Croix-Rouge 2013: une réponse forte aux crises complexes

Genève (CICR) - Les effets dévastateurs des crises aiguës apparues à la fin de 2013 au Soudan du Sud et en République centrafricaine se font encore sentir. Le conflit en Syrie a pris les proportions d’une catastrophe, avec de graves conséquences pour l’ensemble de la région. Dans Afghanistan, Israël et les territoires occupés, la République démocratique du Congo, Somalie et dans d’autres pays, un grand nombre de civils continuent de subir les effets de conflits armés prolongés. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’est efforcé tout au long de 2013 de monter an réponse efficace à ceux-ci et à d'autres situations complexes, et pour atteindre les personnes dans le besoin, en plus grand nombre que jamais.

«Tout au long de l'année, nous avons été confrontés à la complexité croissante des conflits armés, au coût humain souvent désastreux de la violence, aggravé par les catastrophes naturelles et les crises socio-économiques sous-jacentes, et aux difficultés rencontrées pour répondre aux multiples besoins des personnes affectées», a déclaré le président du CICR Peter Maurer, prenant la parole lors d'une conférence de presse à Genève à l'occasion de la présentation du rapport annuel de l'organisation. «Le CICR a concentré ses efforts sur l'élargissement de l'accès aux personnes dans le besoin et sur la recherche de nouveaux moyens de surmonter les obstacles à une action humanitaire neutre, impartiale et indépendante.»

Malgré de nombreuses contraintes en Syrie, le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien ont distribué nourriture pour ou l'essentiel à des millions of partsdont la plupart avaient fuite leurs maisons. Environ 80 pour cent de la population disposait d'eau potable, car le CICR avait doté le réseau de distribution d'eau de leur localité de matériel de traitement de l'eau, de pièces détachées, de pompes et de générateurs.

Nord Mali pour Somalie a continué de fournir des exemples frappants des lourdes conséquences humanitaires de la crise alimentaire, associées à des conditions de sécurité chroniquement précaires, ainsi que des restrictions imposées à l'accès humanitaire. «Le personnel du CICR sur le terrain a préservé autant que possible leur proximité avec certaines personnes dans le besoin et a pu accéder à d'autres personnes. Parfois, ils faisaient partie des rares travailleurs humanitaires sur le terrain », a déclaré M. Maurer.

Instaurer un climat de confiance et obtenir l’acceptation de toutes les parties intéressées - principalement par le biais d’un dialogue bilatéral confidentiel - restait crucial. «Par exemple, c’est ainsi que le CICR a pu à 2013 reprendre les visites aux personnes détenues au Myanmar et obtenir un meilleur accès aux détenus à Bahreïn, en Éthiopie, au Nigéria et en Somalie», a déclaré M. Maurer.

Néanmoins, les défis inhérents à cette approche étaient toujours présents, notamment en ce qui concerne les risques pour la sécurité. L'attaque perpétrée en mai contre la sous-délégation du CICR à Jalalabad en Afghanistan, qui a entraîné la mort d'un membre du personnel et blessé un autre, en est un exemple. L’assassinat de volontaires supplémentaires du Croissant-Rouge arabe syrien - un partenaire clé du CICR. À la fin de 2013, le nombre de volontaires tués depuis le début du conflit en Syrie s'élevait à 33. La menace d'enlèvement était de plus en plus grande pour les travailleurs humanitaires: trois membres du personnel du CICR détenus en Syrie n'ont pas encore été libérés.

La coopération avec les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, notamment des partenariats opérationnels dans lesquels des milliers de volontaires de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge ont travaillé aux côtés des équipes du CICR, ont joué un rôle essentiel dans les activités du CICR. Cette coopération a permis au Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de mettre en place une riposte forte - en Colombie, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine et au Myanmar, par exemple; dans certains cas, des équipes médicales de la Société nationale ont été déployées pour renforcer les opérations du CICR, comme aux Philippines après le typhon Haiyan.

Les activités liées à la santé ont continué de revêtir une importance capitale pour le CICR. Un million de personnes environ ont bénéficié de ces activités dans 8.2. À Jonglei (Soudan du Sud), trois équipes chirurgicales du CICR ont été déployées à diverses occasions pour aider à soigner les centaines de personnes blessées par la violence; et à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, le CICR a continué d'apporter son soutien à l'hôpital Mirwais, le seul centre de chirurgie de grande envergure de la région, desservant plus de cinq millions de personnes.

Le CICR a également continué de s’attaquer, à tous les niveaux, au problème grave de la violence à l’égard des personnes fournissant ou recevant des soins de santé, mais encore peu signalé; de nombreuses délégations ont rassemblé des informations sur les incidents et présenté des observations aux auteurs présumés. Entre janvier 2012 et juillet 2013, plus de 1,400 incidents de ce type ont été signalés dans au moins des pays 23; plus de 90 pour cent d’entre eux ont directement touché les prestataires de soins de santé locaux (privés et publics) et 14 pour cent a eu un impact sur les Sociétés nationales. Des ateliers et des consultations ont été organisés au cours desquels des experts, des personnels de santé et des membres des forces armées ont discuté de diverses questions ayant trait à la question.

Le CICR a réaffirmé son engagement à s’attaquer à la fois aux causes et aux effets de la violence sexuelle dans les conflits armés. «La violence sexuelle est un crime particulièrement brutal qui a des conséquences dévastatrices pour les victimes et leurs familles, ainsi que pour des communautés entières», a déclaré M. Maurer. Au cours des quatre prochaines années, le CICR renforcera et élargira ses activités dans le domaine des soins de santé, de la sensibilisation, de l'assistance et d'autres activités en rapport avec cette violence.

Le CICR a apporté les réponses énergiques indiquées dans son budget initial de 988.7, doté d'un budget de 2013, et de huit extensions de budget au cours de l'année, portant le total des dépenses à un milliard 1.045 (environ 1.128 milliards). Il a distribué des vivres à un million de personnes et plus d'un million de personnes ont bénéficié des projets d'approvisionnement en eau, d'assainissement et de construction du CICR.

Voir aussi:CARTE INTERACTIVE

Les commentaires sont fermés.