Somalie - Les Nations Unies s'inquiètent de la crise humanitaire à Mogadiscio

COMMUNIQUÉ DE PRESSE par UN.ORG

2 janvier 2018 - Un haut responsable des Nations Unies en Somalie a exprimé sa profonde préoccupation devant les informations faisant état de la destruction non annoncée de zones de peuplement pour personnes déplacées dans leur propre pays ainsi que de l'infrastructure humanitaire à Mogadiscio.

«Je suis profondément attristé d'apprendre que des personnes déplacées dans la région de Banadir ont été expulsées sans préavis», a déclaré Peter de Clercq, représentant spécial du Secrétaire général en Somalie, dans un communiqué publié lundi.

«Certaines de ces personnes déplacées ont parcouru de longues distances de différentes régions du pays, fuyant la sécheresse et le conflit», a-t-il poursuivi, soulignant que 29 et 30 de décembre avaient été détruits.

M. de Clercq, également coordinateur humanitaire des Nations Unies pour la Somalie, a ajouté que des biens personnels et des moyens de subsistance avaient également été perdus, les personnes n'ayant pas eu le temps de récupérer leurs biens avant le début des destructions.

"Les familles, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées, vivent maintenant à l'air libre", a-t-il souligné.

En plus de collaborer avec les autorités afin de trouver une solution pour les personnes nouvellement déplacées, les humanitaires mobilisent des ressources pour fournir une assistance vitale aux personnes touchées.

«Je suis également préoccupé par le fait que, lorsque tout le monde est saisi du programme d'amélioration de la vie des Somaliens, des installations humanitaires et de développement sont détruites de manière insensée, notamment des écoles, des latrines, des points d'eau, des centres d'assainissement, des abris et autres investissements généreusement soutenus par les donateurs, Dit M. de Clercq.

Dans toute la Somalie, plus de deux millions de personnes sont maintenant déplacées en raison de la sécheresse et du conflit, y compris un million de personnes récemment déplacées rien que dans 2017. Ces personnes constituent un tiers des 6.2 millions de personnes nécessitant une aide humanitaire.

«J'appelle toutes les parties à protéger et à aider tous les civils qui ont fui le conflit et la sécheresse et qui ont déjà tant souffert. Les humanitaires sont prêts à coopérer avec les autorités et à les soutenir à cet égard », a souligné M. de Clercq.

Les taux de malnutrition y sont en hausse et ont atteint des niveaux d'urgence à certains endroits, en particulier chez les personnes déplacées. Les personnes déplacées n'ont pas accès à la nourriture, à un abri et aux services de base et sont également exposées aux risques les plus graves liés à la protection, tels que les agressions physiques, la violence sexiste et les restrictions de mouvement.

Les commentaires sont fermés.