumaine sur les îles.

Au lieu de cela, la Grèce devrait investir davantage dans la création de procédures d'asile équitables et efficaces, permettre à toutes les demandes d'asile d'être examinées équitablement sur le fond, et au retour en toute sécurité de ceux qui n'ont pas besoin de protection internationale, a déclaré Human Rights Watch.

«L’hiver dernier, cinq demandeurs d’asile, dont un enfant, sont morts dans le camp misérablement froid de la Moria à Lesbos», a déclaré Cossé. "Les autorités grecques et européennes ont la responsabilité d'empêcher que de telles tragédies ne se reproduisent."

Les commentaires sont fermés.