"Abordez la vulnérabilité, n'essayez pas d'arrêter un typhon"

DAVAO CITY (MindaNews / 05 December) - «Nous ne pouvons pas arrêter une tempête mais la vulnérabilité est un problème que nous pouvons traiter.» Tel était le message clé de Dr. Gemma Teresa Narisma, chef du Programme régional sur les systèmes climatiques de l’Observatoire de Manille, aux membres d’organisations non gouvernementales participant à des programmes de réduction des risques de catastrophe dans différentes régions du pays.

Lors d'un forum avec les membres du Caucus des réseaux d'ONG de développement (CODE-NGO) jeudi, Narisma a expliqué dans sa présentation la vulnérabilité du pays aux typhons. «Lorsque vous rencontrez un risque, cela se traduit-il nécessairement immédiatement par une catastrophe? C’est un défi pour nous ou devons-nous simplement nous asseoir et dire: c’est un désastre, c’est le typhon le plus puissant. Acceptons-nous que ce soit déjà le cas? ", A-t-elle demandé. Le scientifique a cité une définition du mot" catastrophe "donnée par la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, dans laquelle on pouvait lire:" Une catastrophe survient lorsqu'un danger touche des personnes vulnérables. " vous avez un fort risque, vous êtes vulnérable, alors vous avez une recette pour un désastre. Ce que cela signifie, c'est que la vulnérabilité est entre nos mains », a ajouté Narisma. En abordant cette vulnérabilité, a-t-elle expliqué, les impacts pourraient être réduits, de même que la possibilité d'une catastrophe.

Elle a appelé à la nécessité d'investir dans l'éducation ou l'alphabétisation pour réduire la vulnérabilité.

Narisma a également cité une étude de l'Université des Nations Unies pour l'environnement et la sécurité humaine (UNU-EHS), qui a révélé que les Philippines se classaient au troisième rang de l'indice de risque mondial 2013. Le rapport indiquait que Vanuatu, une île insulaire du Pacifique, figurait en tête de liste, suivi de l'état polynésien des Tonga. En 2011, le cyclone Yasi, qui a été classé comme cyclone tropical sévère de la catégorie 5, a touché l’Australie et les îles voisines du Pacifique, mais un seul blessé a été enregistré, apparemment causé par la vulnérabilité, a-t-elle déclaré. La colère de Yasi a été comparée au super typhon Yolanda qui a tué au moins 6,000 et au typhon Pablo avec au moins mille morts.

«Comment sommes-nous vulnérables? Nous sommes vulnérables si l'infrastructure publique n'est pas en place, si vous ne disposez pas de bons systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement, etc. S'il y a beaucoup de pauvreté et que les conditions de logement ne sont pas bonnes », a déclaré Narisma. «Nous sommes vulnérables si vous n'avez pas de bonne gouvernance. S'il n'y a pas de bonne gouvernance, nous perdons cette capacité d'adaptation », a-t-elle ajouté. Narisma a souligné que la plupart des victimes de catastrophes naturelles sont celles qui vivent dans la pauvreté. «Cela a montré pendant Pablo, cela a été montré pendant Yolanda. Les plus pauvres étaient les plus vulnérables », a-t-elle déclaré. Lorsque le super typhon Yolanda a frappé la ville de Tacloban dans les Visayas en novembre 8 l'année dernière, bon nombre des victimes étaient des habitants de zones urbaines pauvres situées dans les zones côtières, a rappelé Narisma.
Incertitude des typhons

Même si le pays est situé dans le corridor du typhon, Narisma a admis que de tous les phénomènes associés au changement climatique, les typhons sont en réalité les plus incertains. «Y aura-t-il une autre Yolanda dans le futur? Même maintenant, j'ai entendu des gens dire que Hagupit (typhon Ruby) était plus fort que Yolanda. La réponse est non. Ce n'est pas aussi fort que du moment même si c'est très incertain. Au-dessus de la mer, cela pourrait être une catégorie 5 mais cela pourrait ralentir », a-t-elle expliqué. Citant des études, Narisma a déclaré que l’intensité des typhons s’intensifiait, les cyclones tropicaux les plus destructeurs se produisant des 1980 aux 2000. Elle a admis que les études "ne sont pas concluantes" et qu'elle ne pouvait pas dire si les typhons deviendraient plus intenses au cours des prochaines années 20 à 30. Mais nous devons vraiment nous préparer, car nous sommes dans le corridor actif des cyclones tropicaux, a déclaré Narisma.

En savoir plus http://www.mindanews.com/top-stories/2014/12/05/expert-cites-need-toraddress-vulnerability-to-typhoons/

Les commentaires sont fermés.